POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 9 décembre 2014

Lionel Jospin (PS) remplace Jacques Barrot (UMP) au Conseil constitutionnel

Battu en 2002, Lionel Jospin revient par la fenêtre


L'ancien Premier ministre, défait à la présidentielle de 2002, a été nommé par Claude Bartolone 

pour remplacer Jacques Barrot, décédé le 3 décembre.

Sur proposition du président de l'Assemblée nationale,
le socialiste et trotskiste lambertiste Lionel Jospin a accepté de succéder au Conseil constitutionnel à Jacques Barrot, figure de la démocratie chrétienne, a-t-on indiqué mardi dans l'entourage de Claude Bartolone, confirmant une information du journal Le Monde, organe officieux du PS.

Ainsi Bartolone, son ancien ministre délégué à la Ville (1998-2002), lui renvoie-t-il l'ascenseur, en reconnaissance d'une retraite cumulée supplémentaire.

Jacques Barrot, ancien ministre centriste et ancien vice-président de la Commission européenne (2004-2009)qui siégeait au Conseil constitutionnel depuis sa nomination en 2010 par l'ancien président UMP de l'Assemblée Bernard Accoyer, est décédé brutalement dans le métro, le 3 décembre.

De Prague où il effectue une visite, le Premier ministre Manuel Valls, qui fut un collaborateur de Lionel Jospin à Matignon, s'est réjoui de l'arrivée de cette "grande personnalité politique" au Haut conseil. Âgé de 77 ans, Lionel Jospin a dirigé pendant cinq années Matignon (1997-2002), avant d'être éliminé (photo ci-contre) au premier tour de la présidentielle, par le candidat du Front national, le 21 avril 2002.

Lors du dernier meeting avant son élimination au premier tour, deux jeunes gens l'avaient aspergé de ketchup à Rennes, expliquant vouloir "mettre un peu de rouge" dans la campagne socialiste.

Le président François Hollande, fraîchement élu, avait confié à l'ancien député, ancien Premier secrétaire du PS, ancien ministre et ancien Premier ministre, la direction d'une commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique. Tandis qu'il défend toujours son bilan, en deux ans, la plupart de ses propositions n’ont eu aucune suite.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):