POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 24 septembre 2018

L'Aquarius est "en route vers Marseille" et met la pression sur la France

Macron cédera-t-il ?

Les maîtres-chanteurs de l'humanitaire internationaliste sont partout indésirables


Quand les universalistes politiques - tout humanistes et humanitaires qu'ils se pensent -  ne sont rien sans les états souverains, mais qu'ils les fustigent, ils se font refouler. Ils doivent donc trouver le maillon faible en Union européennes et testent Macron. Les activistes allemands de SOS Méditerranée cherchent à imposer par la force les migrants illégaux signalés par les passeurs qui les leur ont signalés. "C'est la seul option que nous avons", assure un activiste de l'association qui se fait passer pour une ONG.

Les ONG qui ont pris en charge les migrants abandonnés en pleine mer par leurs complices ont sollicité les autorités françaises : elles veulent que la France mise devant le fait accompli prenne leur relais "à titre exceptionnel" en acceptant le débarquement des 58 migrants "en route vers Marseille" qu'elles ont pris à bord, sans assumer le suivi, a indiqué lundi 24 septembre le directeur des opérations de SOS Méditerranée.

Tranquille, Frédéric Penard explique, lors d'une conférence de presse à Paris, que "c'est la seule option que nous avons" pour permettre à l'Aquarius, "dernier navire" civil dans la zone, "de continuer sa mission" de sauvetage des migrants abandonnés que les passeurs leur ont confiés pour faire le forcing dans un pays européen faible. "Le port de Marseille est le seul port envisageable pour qu'il puisse repartir", a-t-il décrété.

Les autorités panaméennes annoncent le retrait de son pavillon à l'Aquarius.

Alors les données changent, le président de SOS Méditerranée - que la presse étiquette complaisamment association citoyenne ou initiative militante - Francis Vallat, assure que l'Aquarius est "toujours susceptible d'être mobilisé". Mais, actuellement situé "à environ quatre jours" de mer de la cité phocéenne, la date à laquelle le navire, commencera le siège de Marseille reste pourtant incertaine. 

"Le bateau est toujours dans les eaux internationales au large de la Libye" même si "nous reprenons la route du nord", a expliqué Sophie Beau, la vice-présidente de l'ONG  association. "Nous avons alerté d'autres pays, mais nous avons du mal à imaginer que la France puisse refuser, explique le maître-chanteur Francis Vallat, qui instrumentalise la "situation humanitaire" qu'il favorise à chacune de ses opérations. Sans anticiper la réponse de Paris, il a assuré qu'à aucun moment les autorités "ne "nous ont dissuadé de monter vers Marseille".
Le Soros du monde maritime
"A 71 ans, Francis Vallat a derrière lui cinquante ans de carrière dans le domaine de la mer. Il fut durant près de trente ans le président de Van Ommeren Tankers, un important armateur pétrolier néerlandais, avant d’être licencié en 1997.On retrouve pourtant son nom tour à tour au conseil national de la Lloyd’s, la célèbre compagnie d’assurances britannique, ou au comité international du bureau Veritas, le leader mondial de la certification des normes. Il a été vice-président d’Intertanko, le groupement mondial des tankers pétroliers. Francis Vallat a été vice-président de l’Agence européenne de sécurité maritime. Il a fondé en 2006 le Cluster maritime français (CMF), regroupement de toutes les entreprises du secteur. Plus de 5.000 cadres et dirigeants d’entreprises sont passés par le Cluster. 400 entreprises ou entités maritimes y adhèrent. Ses Assises de la mer ont attiré jusqu’à prés de 2.000 personnes dont des ministres. Depuis trois ans, Francis Vallat a passé la main. Mais il est toujours président d’une autre '"grappe maritime", l’European Network of Maritime Clusters, qui rassemble les clusters de dix-sept pays européens… Francis Vallat a été aussi président de l’Institut français de la mer. Nous passons sur ces entreprises, ses SCI, ses multiples engagements associatifs ou sportifs toujours dans le même domaine de la mer.Au tournant du millénaire, c’est le ministre communiste des Transports, Jean-Claude Gayssot, qui le décore de la Légion d’honneur. Au crépuscule du sarkozysme, en janvier 2012, il prend la parole à une journée thématique de l’UMP où il explique entre autres aux organisateurs « qu’ils sont nuls en communication"…
Résultat de recherche d'images pour "coke en stock"

