POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 31 juillet 2007

Présidentielle : répartition des dons aux partis

Les socialistes vont devoir instituer la parité !

Au PS, on reconnaît être paresseux. C’est ce que les ‘jeunes lions’ clament ici et maintenant depuis leur échec à la Présidentielle. On y compense par des réglements qui pallient l’absence d’efforts : c’est la loi du ‘gagnant-gagnant’ à la socialiste, sans engagement personnel, pendant la sieste. Ce qui, à l’évidence, n’est guère productif et mène à la défaite et à la déroute financière dans le cas du moribond PCF. D’autres, qui ne sont pas dans le système associatif financé par la collectivité, mouillent la chemise et retirent les dividendes de leur investissement. Pourquoi miser en effet sur des tocards ?

Ainsi, Nicolas Sarkozy a reçu plus de sept millions d'euros de dons de particuliers pour financer sa campagne présidentielle, selon les documents transmis par l'ex-candidat UMP à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, publiés ce vendredi au Journal Officiel. Sa malencontreuse concurrente socialiste dénommée Marie-sEGOlène Royal n'avait, elle, récolté que 100.000 euros de dons.

Parmi les 21.251.277 euros de recettes déclarées par Nicolas Sarkozy figurent 7.062.116 euros de "dons de personnes physiques". Pour financer le reste, près de 11 millions d'euros ont été empruntés à l'UMP qui a en outre payé directement 2,6 millions d'euros de dépenses de campagne.

Les dépenses du candidat Sarkozy ont atteint les 21.038.891 euros, qui se répartissaient essentiellement comme suit: 11,8 millions pour les réunions publiques et 2,8 millions pour la propagande imprimée. Il faut ajouter 856.000 euros pour les locaux des permanences, 668.000 pour les sites Internet, 548.000 pour le personnel de campagne, 528.000 pour les sondages et 359.000 pour la propagande audiovisuelle, entre autres.

UMP

PS

réunions publiques

11,8 millions d’euros

7,2 millions d’euros

propagande imprimée

2,8 millions

4,8 millions

locaux des permanences

856.000

896.000

personnel de campagne

548.000

1,7 million d’euros

(plus 1 million pour le personnel détaché du PS, les bénévoles…

soit 2,7 millions réels!)

sites Internet

668.000

866.000 (dont Thomas Hollande)

enquêtes et sondages

528.000

837.000

propagande audiovisuelle

359.000

788.000

Sa Royal concurrente socialiste a déclaré 20.911.270 euros de recettes, dont 100.023 euros de dons de personnes physiques. Pour financer sa course à l'Elysée, le PS a nettement plongé dans la caisse, par excès de confiance : les sondeurs ont été gâtés, mais ne lui ont pas rendu service… Outre un prêt de 11 millions d'euros, la rue de Solférino a réalisé pour 2,1 millions de "versements définitifs", pour 2,2 millions de "concours en nature", tout en payant directement certaines dépenses de campagne à hauteur de 5,4 millions d'euros.

Ces dépenses se sont élevées à 20.712.043 euros, réparties ainsi: 7,2 millions pour les réunions publiques, 4,8 millions pour la propagande imprimée, 1,7 million pour le personnel de campagne (plus un million pour le personnel mis à disposition par le PS), 896.000 euros pour les locaux des permanences, 866.000 pour les sites Internet–bien qu’ils soient copiés-collés–, 837.000 pour les enquêtes et sondages et 788.000 pour la propagande audiovisuelle, entre autres.

Ce qui est significatif, au-delà des chiffres, c’est la répartition des sommes. Par exemple :

Le plafond des dépenses de campagne pour les deux finalistes de la présidentielle est fixé à 21,594 millions d'euros. La moitié des dépenses est remboursée par l'Etat. Et l’Etat, c’est nous

Présidentielle: classement des candidats par dépenses déclarées

Les partis qui coûtent et ne rapportent pas

La chasse au gaspi n'est pas encore ouverte !

