POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 18 décembre 2014

Austérité: colère des chauffeurs routiers


La CFDT finit par entendre sa base !
Des opérations de blocages des routes et d'entrepôts sont envisagées
Les salaires ont mobilisé les routiers jeudi 18 décembre, un peu partout en France. Les chauffeurs routiers n'ont pas été augmentés depuis deux ans et le problème de la concurrence n'est pas essentiel comme chez les taxis.  Ils réclament alors une augmentation de 100 euros nets par mois.

La CFDT ne parvient pas à négocier avec le patronat et le syndicat majoritaire vient de claquer la porte, menaçant d'actions coup-de-poing jeudi 18 et vendredi 19.


La CFDT commence à prendre ses distances avec Hollande et Valls

Frapper là où ça fait mal
"Les chauffeurs routiers viennent d'entamer leur action coup de poing", explique Anne-Claire Poignard en direct du péage de Saint-Arnoult (Yvelines),une des grandes portes de la région parisienne sur l'A10. "Ils sont une centaine venus de toute la France pour tenter de bloquer la circulation dans les deux sens. Plusieurs dizaines de camions et de voitures sont bloquées", précise France 2 au JT de 20h, jeudi 18 décembre, dans le sud de la région parisienne.
Certains portent des bonnets de père Noël clignotant sur la tête. Ils bloquent la circulation, pour les poids-lourds et les camionnettes, dans les deux-sens sur environ la moitié des voies. Des palettes ont été installées devant le péage.
En revanche, les voitures des particuliers peuvent circuler. Vinci Autoroutes recommande toutefois aux usagers «d’éviter le secteur dans la mesure du possible». 

Vers 23 heures, selon la gendarmerie, environ 800 camions étaient à l'arrêt sur une dizaine de kilomètres de part et d'autre du péage. Des CRS sont sur place pour sécuriser l'endroit, mais pas pour évacuer. "On va rester le temps qu'il faudra, pour que les patrons comprennent que quand la CFDT elle dit, la CFDT elle fait", a menacé Thierry Cordier, secrétaire général de la fédération. "On est ici car la police ne voulait pas nous voir à Rungis. Leur barbaque, ils l'auront mais ils l'auront tardivement", a-t-il mis en garde. Le marché de Rungis avait en effet été annoncé comme la cible initiale des manifestants, mais quand le pouvoir socialiste dit, la CFDT fait ! 
Certains pensent même que la CFDT fait le jeu du gouvernement contre les patrons...

Une épreuve de force pour arracher des augmentations de salaire
Le principal syndicat du transport routier juge qu'avec la baisse du prix du diesel, mais aussi l'abandon de l'écotaxe, le patronat en a les moyens. Or,depuis trois mois, les négociations sont pourtant toujours dans l'impasse.

Le calendrier n'est bien sûr pas dû au hasard: le but est de frapper là où ca fait mal, et cela juste avant les fêtes en perturbant les livraisons du père Noël.

Mais les autres syndicats craignent l'impopularité d'un tel mouvement et préfèrent attendre après les fêtes... Et une autre journée d'action est donc à prévoir début janvier.

Les routiers CFDT, alliés objectifs du pouvoir socialiste

Les camarades syndicalistes de Hollande disent avoir tendu la main au patronat.
La semaine dernière, la CFDT s'était dite prête à lever son mouvement en cas de négociation rapide "et surtout sérieuse" avec le patronat.  "Au vu de l'absence d'évolution de la position patronale, la CFDT Route confirme son appel à la mobilisation des salariés du transport routier et à la mise en place de blocages en Ile-de-France visant à impacter l'économie", ajoute le syndicat dans un communiqué.
Si, depuis le 1er décembre, les négociations salariales pour 2015 sont au point mort, c'est que la CFDT, syndicat réformiste de dialogue qui réclame une revalorisation (10 euros) du salaire minimum pour les salariés les moins qualifiés, avait claqué la porte faute d'engagements suffisants du patronat.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):