Le Panama va retirer son pavillon à l'Aquarius

Avec véhémence,
SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) ont accusé dimanche le gouvernement italien de "pression" exercée sur le Panama pour qu’il retire son pavillon à l’ "Aquarius", navire internationaliste affrété par les deux associations qui se croient au-dessus des lois nationales et internationales. Les autorités maritimes panaméennes ont en effet annoncé samedi qu’elles allaient retirer son pavillon à l’Aquarius, déjà privé de pavillon par Gibraltar, pour "non-respect" des "procédures juridiques internationales" concernant le sauvetage de migrants en mer Méditerranée.

"Cette révocation résulte de la pression économique et politique flagrante exercée par le gouvernement italien et condamne des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants en fuite à rejoindre le cimetière marin qu’est devenue la Méditerranée", a assuré - sans preuves - MSF dans un communiqué. "Elle porte un coup violent à la mission humanitaire vitale de l’ "Aquarius", le seul navire de recherche et de sauvetage non gouvernemental encore présent en Méditerranée centrale" et hors-la-loi.

Salvini a le respect du Panama.
Il n’y a eu "aucune pression du ministère de l’Intérieur sur le Panana", a  affirmé à la télévision italienne le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue/extrême droite), qui a fermé depuis juin les ports du pays aux migrants non désirés réfutant dimanche soir toute intervention de son ministère. "Il est évident qu’aucun pays au monde ne voudrait prendre la responsabilité d’être associé à un navire qui fait obstacle aux opérations de secours en mer, refuse la coordination avec les gardes-côtes libyens, attaque des gouvernements démocratiques comme celui de l’Italie", a-t-il lancé.

Les autorités maritimes du Panama ont expliqué que l’ "Aquarius" devait "malheureusement être" exclu de leur registre car maintenir ce pavillon impliquerait de sérieuses difficultés politiques pour le gouvernement panaméen et pour la flotte panaméenne qui travaille dans les ports européens. "Selon le Panama, la principale plainte émane des autorités italiennes", selon lesquelles "le capitaine du navire [de l'Aquarius"] a refusé de renvoyer des migrants et réfugiés pris en charge vers leur lieu d’origine".

SOS Méditerranée et MSF polémiquent en jouant de l'émotion populaire
Ils "dénoncent ces actions comme une preuve supplémentaire du jusqu’au-boutisme du gouvernement italien qui choisit sciemment de laisser les gens se noyer en mer Méditerranée, et cherche à se débarrasser des derniers témoins de ces naufrages". Des accusations graves qui relèvent des tribunaux internationaux.

Après avoir repris ses activités seulement cette semaine en Méditerranée après une escale forcée de 19 jours à Marseille, faute de pavillon, l'Aquarius a encore pris à son bord 11 migrants clandestins jeudi livrés au large de la Libye. Le navire cherche désormais un port pour les débarquer, après avoir refusé de les ramener en Libye. 
Une première fois, en juin, le navire avait déjà sollicité le port de Valence et le gouvernement socialiste de Madrid avait permis à 237 migrants de mettre pied en Union européenne. 
Puis, en août, Malte (travailliste) avait cédé, après un accord forcé de répartition de 141 passagers entre plusieurs pays européens.

Résultat de recherche d'images pour "Conteneurs d’espoir"
Parmi les partenaires de MSF, citons CMA CGM ("Conteneurs d’espoir", sic), SNCF, EDF, Air France ou Veolia (gestion du cycle de l’eau, gestion et valorisation des déchets et gestion de l’énergie) qui met à disposition de MSF les compétences techniques de ses salariés volontaires.

L'OFCE conteste la baisse fiscale de 6 milliards, selon Macron

L'Observatoire français des conjonctures économiques y voit une imposture

Le gouvernement annonce 6 milliards d'euros de baisse des prélèvements en 2019

Macron évalue à six milliards d’euros la baisse globale des prélèvements obligatoires pour les ménages en 2019, selon des chiffres publiés samedi par Les Echos et confirmés à la source par les services de Gérald Darmani au ministère des Comptes publics.