Dépense

(rang)

Candidat

(montant)

1er tour

(% voix)

Rang

1er tour

1

Nicolas Sarkozy (UMP) 21.038.891 €

31,18

1

2

Ségolène Royal (PS) 20.712.043 €

25,87

2

3

François Bayrou (UDF, devenu Nouveau Centre + MoDem) 9.746.518 €

18,57

3

4

Jean-Marie Le Pen (FN) 9.683.564 €

10,44

4

5

Marie-George Buffet (PCF) 4.822.820 €

1,93

7

6

Philippe de Villiers (MPF) 3.098.963 €

2,23

6

7

Arlette Laguiller (LO)

2.115.018 €

1,33

9

8

Dominique Voynet (Verts) 1.436.870 €

1,57

8

9

José Bové 1.204.278 €

1,32

10

10

Olivier Besancenot (LCR) 918.330 €

4,08

5

11

Frédéric Nihous (CPNT) 844.280 e

1,15

11

12

Gérard Schivardi (soutenu par le Parti des Travailleurs, notamment) 713.960 €

0,34

12

Les pauvres sont-ils ceux qu’on croit ?

Les Verts de Voynet et Bové ? Ils totalisent 2.641.148 Euros, avec un investissement de 1.436.870 Euros (Verts) + 1.204.278 Euros (Bové). Ils représentent donc le grand capital et les multinationales pour la pauvre travailleuse Arlette Laguiller (LO). Elle arrive derrière avec ses 2.115.018 Euros. Une misère… qu’elle n’a pas affectée aux travailleurs, bien qu’elle n’ait eu aucune chance !

Les trotskistes sont les 6° plus riches sur 12 candidats, avec 3.747.308 (soit 2.115.018 Euros (LO) +918.330 Euros (LCR) + 713.960 Euros (PT))!

Et font mieux que le vicomte de Villiers du MPF … Qui totalise seulement 3.098.963 Euros... C'est fou, ça!

Certains ajouteraient légitimement Bové, et les trotskistes dépasseraient le PCF, en se situant au 5° rang… avec 4.951.586 Euros

Les aventures de Ségo: à nouveau cambriolée !

Royal réclame plus d’attention…

Royal ne veut pas se laisser oublier et ne nous lâchera pas les tongs de tout l’été! C’est maladif, la m’as-tu vue a en effet l’obsession des médias, comme le prouvent ses lectures de plage en Corse et l’attraction qu’exercent sur elle les caméras.

Que d’imagination ! Elle reprend le scénario de l’été dernier et le …revisite. Le domicile de la présidente de la région Poitou-Charentes avait été "visité" il y a moins d'un an pendant les vacances du ‘couple’ Royal-Hollande. Le 18 août dernier, la candidate à l'investiture socialiste avait alors reproché au ministère de l'Intérieur d'avoir divulgué l'information qu'elle souhaitait garder confidentielle, ce que la place Beauvau avait dû démentir : comme si le ministère n’avait que ça à faire !

Et elle remet ça ! Elle n’aura pas pu attendre le 18 août 2007 pour nous refaire le coup. Figurez-vous que le domicile de Marie-sEGOlène Royal à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a été à nouveau visité par des cambrioleurs dans la nuit de vendredi à samedi, rapporte aujourd’hui mardi "Le Parisien/Aujourd'hui en France" qui cite une source proche de l'enquête. Si !

D’abord, la presse désigne cet appartement comme celui de l’ex-candidate socialiste à la Présidentielle –plus malencontreuse que malheureuse- mais, jusqu’à plus ample informé, c’est encore celui du pseudo ‘couple’, ou bien il n’a jamais été tellement fréquenté par Flamby 1er

Selon le quotidien, un ou plusieurs voleurs ont pénétré par une baie vitrée de l'appartement. Pas de volets ? Pas les moyens, mais les assurances paieront sans doute ! C'est le fils de l'ancienne candidate à la présidentielle, qui était présent au sous-sol –le pauvre Oliver Twist dort au sous-sol– au moment des faits, qui a découvert le cambriolage et averti la police. Le ou les cambrioleurs sont repartis avec 110 euros –Oliver n’a pas grand-chose pour vivre– et un ordinateur portable.

