POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 26 décembre 2014

Valls, au coeur de la catastrophe, ira commémorer celle de Liévin

Tournée électorale dans la fédération du Pas-de-Calais, 40 ans après la catastrophe minière 

Un coup de grisou avait emporté 42 hommes dans cette mine du Pas-de-Calais, le 27 décembre 1974, à 6 h 30.

Le premier ministre est attendu samedi à Liévin (Pas-de-Calais) où il prononcera une allocution, après celle de Laurent Duporge, maire de Liévin, selon le communiqué de Matignon, en dernière minute, vendredi soir, la veille...
C'est la plus grande catastrophe minière en France d'après-guerre, alors que les charbonnages sont déjà sur le déclin. Il y a quarante ans, le 27 décembre 1974, à la reprise de la trêve de Noël, un coup de grisou, à 6 h 30, emporte quarante-deux hommes descendus à la fosse des Six-Sillons à Liévin.

Les cérémonies commenceront, sans Valls, à 6 h 19 précisément, par l'extinction de la lumière blanche sur le chevalement de la fosse Saint-Amé et un coup de canon, sirène et réanimation du chevalement symbolisant le coup de grisou à 6 h 20.

Valls marche dans les pas de François Mitterrand  

Le précédent président socialiste de la  République, François Mitterrand, avait célébré le vingtième anniversaire. Il sera présent dans la commune de 11 h 25 à 13 h

95 minutes...
En prévision des cantonales 2015, Manuel Valls fera une visite-éclair à la cité minière. Il se rendra directement place Saint-Amé, au pied du chevalement, lieu de la catastrophe de décembre 1974 où le Premier ministre ranimera la flamme du souvenir. Après la lecture des quarante-deux noms de disparus et les dépôts de gerbes, le maire PS de Liévin, Laurent Duporge, prendra la parole avant de laisser la conclusion à Manuel Valls.
95 minutes dans la ville sinistrée dont le maire fut Jean-Pierre Kucheida
La presse "libre et indépendante (comme la justice) n'en dit mot, mais "le 17 octobre 2012, Jean-Pierre Kucheida a été placé en garde à vue avec sa fille Marie, artiste, bénéficiaire d'un conflit d'intérêts présumé suite à des prestations (dont une exposition photos de 12.000 euros) à la Soginorpa alors dirigée par son papa. 
L'ancien élu du Parti socialiste est également interrogé sur ses dépenses personnelles (47.000 euros) payées avec des cartes bleues de la Soginorpa. 
Enfin, suite au rapport de la Cour régionale des comptes, quatre autres enquêtes préliminaires sont en cours.

François Hollande s'est fait griller la politesse !
Après la foudre sur son avion de Berlin ou les inondations de Lourdes, le président de la République aurait-il craint d'être une nouvelle fois associé à une catastrophe?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):