L’exécutif arrive à cette estimation en agrégeant des mesures déjà annoncées, comme la baisse de la taxe d’habitation pour 80% des Français (3,8 milliards d’euros), la suppression de certaines cotisations salariales (4 milliards d’euros) et la baisse de la CSG pour 300.000 retraités (300 millions d’euros).

Et ces baisses sont partiellement annihilées par la hausse de la fiscalité énergétique, représentant 1,9 milliard d’euros, celle des paquets de cigarettes, pour 400 millions d’euros, ou les restrictions du périmètre du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique), pour 800 millions d’euros.
La différence entre les deux colonnes permet au gouvernement d’arriver au chiffre de six milliards d’euros d’allègement.


L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a abouti à une estimation bien inférieure

Cette étude de l’OFCE publiée vendredi a estimé à seulement 3,5 milliards d’euros le gain de pouvoir d’achat pour les Français en 2019 attribuables aux mesures gouvernementales.

L’OFCE souligne dans son évaluation que l’évolution des prestations sociales devrait amputer le pouvoir d’achat des ménages de 2,5 milliards en raison principalement de la désindexation des pensions de retraite, des prestations familiales et des allocations logement.

La presse institutionnelle n'a pas pointé l'intox de Macron
Malgré leurs importants moyens en personnels, les "fact-checkers" vertueux de la presse - toujours prêts à pointer les blogs et les réseaux sociaux qui ont la parole libre (le "check news" de Libération, l'AFP factuel, les "Observateurs"de France 24, le "fake off" de 20 Minutes, en partenariat avec Facebook !, "Le vrai du faux" mené par Antoine Kremp à francetvinfo, ou 8 rédacteurs "décodeurs" au journal Le Monde, avec 2 coordinateurs et 5 data-journalistes : combien d'emplois inutiles, donc) - n'ont pas dénoncé le tour de passe-passe de Macron.

L'exécutif s'est mis en difficulté dans la résolution de l'équation budgétaire - et aussi politique - , mais continue à magouiller les chiffres pour tenter de tromper l'opinion, tout en s'étonnant de sa chute vertigineuse de popularité, suite à ses choix de dépenses publiques et au "ras-le-bol fiscal".

Le premier ministre, Edouard Philippe, a dû annoncer une baisse de la CSG pour 300.000 retraités, en guise de "mesure de correction".
Or, selon l'édition 2018 des Tableaux de l'économie française publié en février par l'INSEE: "en fin d’année 2015, 16,0 millions de personnes, vivant en France ou à l’étranger, sont retraitées de droit direct d’au moins un régime français". Parmi ceux-là, 13,1 millions bénéficient du régime général des salariés du privé géré par la caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). 300.000 sur 16 millions...

Les ministres de l’Economie et des Comptes publics, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, doivent présenter le projet de loi de Finances pour l’année prochaine lundi en conseil des ministres. 

Benallagate : les juges ordonnent l'expertise psychiatrique d'Alexandre Benalla

Ce proche de Macron sera-t-il déclaré "déséquilibré" ?

L'ex-chargé de mission d'Emmanuel Macron pourrait être reconnu schizophrène

Le "casseur" de l'Elysée est-il névrosé ou psychotique ?
Une expertise psychiatrique d'Alexandre Benalla a été demandée par les juges, révèle le Journal du Dimanche (JDD). Elle devrait avoir lieu le 28 septembre, en application de l'article 706-47-1 du code de procédure pénale.

Alexandre Benalla a été mis en examen le 22 juillet dernier, pour "violences volontaires", "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique" et "port prohibé d'une arme de catégorie B", après la diffusion d'une vidéo qui montre sa participation au maintien de l'ordre lors des manifestations du 1er-Mai 2018.

Il s'agit en outre de déterminer si sa volonté de puissance a poussé Benalla à s'arroger des prérogatives que son statut n'autorisaient pas.