Comme d’hab, le(s)/la visiteur(s) ou –teuse(e) indélicat(es) sont mal renseignés, car il n’y a pas plus sur l’ordinateur que dans le cerveau de la dame et dans son ’pacte présidentiel’. C’était déjà le cas l’an passé à son domicile, mais aussi au domicile de sa conseillère, qui avait déjà attiré l’attention sur le vol de son ordi vide au moment du coup médiatique des sans-abri du Canal Saint-Martin. Sophie Bouchet-Petersen, de guerre lasse, a elle aussi plaqué Royal depuis "Aucun document sensible n'a disparu", confirme la source citée par "Le Parisien" qui précise que la police judiciaire des Hauts-de-Seine a été saisie de l'enquête.

Et l’enquête de la DDASS ? Les enfants étaient-ils abandonnés à eux-mêmes ? Royal fait ce qu’elle veut de ses nuits, mais la jeune Flora est mineure et a besoin de sa maman à la maison, à Paris plutôt que dans les Deux-Sèvres: qu’en pense la DDASS ?

Que du vide, mais que de vent ! Et de légèreté…

Hollande est sans égal : c’est lui qui le dit !…

Hollande n’a rien à dire et le fait savoir

C’est lui qui le dit, alors que les chacals de Royal –autoproclamés ‘jeunes lions’– sont à ses trousses.

L’inégalable François Hollande se déclare incomparable. Il exclut en effet "pour l'instant" d'être "en rivalité avec qui que ce soit" et notamment son ex-compagne et ex-candidate malencontreuse à l'élection présidentielle, Marie-sEGOlène Royal, qui ambitionne de refaire le coup aux militants pour la présidentielle de 2012. Il fallait le préciser avant d’être ex-Premier secrétaire du parti socialiste !

Hollande a fait la nécrologie de son-ex en ces termes : "Elle a été notre candidate, elle a fait un score important, imposant; elle a accéléré même la mutation du parti socialiste par les thèmes qu'elle a imposés", a-t-il en effet déclaré vendredi à propos de la présidente de Poitou-Charentes sur RTL, avant d’abandonner l’Assemblée Nationale en session extraordinaire, pour se payer quelques jours de vacances, pendant la discussion du projet tout à fait subalterne du … service minimum, qui intéresse tous les Français, sauf lui !….

Puisque point n’est besoin d’être députée pour postuler, l’actuel Premier secrétaire du PS a repoussé à 2008, lors du congrès qui suivra les élections municipales, la question d'une possible compétition avec Sa Cynique Majesté Royal pour le poste de Premier secrétaire du PS.

François Hollande a appelé "tous ceux qui veulent avoir la même démarche" que lui à "réfléchir", dans un premier temps. "Ensuite, nous aurons des choix de personne à faire pour la direction du parti socialiste, et encore après un choix (...) de candidat ou de candidate pour l'élection présidentielle", a-t-il indiqué.

Officiellement séparé de la Royal bafouée qui l’a répudié au mois de juin, l’infidèle, député de la Corrèze, a déclaré que leur situation "n'avait pas besoin d'être clarifiée sur le plan politique, car nous avons toujours travaillé ensemble et nous continuerons de le faire".

D’aucuns s’interrogent sur le point de savoir si François n’aurait pas visité l’appartement de Boulogne-Billancourt pour récupérer sa brosse à dents et s’il n’aurait pas tout naturellement pris l’argent du pain qui traînait sur la table avant de reprendre son ordi… Une piste que la PJ ne devrait pas négliger.

lundi 30 juillet 2007

Syndicats et médias feront-ils taire les usagers?

La démocratie a usage personnel ?

La CGT va-t-elle monopoliser les médias pour convaincre l’opinion que la galère qu’elle impose aux Français les jours nombreux de grève, c’est pour son bien ?

Prompte à réclamer le dialogue, a-t-elle jamais pratiqué la concertation avec les usagers avant de les prendre plusieurs fois l’an en otages ?

Hollande est parti en vacances avant d’être bloqué par les syndicats ! L’Assemblée Nationale est pourtant supposée travailler en juillet, mais les 35 heures, c’est encore trop pour le PS… François Hollande n’a donc pas jugé bon de rester à Paris pour un projet de loi aussi secondaire que celui étudié ce lundi 30?

Ainsi, le projet de loi sur le service minimum, examiné actuellement par l'Assemblée nationale, est le cadet de ses soucis…Il doit être d’accord avec le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez qui a déclaré sur RMC : c’est un "projet de bon sens", qui veut atteindre un "équilibre" entre "le droit de grève et le droit de travailler".

