POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 25 décembre 2014

Islamisme: le Noël des populations persécutées d'Irak ou du Nigéria

D'Irak au Nigéria, les islamistes sont la cause de souffrances

Les Chrétiens d'Irak célèbrent la Nativité le coeur lourd
 

A Paris, des familles de réfugiés arrivés récemment d'Irak grossissent le nombre de celles installées depuis des nombreuses années. La communauté chrétienne d'Irak s'est réunie pour la traditionnelle messe de Noël.


Au Nigéria, les musulmans aussi vivent sous la menace islamiste

Deux Etats du nord-est du Nigeria ont imposé de sévères restrictions sur la circulation
des véhicules jusqu’au week-end prochain, redoutant des attaques du groupe islamiste Boko Haram pendant les fêtes de Noël
Une attaque à la bombe contre une église du Niger le 25 décembre 2011 avait été considérée comme un tournant du conflit, Boko Haram affichant ses intentions de viser les Chrétiens.
Le groupe islamiste a attaqué des églises à plusieurs reprises en cette période de l’année, et les Etats de Borno et Yobe sont les plus touchés par les violences islamistes depuis le début de l’insurrection islamiste en 2009. L’armée nigériane a déclaré avoir des informations selon lesquelles "les terroristes de Boko Haram prévoient de semer la terreur dans certaines zones de l’Etat de Borno, en particulier pendant les fêtes de Noël dans la ville de Maiduguri". Les organes de sécurité et le gouvernement de l’Etat ont donc interdit "tout mouvement de véhicule de ce mercredi 18h à dimanche matin".

Les musulmans du Nigéria redoutent aussi les insurgés islamistes
Alors que l'insurrection de Boko Haram a déjà fait 13.000 morts et 1,5 million de déplacés en cinq ans, le groupe a franchi une nouvelle étape depuis le printemps 2014, conquérant de nombreuses villes importantes. Des milices locales et des chasseurs soutiennent l'armée contre Boko Haram. A 60 ans, le chef des chasseurs de l'Adamawa, assure que ses hommes ont aidé à chasser Boko Haram de nombreuses villes ces dernières semaines, comme Gombi et la ville commerciale de la région, Mubi. Avec ses frères d'armes, il semble pourtant bien incapable de résister aux islamistes armés jusqu'aux dents, équipés de tanks et de missiles sol-air.
Des attaques spectaculaires et des enlèvements sans précédents continuent
Depuis mi-avril, le Nigeria connaît une flambée de violences du groupe islamiste armé Boko Haram et encore le 14 décembre dernier avec au moins 185 victimes d'enlèvements dans le nord-Est au cours d'une attaque du village de Gumsuri (nord-est) par les islamistes, ont annoncé le 18 des responsables et le chef d'une milice locale. Les otages sont destinés à l'esclavage sexuel. 32 personnes ont été tuées.

Dans la cathédrale, vêtu de sa chasuble couleur crème, l'évêque de Yola, Stephen Mamza, assure qu'un défi majeur restera à relever quand Boko Haram sera défait. 
Le jour où les réfugiés seront rentrés chez eux, il craint que les Chrétiens comme les Musulmans ne châtient la moindre personne considérée comme proche de Boko Haram. "J'ai peur de la vengeance" dit-il. "Il nous reste une grande tâche à accomplir. Nous devons leur apprendre à se réconcilier, et à vivre en paix".

"Noël, c'est la certitude que le mal n'aura pas le dernier mot"



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):