"Avec Macron, ça risque de très mal finir", prévient Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, influenceur politique de haute volée 

L'ancien chef de l'Etat déplore qu'Emmanuel Macron soit "entouré de gens inexpérimentés"

L'ex-président de la République a toujours un avis éclairé sur l'actualité politique, mais le quadra saura-t-il écouter son aîné qui l'a mis en garde dans Le Figaro, ce dimanche 23 septembre ? "La politique, c'est la vie, mais ce n'est pas ce que vous croyez", explique Nicolas Sarkozy qui s'intéresse notamment à l'actualité internationale. 

L'ancien chef de l'Etat (2007-2012) s'inquiète de voir "l'Occident en danger" au profit de l'Est, estimant qu' "à force d'être délaissé, Poutine se tourne vers la Chine"

Il désapprouve également le Brexit, jugeant "scandaleux qu'on ait laissé partir les Anglais". Mais, encore une fois, ce n'est pas ce qui le fera revenir sur le devant de la scène politique. N'a-t-il pas en effet refusé en juin dernier la proposition du président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, de se porter candidat à la présidence de la Commission européenne ?

"Pourquoi voulez-vous que je rompe avec une partie de ma vie et de mes amis ?"

L'ancien ministre de l'Intérieur préfère le rôle de "Sage". Dans ses bureaux parisiens de la rue de Miromesnil, il reçoit des "anciens ministres, ex-conseillers, maires et députés, conseillers régionaux et sénateurs, ténors de la droite" et même le président du Sénat, Gérard Larcher, révèle Le Figaro. S'agit-il, comme l'espère un fidèle soutien, "d'entretenir ses soutiens et de s'assurer qu'au-delà d'une envie personnelle de peser, il serait soutenu, si jamais, dans des circonstances exceptionnelles, il y avait une demande"? "Vous ne pouvez pas avoir consacré autant d'énergie à la politique et ne pas vous tenir au courant", souligne un proche, assurant qu'il ne s'agit en aucun cas d'une stratégie de reconquête. 


"J'ai tellement aimé la politique, ça m'a donné tant de satisfaction. Ça a été une partie de ma vie. Pourquoi voulez-vous que je rompe avec une partie de ma vie et de mes amis ? Les sentiments, ça existe", explique de son côté Nicolas Sarkozy, à l'issue d'un déjeuner entre élus LR, avec notamment le maire de la cité phocéenne Jean-Claude Gaudin et le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier. "C'est de ne pas voir mes amis qui serait suspect. Il n'y a aucune raison que je me coupe d'eux. Mais ce n'est pas pour cela que je me projette politiquement", insiste-t-il. 

L'ancien président de la République reste par ailleurs très proche du ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, qui a été exclu des Républicains en raison de son ralliement à Emmanuel Macron. Alors que beaucoup au sein de LR dénoncent sa "trahison", il tempère : "On ne peut pas refuser d'être ministre du Budget à son âge", sourit-il.

Les précieux conseils de Sarkozy

Nicolas Sarkozy observe que l'actuel locataire de l'Elysée est "entouré de gens inexpérimentés". "Avec Macron, ça risque de très mal finir", a-t-il même lâché devant des élus. Des propos que tenaient déjà l'époux de Carla Bruni en octobre dernier

Ces funestes prédictions sont-elles susceptibles d'interpeller Jupiter ? 
Les conseillers inexpérimentés de Macron lui réclament régulièrement des conseils, révèle Le Figaro. "On veut faire comme vous", confieraient certains membres de la garde rapprochée du président à Nicolas Sarkozy. 

Ce ne sont pas les seuls. Selon le quotidien, l'entourage de François Hollande a demandé l'an dernier conseil à ses équipes pour savoir s'il faut se rendre au dîner du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) en tant qu'ex-président.

Calais : supposé disparu dans les eaux du port, un migrant reste introuvable

Les recherches restent infructueuses

Les opérations de recherche policières n'avaient toujours pas abouti dimanche dans le port de Calais, a alerté un membre des secours.

Calais: recherches infructueuses pour retrouver un migrant supposé disparu
"Les recherches ont été interrompues ce lundi matin. Elles n'ont pas repris dans la journée", s'est inquiétée cette source. Dimanche matin, la préfecture du Pas-de-Calais avait annoncé que des recherches étaient menées pour retrouver une "personne" tombée à l'eau.