Dans ce "point d'équilibre" les syndicats voient néanmoins une atteinte au droit de grève et ceux qui souhaiteraient des réquisitions de personnel pour assurer un service aux heures de pointe, a estimé Wauquiez.

"D'un côté, on nous dit ‘ça ne sert à rien pour les usagers’ et de l'autre, les syndicats disent ‘c'est la grande révolution’". Ce n'est pas la grande révolution, ni libérale, ni syndicale", a-t-il dit. "OK pour le droit de grève, évidemment pas de problème, ça fait partie des droits fondamentaux de la Constitution, mais en face il y a un autre droit, qui est que celui qui va travailler ait le temps de s'organiser et de se retourner", a-t-il dit, affirmant que 60% des trains annulés à la SNCF l'étaient pour cause de grève.

La disposition prévoyant un vote à bulletin secret après huit jours de grève s'appliquera seulement "aux grévistes", a-t-il précisé, et vise à empêcher qu'une grève "pourrisse avec une minorité qui enkyste la grève". "Quand vous faites un vote à main levée, grosso modo c'est le jeu de la pression, il n'y a pas vraiment de liberté d'expression", a-t-il dit en qualifiant le vote secret de "garantie que chacun puisse s'exprimer".

Des "sanctions disciplinaires" pourraient être appliquées aux grévistes qui ne se seraient pas déclarés 48 heures avant le début du mouvement. Laurent Wauquiez a précisé que si un employé débrayait sans l'avoir déclaré 48 heures avant, il y aurait "une pénalité financière". "Le but, c'est que la règle du jeu soit respectée par tout le monde", a-t-il dit. Il a assuré que l'employeur n'imposerait pas le niveau de ces pénalités. De plus, les grèves spontanées, donc surprises, comme après l'agression d'agents, qui prennent l’usager au dépourvu, ne seront plus possibles, puisque les salariés devront indiquer leur intention de faire grève 48 heures à l'avance.

Le porte-parole a affirmé lundi que les "pénalités financières" en cas de non-respect du préavis individuel de grève seraient "négocié(es) branche par branche".

Il a en revanche refusé de se prononcer sur l'extension du service minimum aux autres services publics. "En France vous commencez à peine à faire quelque chose, vous avez tous les syndicats contre vous et de l'autre côté on vous dit, ‘oui mais en fait on veut que vous alliez encore plus loin’". "J'ai envie de dire : une chose après l'autre, on commence par faire ça, on voit ce que ça va donner".

"Il y a 17 pays européens qui ont déjà ce système et ça se passe très bien", a-t-il souligné, prenant l'exemple de l'Allemagne, "où pourtant les syndicats sont plus forts qu'en France". Et l’exception syndicale française, alors ?

Pourquoi aussi se prendre la tête pendant qu’Hollande a les doigts de pieds en éventails avec sa belle journaliste ?

Tout augmente, même la rémunération du Livret A !

Le gouvernement fait tout en douce, pendant les congés payés ?

La nouvelle serait-elle passée inaperçue dans la presse victime de la canicule ?

La canicule nous a épargnés et, sympas, les journaux nous ont épargné la joie de la bonne nouvelle… Le taux de rémunération du Livret A va passer à 3,0% à compter du 1er août, au lieu de 2,75% à l'heure actuelle, selon un avis du ministère de l'Economie publié samedi au Journal officiel. C’est peu de chose pour les assujettis à l’ISF, mais c’est toujours mieux qu’une baisse, non ? Et bien, non !

Celui du livret du développement durable augmentera portant à la même date et dans la même proportion. Toujours pas contente, la presse ? Et bien, non !

A partir du 1er août, le taux des comptes spéciaux sur livret du Crédit mutuel sera par ailleurs égal à 3,0%; celui des comptes sur livret d'épargne populaire à 4,0%; celui des livrets d'épargne-entreprise à 2,25%; celui des comptes d'épargne logement hors prime d'Etat à 2,0% et celui des plans d'épargne logement hors prime d'Etat à 2,50%. Encore pas contente, la presse ? Et bien, non et non!

