POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 4 septembre 2010

Le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, ça en fait plus ?

Des compensations aux transferts de compétences au-delà de toute espérance

Suppression de 33 000 à 35 000 postes de fonctionnaires d’Etat dans le budget 2010

Journal Les Echos du 7 mai 2009:

Bercy prévoit le départ à la retraite de 68.500 fonctionnaires d’Etat en 2010, ce qui conduirait, selon la stricte application de cette règle, à une suppression de postes comprise “entre 33.000 et 35.000″.
Selon le journal, l’économie ainsi générée serait de 956 millions d’euros, dont la moitié devrait être reversée aux fonctionnaires, comme l’avait promis Nicolas Sarkozy.

Lu dans Contrepoints du 1er septembre 2010

656.000 fonctionnaires de plus en dix ans

Nous dénoncions en avril la baisse en trompe l’oeil du nombre de fonctionnaires par des tours de passe-passe comptables. L’étude des chiffres récents confirme notre analyse : Si les effectifs de l’État ont diminué de 1,4% depuis 1998, ceux des collectivités territoriales ont cru de 40% et le nombre de fonctionnaires dépasse les 5,3 millions. 656 000 postes supplémentaires ont été créés pendant la période, soit une hausse de près de 15%.

En 2008, la hausse pour les trois fonctions publiques (d’Etat, territoriale et hospitalière) n’a été « que » de 1 800 postes. L’Etat pendant la période s’est massivement déchargé de ses missions pour les confier aux collectivités territoriales. Comme le note Le Figaro :
« Autre conclusion du rapport 2009-2010 sur l’état de la fonction publique : les collectivités locales ont continué à recruter à tour de bras avec près de 70.000 créations d’emplois en 2008. La fonction publique territoriale emploie désormais 1,82 million de personnes. Un total supérieur de 3,9% à celui de 2008 et, surtout, une envolée de 40% par rapport à 1998. Cette hausse vertigineuse est en partie liée à la deuxième loi de décentralisation intervenue en 2003. Les régions - qui n’emploient que 4% de l’ensemble des fonctionnaires territoriaux - ont été particulièrement gourmandes en emplois publics puisqu’elles ont vu leurs effectifs bondir, sur une décennie, de 22,5% en moyenne chaque année et même de 49% par an depuis 2005. Dans plus d’un cas sur quatre, les recrutements intervenus les trois années antérieures à 2008 n’avaient rien à voir avec des transferts de compétences de l’État. »

Où est la véritable baisse du nombre de fonctionnaires promises par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne ?
Le gouvernement actuel persiste donc dans sa politique de non réformes maquillée sous un vernis de réformisme oratoire.
« Côté rémunération, un agent de l’État a perçu en moyenne 2328 euros net par mois en 2008. Soit une hausse de 3,7% en euros courants sur un an ». Le salaire net moyen dans le privé et le semi-public est de 1780 € pour une femme et 2177 € pour un homme, selon l’INSEE. Une différence de traitement de 17,7% en moyenne donc...
Il n'aura échappé à personne que Contrepoints n'est pas à proprement parler pro-gouvernemental ! C'est même un webzine libertarien qui défend des positions communistes libertaires et syndicalistes révolutionnaires. Ses lecteurs sont généralement syndicalistes à SUD, à la CGT et à la CNT.

Le "réformisme oratoire" à double usage

D'une part, l'opposition dénonce "la politique de non réformes maquillée" du gouvernement, et de l'autre, elle l'accuse de réduire les effectifs de fonctionnaires.

La FSU peut donc appeler à la mobilisation à toute occasion.
Ainsi, les syndicats de l'Education nationale, FSU ou SGPEN-CGT-ATOSS, dénoncent-ils les suppressions de postes d'ATOSS (administratifs, techniques, ouvriers, de service, sociaux et de santé) qui, dans le même temps sont créés par les collectivités territoriales... On va se gêner !

Relire l'article que PaSiDupes consacra au livre "Absolument débordé(e)" écrit par une employée du Conseil régional d'Aquitaine présidé par le socialiste Alain Rousset, dont elle dénonce la gabegie.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):