POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 12 septembre 2010

La presse internationale de gauche rétrécit Sarkozy

Les Anglais se coalisent avec l'opposition française

Les media croient-ils ce qu'ils disent ?

Mais surtout, ce qu'ils écrivent est-il la vérité ?
Et est-ce ce que nous pouvons constater?
Les media colllaborateurs de l'opposition
et ses dénonciations 'politiquement correctes'

L'ennemi de l'intérieur
L'inélégance de l'être

Marianne
L'ex-hebdomadaire de J.-F. Kahn, soutien de Bayrou à la présidentielle de 2007,avait ayyaqué fort, créant une polémique sur les manières douteuses de la presse partisane.
Depuis, les media de gauche se sont laissés aller à tous les excès, comme le montrent leurs couvertures. Voici un florilège de la dégradation qui s'y est opérée parmi les éigris du suffrage majoritaire.

Le Point: juin et juillet 2007
Alignement du Point sur la majorité de ses confrères

Le faux-semblant de la question rhétorique systématique sauve encore les apparences et peut laisser au client l'illusion du respect de son libre-arbitre.


La liberté d'expression autorise à détourner des couvertures de presse sur le net
Est-ce l'oeuvre d'un opposant de base ou celle d'un journaliste 'créatif' de Marianne ?
Toujours est-il que l'internaute ne sait plus si le 'fake' ne serait pas l'original. Objectif atteint.



Qui

est

le voyou

de la presse ?




L'hebdomadaire Marianne fait sur Sarkozy une fixation révélatrice de l'état de la presse française.


Tous les registres sont porteurs vendeurs:

l'insulte, le soupçon et la rumeur
mais aussi
l'ironie.

Reste que que les satisfactions narcissiques dont se repaît Marianne sont régressives, pour ses journalistes et la presse, en général.
Derrière ses airs compassés, François Bayrou approuve-t-il ces procédés qui portent atteinte à la fonction présidentielle. Tout porte à le penser, puisque rien ne change et que Marianne continue à se faire plaisir au détriment de l'information et de ses lecteurs.

Et ses alliés de l'internationale socialiste
La petitesse des imitateurs solidaires

The Economist
"Messieurs les Anglais, tirez les premiers !"
L'hebdomadaire britannique a conservé sa détestation de Napoléon et des Français et sa volonté de vengeance reste intacte. Tout est bon, même les attaques sur le physique, singulièrement lorsqu'on manque d'arguments sur le fond.
A noter la reprise de la couverture du Point ci-dessus par l' 'ennemi héréditaire': puisque les Français les y encouragent, ils ne se privent pas cette semaine de brocarder Nicolas Bonaparte...
En août, la gauche battait déjà le rappel de la presse militante internationale.

Le 6 août, Rue89 proclamait: "
'Xénophobie' : l'édito du New York Times contre Sarkozy': le signal était donné.

Libération n'a pas manqué de pousser la presse anglo-saxonne qui se permettait outrances et amalgames.

Le 18 août, le Nouvel Observateur titra: "Pour le Times, Sarkozy ravive "les souvenirs de la Gestapo ..." Ni plus, ni moins.

La presse se déchire pourtant sur le dos de la droite

Fair play de sectaires, Charlie Hebdo stigmatise la presse.
"Le Nouvel Observateur
peut bien sacrifier à la tendance médiatique,
Charlie Hebdo n'en a pas assez et s'en prend à son détracteur...
Une fixation s’attarde à une phase déterminée du développement psycho-sexuel et Siné Hebdo n'est pas fait pour redorer l'image de Marianne !

La haine est lucrative

Mediapart
clame le 10 septembre:
"Sarko t'es foutu, la presse anglophone t'a sur sa Une"
"La lune de miel du président français avec la presse anglo-saxonne est terminée. Deux des plus importants médias dans le monde, le New York Times et The Economist, tirent au canon sur Sarkozy, plombant son image internationale."

Pour en savoir plus long, il faut cracher au bassinnet du trotskiste Edwy Plenel !
Occupé avec l'affaire Bettencourt à faire fructifier les "révélations" très probablement achetées à l'ex-comptable de la propriétaire de L'Oréal au profit de son site marchand d'information, Mediapart n'avait pas encore exploité la presse anglo-saxonne sur les Rom. Il récupère cette semaine son arriéré du mois d'août pour le recycler, l'exploiter et le revendre à son électorat de nantis.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):