Pourquoi ? Allez savoir ! Peut-être que la récompense du travail des uns fait le malheur politique et syndical des autres…

Royal reste muette comme une carpe. Comment va-t-elle ? Heureuse ? Elle cache sa joie…

Ruquier se recycle mais licencie

Purge de chroniqueurs chez Ruquier

Suite à l'annonce par Laurent Ruquier de l'arrêt de l'émission 'On a tout essayé ’, sur France 2, plusieurs chroniqueurs réguliers réagissent dans Télé star.

L'hebdomadaire TV rappelle que si Laurent Ruquier garde la case de l'’access prime time’ la saison prochaine, "qui dit nouveau programme dit aussi nouveaux visages". Et licenciements, sans obligation de reclassement ?

Télé Star pense que les plus exposés, s'ils ne sont pas dans la nouvelle équipe, sont Caroline Diament ("Inconnue avant son arrivée chez Ruquier, cette ancienne directrice artistique d'une maison de disques pourrait avoir du mal à rebondir"), Steevy ("L'ex lofteur tête à claques doit tout à Laurent Ruquier. Si l'animateur ne le garde pas, il pourrait même perdre sa marionnette aux Guignols" !), Jérémy Michalak et Elsa Fayer...

Ceux qui pourraient y perdre beaucoup, selon l'hebdo : l'entarté militant, Christophe Alevêque ("Certes, ses one man show fonctionnent, mais il va perdre une sacrée vitrine") et Isabelle Alonso. La disgracieuse se dit triste (plus que nous) mais comprend que Laurent n'ait pas voulu s'enfermer dans la routine. "S'il forme une nouvelle bande, je serais ravie d'en faire partie", a-t-elle plaidé. A la différence de Steevy connu depuis sa prestation sur TF1, mais comme Caroline Diament ("Inconnue avant son arrivée chez Ruquier »), Alevêque dit que cet arrêt ne lui fait ni chaud ni froid (comme à nous), son vrai travail étant artisan du spectacle et pas chroniqueur... Occupait-il donc la place d’un autre, en toute autosatisfaction et solidarité avec les précaires?

Ceux qui s'en sortiraient toujours selon Télé Star seraient Peri Cochin, Claude Sarraute, Annie Lemoine, Sophie Garel.

Cochin, une privilégiée de la vie mondaine qui émargeait sur le service public financé par la redevance des travailleurs, dit comprendre sa décision et lui fait confiance pour imaginer une nouvelle émission. Elle prépare le pilote d'une émission art de vivre pour France 2 où ses amis friqués viendront épater le smicard avec la caution de France-Télévisions ?

Claude Sarraute juge la décision judicieuse car Laurent est quelqu'un qui a besoin de se renouveler : et toc !

Annie Lemoine, qui, avant Ruquier, était intermittente, pense qu'on aurait pu continuer un an de plus, mais cette décision ne l'inquiète pas, assure-t-elle. Elle va s'épanouir (un gros travail sur elle-même !) dans sa passion, l'écriture. Nous lui souhaitons des lecteurs.

Sophie Garel ne stresse pas pour elle ni pour Laurent qui, elle en est sûre, va rebondir. Mais ça ne sera pas évident pour tous les chroniqueurs, ajoute-t-elle... Quelque sept femmes, sans compter les météores au nombre d’environ trois, passent en effet à la trappe. Certaines sont victimes du jeunisme de rigueur qui s’applique préférentiellement aux femmes mais épargne les ringards, s’ils sont des hommes, Pierre Bénichou, selon VSD et J.-Bernard Hebey ? Quant à l’indispensable pédant gauchiste, il n’appartient déjà plus à la galaxie de Télé Star qui en a oublié jusqu’à l’existence et le nom. Qui s’en plaindrait ?…

La parité, c’est au gouvernement, non pas à la télévision publique…

Familles ravies de la carte scolaire

Malgré la propagande de gauche dans les médias

L'assouplissement de la carte scolaire décidé par le gouvernement pour la rentrée prochaine a permis de satisfaire les demandes des familles dans une proportion plus élevée qu'en 2006, avec un taux de satisfaction de 77% à l'entrée de la sixième, a déclaré Xavier Darcos.

Le délai d'inscription des élèves dans un établissement autre que celui de leur secteur avait été rouvert jusqu'au 30 juin.