"Trois migrants se trouvaient en bord de mer cette nuit. Vers 03h35, deux clandestins se sont manifestés auprès des services de sécurité au niveau du port Est, en disant que le troisième membre du groupe était tombé à l'eau", a précisé la préfecture.
"Immédiatement, des sapeurs-pompiers et plongeurs ont été engagés, avant d'être renforcés par un hélicoptère ce matin à 06h00", a-t-elle ajouté, sans donner de précision sur l'identité de la personne recherchée.

D'après le dernier décompte des autorités, entre 350 et 420 migrants (entre 400 et 800, selon les associations) se trouvent à Calais, port d'Europe continentale le plus proche de l'Angleterre, pays qu'ils souhaitent rejoindre.

Aucune enquête ne dira si le migrant est tombé à l'eau accidentellement ou a été poussé. 
Les associations humanitaires exigeront-elles des investigations judiciaires ?

dimanche 23 septembre 2018

La Macronie assume-t-elle son homophobie ?

Un député LREM défend Marcel Campion après ses propos offensifs à l'encontre des homosexuels

Le roi des forains, Marcel Campion, condamne les homosexuels pour leur
 perversité

Résultat de recherche d'images pour "meilleur ouvrier de fr marcel campion Anne Hidalgo Ance"

Tournée en janvier dernier, la vidéo qui fait le buzz est un avatar des déboires du forain avec la Mairie de Paris, repaire homosexuel, selon lui et bien d'autres. Marcel Campion a donc fait sensation dimanche après la publication par le Journal du dimanche d'une vidéo vieille de neuf mois qui révèle des propos homophobes envers des responsables gay de l'entourage d'Anne Hidalgo.

Dans cette vidéo, la cible préférée de la maire de Paris Anne Hidalgo s'en prend ainsi à l'ancien premier adjoint de Paris, Bruno Julliardhomosexuel déclaré"Comme il était un peu de la jaquette, il a rencontré (l'ancien maire de Paris, Bertrand) Delanoë, ils ont fait leur folie ensemble et paf, il est premier adjoint. Et avec Anne Hidalgo, il est super parce qu'en même temps il lui a amené tous les homos de la terre. C'est à dire que toute la ville maintenant est gouvernée par des homos", a déclaré M. Campion, lors de cette réunion qui a eu lieu, le 27 janvier à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), selon le JDD, non sans intention de buzz.

"Moi, j'ai rien contre les homos; d'habitude, je dis les 'pédés'. Mais on m'a dit hier qu'il fallait plus que je dise ça. Donc, je ne dis plus les pédés; je dis les homos. J'ai rien contre eux, sauf qu'ils sont un peu pervers", a ajouté le roi des forains.

Dans un tweet, Bruno Julliard a annoncé que ces "propos abjects ainsi que leur auteur seront poursuivis en justice".
Plusieurs responsables politiques ont condamné les propos de Marcel Campion. "Ils ne méritent aucune indulgence, ni aucune explication qui pourrait conduire à en relativiser l'intention. Ils sont scandaleux, un point c'est tout !", a écrit  Gilles Le Gendre, le nouveau patron des députés LREM, dans l'air du temps, sur Twitter. Ce député est l'élu du Quartier Latin et notamment Saint-Germain-des-Prés.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, s'est dit "atterré". Le PS compte en effet Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë parmi ses adhérents, ainsi que Bruno Julliard, mais aussi plusieurs maires d'arrondissement, jusqu'au gouvernement, Mounir Mahjoubi, ex-socialiste.

Marcel Campion a assuré qu'il est "tout sauf un homophobe". 
"Si le mot 'pédé' que j'ai dit une fois ou deux a pu déranger certaines personnes je m'en excuse; je suis d'une génération où on disait ces mots-là, mais je ne suis pas homophobe", a-t-il expliqué.

