POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 20 décembre 2014

PS: certains Saint-Just laissent éclater leur haine d'Eric Zemmour

"Monsieur Zemmour, la République, on l’aime ou on la quitte"
C'est Libération qui leur ouvre cette tribune
Sans-papiers d'A. Hidalgo?
"Illettré" de Gad ?
Photo de Zemmour choisie par Libération
Yann Galut, député PS du Cher (Fidl, UNEF, MJS, SOS Racisme, ATTAC), fondateur et porte parole de la Gauche forte, Medhi Thomas Allal, délégué général de la Gauche forte, non élu (fondation Terra Nova), Colette Capdevielle, députée PS des Pyrénées-Atlantiques, Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine et porte-parole de la Gauche forte, Marie-Anne Chapdelaine, députée PS d'Ile-et-Villaine et David Abdelkader-Corrihons membre de la Gauche forte (deuxième année de Sciences- Po) se sont érigés en juges, le 18 décembre 2014. Sans les sénateurs Patricia Schillinger et Ronan Kerdraon, ni les députés Jean-Pierre Maggi et Hugues Fourage.
Ils se comportent en groupe des Montagnards de la Révolution française 
Galut et Abdelkader-Corrihons, sur TF1
dont les plus intolérants, Robespierre (Bachelay) et Saint-Just (Galut), membres de la Convention, furent guillotinés le 28 juillet 1794. L'intransigeant Saint-Just fut notamment l'inspirateur de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, celle de 1793 qui présente comme un devoir l'insurrection populaire contre un pouvoir oppressif, tyrannique et, despotique. "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Au nom de cette déclaration de 1793, les révolutionnaires instaurèrent le règne de l'arbitraire caractérisé par les exécutions de masse de la période sanglante de la Terreur responsable de colonnes infernales et de massacres qui fit plusieurs dizaines de milliers de victimes, voire plus de 100.000 victimes, singulièrement en Vendée et en vallée du Rhône.

TRIBUNE

Procès d'intention en préambule
"Vous prétendez aimer la France, mais vous en haïssez le véritable peuple, quand un quart d’entre nous a un grand-parent né à l’étranger", affirment-ils péremptoirement, forts de leur arrogante idéologie. Pour se donner quelqu'autorité, ils citent Emile Zola: "La République est envahie par les réactionnaires de tous genres; ils l’adorent d’un brusque et terrible amour; ils l’embrassent pour l’étouffer." (Lettre à la France, 7 janvier 1898).

Profession de foi
"Nous sommes patriotes. Nous aimons la France, autant que nous aimons la République, parce que, pour nous, la France est République ou elle n’est pas. Nous sommes patriotes parce que nous chérissons les valeurs républicaines d’égalité des droits, de liberté, d’émancipation et de laïcité."

Réquisitoire
"Monsieur Zemmour, ceux qui, comme vous, se font les prêcheurs des idéologies du déclin et prédisent le 'grand remplacement', n’aiment pas la France." [généralisation clivante et liste noire]

En faisant des musulmans de France des boucs émissaires [assertion], vous reniez les valeurs républicaines de notre pays. Vous vous accrochez aux stigmates des périodes les plus sombres de notre histoire, pour ériger en modèle votre propre système, antirépublicain, raciste et xénophobe… Non, l’islamophobie n’a pas sa place dans la République ! [ostracisme]

Vous voudriez nous faire croire que la France appartient à une certaine religion et à une certaine "ethnie", à ce que certains acclament comme un peuple exclusivement constitué par des "Français de souche", mais qui n’est rien d’autre que le fruit de leurs fantasmes, déconnecté de ce qu’a été l’histoire de France. [discrimination]

Nous répondons que la République, c’est la puissance du vivre-ensemble [l'évoquer, c'est en admettre l'absence], grâce à des valeurs, qu’il n’y a d’autre peuple que l’assemblée de tous les citoyens français. L’essentialisme culturel [distinction sexe et genre, notamment] et ethnique [opposant nature et la culture] n’a pas sa place dans notre République ! [dogmatisme]

Vous prétendez aimer la France [audacieux déni], mais vous en haïssez le véritable peuple [qui sont les faux ou mauvais Français?], quand un quart d’entre nous a un grand-parent né à l’étranger [combien sont Européens?]. Le discours prononcé par François Hollande inaugurant la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) a permis de rappeler comment se construit une nation : par les échanges, par les apports extérieurs, par le contact…

La Gauche forte, idéologue fumeuse
"La France est diversité" [qui le nie?], précisait Braudel [marxiste à bien des égards]. Elle est le plus ancien pays d’immigration en Europe. [après les pays nordiques et l'Allemagne !]

Sa force, c’est son métissage [son histoire  séculaire et son génie singulier, accessoirement ?] grâce auquel elle a pu grandir [axiome galutien: sans métissage, point de croissance], se réinventer et enrichir sa culture. Le nier, c’est attaquer la France [binaire et ], c’est renier la tradition française, c’est être antipatriote [la sentence est tombée!].

Etre français et être républicain ne se décrète [accord au pluriel, SVP] pas par le sang [exclusive hardie], mais se définit par une adhésion commune à des principes qui nous dépassent [c'est clair!], à ces valeurs transmises par l’école de la République [disons plutôt de la FSU].

La Gauche forte n'est pas agressive...
Vous vous attaquez aux droits fondamentaux du peuple français, issus d’une histoire commune et garantis par le préambule de la Constitution [celle de la Ve République peut encore servir !] : "Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine [nazi et soviétique], le peuple français [ses citoyens et non ses clandestins] proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés."

Cette histoire commune, c’est celle des conflits mondiaux du XXe siècle, c’est celle des 100.000 soldats musulmans morts pour la France, tirailleurs algériens, marocains, tunisiens ou sénégalais [Harkis, aussi, ou non ?]. Non, Monsieur Zemmour, lorsque vous bafouez la mémoire nationale, vous n’aimez pas la France. [de quel droit cette condamnation terroriste ?]

Attendus du jugement de condamnation
Députés PS Y. Galut et N. Bays,
brièvement époux d'Aurore Bergé (UMP),
pro-mariage homosexuel
En déclarant la guerre à une sorte "d’ennemi intérieur" [que ce quarteron  de signataires insanes nous épargne en revanche ses "démons intérieurs"], vous vous inscrivez dans la tradition de l’extrême droite réactionnaire, qui a toujours nié l’égalité des humanités et l’égalité des possibles. Vous rêvez d’attiser la haine et les rancœurs d’une France contre l’autre. Vous mettez en danger la démocratie fondée sur le pacte social républicain. Ne soyons pas dupes et écoutons les mots de Montaigne : "Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous." [mais que ni Zemmour, ni aucun républicain ne se sente menacé !]

Au secours, le GIGN, retenez les djihadistes roses !


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):