"Les résultats de cette première étape d'assouplissement de la carte scolaire sont encourageants", a déclaré le ministre de l'Education nationale en conseil des ministres, selon le texte du compte rendu.

Plus de 13.500 demandes d'inscription supplémentaires hors secteur ont été formulées par les familles, dont environ un tiers à l'entrée de la classe de sixième et deux-tiers pour la classe de seconde.

"Les taux de satisfaction ont progressé en s'établissant respectivement à 77% et 67%, en hausse de 10 et six points par rapport à l'année précédente", a précisé Xavier Darcos.

Les dogmes de gauche, socialistes et radicaux, battus en brèche par les Français, ça les énerve les conservateurs du 19° siècle!

Mesures gouvernementales en faveur de la justice

Montebourg n’a que faire des victimes

La Garde des Sceaux, Rachida Dati, a annoncé mardi 18 juillet au soir qu'elle venait de signer un décret qui "élargit" l'utilisation du bracelet électronique mobile "au-delà de la simple libération conditionnelle".Le bracelet électronique permet de suivre les mouvements du détenu en temps réel, grâce au système de positionnement par satellite GPS. " Ce dispositif va être généralisé par un décret que je viens de signer et qui sera publié prochainement", a indiqué la Garde des Sceaux. Ainsi, à chaque anomalie (des zones sont par exemple interdites aux détenus), l'administration pénitentiaire est informée.

La ministre de la Justice s'est également engagée à "poursuivre le programme immobilier pénitentiaire" avec la construction "de 13.200 places de plus d'ici 2012".

Elle a également promis la construction d'une vingtaine de centres éducatifs fermés pour les mineurs avant fin 2008 . "Il y en a 29 à ce jour et il y en aura près de 50 avant la fin de l'année 2008", dont 5 centres "dédiés à la pédopsychiatrie pour les mineurs atteint de troubles psychiatriques", a-t-elle dit. Montebourg et le PS n'expriment pas leur satisfaction: ont-ils oublié le peu que contient le pacte présidentiel de Royal?

Rachida Dati a annoncé en outre la "création d'un juge délégué aux victimes pour aider les victimes dans leur parcours judiciaire". Soulignant qu'il fallait "mieux traiter les délinquants qui souffrent de maladie mentales pour éviter qu'ils constituent une menace pour la société", elle a indiqué qu'elle allait créer "709 places en unités hospitalières spécialement aménagées d'ici 2011".

Le député socialiste Arnaud Montebourg a demandé des éclaircissements budgétaires à propos de ces annonces qu'il a chiffrées à "un milliard et demi d'euros, voire deux milliards d'euros". Sans chiffrer le coût pour la société que représente l’assistance aux victimes des malades mentaux récidivistes? Les chiffrages seraient-ils devenus un souci majeur du PS et de la fine équipe Royal, depuis la fin de la Présidentielle?

Par ailleurs, les députés ont adopté les deux premiers articles du projet de loi de lutte contre la récidive qui instaurent des peines minimales d'emprisonnement applicables dès la première récidive de crimes ou de délits. Les juges pourront toutefois, sous certaines conditions, prononcer des peines inférieures à ces peines minimales.

Les députés absents devront rendre des comptes ?

Le bracelet électronique pour lutter contre le travail non fait ?

Le mauvais exemple de Marie-sEGOlène Royal aura eu des conséquences sur l’ensemble des membres de l’Assemblée. Son assiduité au Palais-Bourbon était en effet si faible qu’elle battait des records et appelait des mesures.

Est-ce pourquoi Sa Cynique Majesté Royal ne s'est pas représentée à la députation? Elle n'a aucun pouvoir, n'exercer aucune autorité à l'Assemblée Nationale. Or, elle a un besoin insatiable de faire suer le burnous aux autres. Elle néglige donc cette modeste assemblée. Mais ce cas d’incivilité parlementaire ne l’avait pas empêchée de se présenter à la candidature et au PS de la choisir pour candidate à la Présidentielle… Pour plus de moralité, diverses solutions avaient été envisagées. L’une d’elle émerge.

"Avec les moyens électroniques dont on dispose aujourd'hui, les députés peuvent parfaitement et facilement être badgés. Cela existe dans tout un tas d'entreprises, et ceux qui ne seront pas présents deux jours par semaine en session, bien sûr devront avoir des retenues sur salaires significatives", a déclaré ce proche de Michel Rocard.