Il a évoqué "des propos un peu sortis de leur contexte dans un mouvement de colère", après avoir "été éliminé du marché de Noël et de la grande roue par M. Julliard".
"Le mot pervers je ne l'ai pas utilisé pour les pédés. J'ai dit que ce sont des pervers parce qu'ils se servent de leur statut d'élus pour essayer de faire des affaires", a-t-il ajouté, précisant que la réunion avait eu lieu "chez moi, dans mon petit café devant une quinzaine de personnes."
"Ce n'est pas homophobe," souligne Joachim Son-Forget, en réaction à la polémique

Un député LREM défend Marcel Campion après ses propos sur les homosexuels

Né en 1983 à Séoul en Corée du Sud, le député des Français de l'étranger, Joachim Son-Forget a estimé que les déclarations de Marcel Campion ne sont pas homophobes. Or, cet élu des Français de Suisse et du Liechtenstein est de nationalité franco-kosovar et la République du Kosovo est à 90% musulmane.

Dans la vidéo de janvier dernier, tournée lors d'une réunion entre amis organisée par le "roi des forains", on entend l'homme tenir des propos critiques envers la maire de Paris Anne Hidalgo, mais aussi qualifier les homosexuels de "pervers" et estimer que Paris était "gouverné par des homos".


Les homosexuels de Paris, clientèle électorale socialiste des prochaines municipales
Résultat de recherche d'images pour "Grande roue du Jardin des Tuileries"

Parmi les nombreux internautes qui ont relayé cette vidéo sur Twitter, l'ancien conseiller communication de François Hollande et potentiel candidat aux municipales à Paris, le socialiste Gaspard Gantzer déclare l'opinion de Campion "invraisemblable et franchement homophobe. Inacceptable". 

C'est à ce message qu'a répondu Joachim Son-Forget, LREM, qui prend la défense de Marcel Campion. "Non, ce n'est pas homophobe @gaspardgantzer il suffit d'écouter en entier de quoi il parle, certes maladroitement, mais pas de sexualité", a argumenté le député La République en marche.

"Je trouve même de bon aloi ses propos personnels sur Mourousi et 'Didine' qui sont la clé de lecture de ce propos", a ajouté l'élu, faisant référence à deux personnalités homosexuelles avec lesquelles Marcel Campion a été ami. 

Les propos de Marcel Campion visaient notamment Bruno Julliard qui a fait démonter sa Grande roue du Jardin des Tuileries. 
C'est le contexte évoqué par l'élu LREM, dont fait abstraction le lobby LGBT.

Quand Hanouna fait le show avec un vegan sectaire contre un boucher, meilleur ouvrier de France

Les vegan sont des sectaires violents qui se croient meilleurs que leurs égaux

La bande à Cyril Hanouna a-t-elle voulu faire couler le sang ? 

Il a fait s'affronter un ayatollah vegan et un artisan boucher pour marquer la rentrée avec la première de la nouvelle émission de C8 'Balance ton post', ce vendredi 21 septembre. Ambiance de corrida...

L'activiste vegan n'avait pas hésité à instrumentaliser la sensibilité de chacun, en apportant sur le plateau un petit cochon mort sorti, pour l'occasion, d'une poubelle d'un élevage normand, histoire de faire croire qu'il respecte les morts comme les vivants. Une sordide mise en scène par un activiste cynique se parant pourtant de toutes les vertus.
L'individu a ainsi estimé que "dans ces débats, il manque toujours un acteur : [...] la victime". Laquelle, en matière d'IVG (interruption volontaire de grossesse(, est le foetus. Mais sans doute l'humain n'a-t-il pas droit à autant de respect ?

Le vegan sollicite-t-il l'approbation des musulmans ?

Image associée
Face au choix d'un petit cochon, Cyril Hanouna a joué l'embarras. "On ne peut pas voir ça, c'est extrêmement violent", a lancé le faux-culé, refusant par la suite que l'animal impur soit filmé, mis sous le nez des spectateurs du show  et exhibé aux téléspectateurs. 

Accusé de mettre les cochons en vitrine, le boucher - meilleur ouvrier de France - a de son côté assuré: "On a un minimum de respect. [...] J'aurai dû venir avec un carré de pelouse. Non, mais il y a un moment, il faut arrêter !"