Sa Cynique Majesté Royal ne portera pourtant pas ce badge à la manière d’un bracelet électronique comme peuvent être amenés à en porter les détenus. Elle a fait élire son âme damnée, Delphine Batho, députée à sa place : c’est dire, au passage, qu’il n’est pas bien difficile d’être député(e) socialiste des Deux-Sèvres…

La galère des députés absentéistes : la Ligue des Droits de l’Homme va-t-elle se saisir de l’affaire? Au nom, par exemple, du devoir de mémoire.

Besancenot devra rendre des comptes à Taser

Besancenot dénigrera-t-il encore longtemps sans risques?

Taser est le distributeur du pistolet à impulsions électriques que la LCR avait accusé d’avoir causé la mort de 152 personnes aux Etats-Unis. Taser attaque le porte-parole pour diffamation.

Olivier Besancenot, candidat de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) à la dernière élection présidentielle, est donc convoqué le 17 septembre devant la justice pour diffamation contre la société Taser. Le porte-parole de la LCR est poursuivi suite à des propos tenus sur en novembre dernier, quand il avait déclaré que ce petit pistolet, qui a l'air d'un jouet, tout simple et très sympathique, a "causé des dizaines de morts aux Etats-Unis", a indiqué un porte-parole de la LCR. Sont également visés des écrits sur son blog et des "propos de meeting". Le distributeur du Taser (SMP Technologies), présenté comme une arme non-létale, réclame 50.000 euros. Le Taser X 26 envoie sur sa cible deux dards délivrant une décharge de 50.000 volts

Le Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'homme (RAID-H), est également visé par une plainte similaire. L'association RAID-H, qui a lancé une pétition et une campagne contre le Taser, sur laquelle s'est notamment appuyé Olivier Besancenot, est visé par une assignation similaire pour "dénigrement.

dimanche 29 juillet 2007

Fillon : au-delà du ‘paquet fiscal’ accélérer la croissance

Et tenir les promesses sur le déficit

Après avoir rappelé à la gauche que : "le rôle qui est le mien, c'est pas de faire la course à la popularité, c'est de mettre en oeuvre le projet", a précisé F. Fillon, pour qui le nouveau président "est revenu aux origines de la Ve République quand le général de Gaulle disait que le Premier ministre est le premier des ministres",

François Fillon a insisté jeudi sur RTL sur les effets attendus de sa politique économique, soulignant sa volonté de faire aboutir au plus vite une deuxième vague de réformes après le "paquet fiscal".

Défendant le texte actuellement discuté par les sénateurs, le Premier ministre a aussi promis que le gouvernement "respectera intégralement" ses engagements en matière de déficit des finances publiques et de désendettement.

M. Fillon a souligné à ce sujet qu'il procédait lui-même aux arbitrages budgétaires que le gouvernement va "assumer collectivement" à l'issue d'un séminaire la semaine prochaine. Mais il a d'abord répété sa conviction que "la raison de la faiblesse de la croissance française (était) la faiblesse du volume d'heures travaillées".

La croissance augmentera, a-t-il insisté, "en augmentant le volume d'heures travaillées, en récompensant le travail, en donnant envie aux gens qui investissent de rester en France et pas d'aller investir chez nos voisins pour payer la protection sociale de nos amis et de nos voisins européens".

La mission qu'il vient de confier à l'ancien conseiller de François Mitterrand, Jacques Attali, sur les freins à la croissance, a-t-il poursuivi, "va permettre d'alimenter un projet de loi de modernisation économique qui va être présenté au Parlement d'ici la fin de l'année 2007 et qui comportera des mesures très énergiques en matière de relance de l'économie".

Le chef du gouvernement a assuré que cette commission serait "très diverse" et comprendrait "des gens très libéraux, d'autres qui viendront de la gauche".

Revendiquant cette ouverture comme un moyen de réussir les réformes, il est revenu sur d'autres débats économiques et sociaux confiés par le gouvernement aux partenaires sociaux, tels que la "modernisation du contrat de travail" et la "sécurisation des parcours professionnels". "Tout ça", a-t-il réaffirmé, "va déboucher sur des projets de loi" en 2007 et 2008.