POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 17 septembre 2010

Rom – Sarkozy défend l'honneur de la France: l'opposition s'en lave les mains

La gauche prend le parti de l'étranger

Attaques d'euro-députés français contre la France

L'infâme résolution
Le 9 septembre 2010, les socialistes, les écologistes, les libéraux et les communistes français ont voté contre la France au Parlement européen à Strasbourg.
Ils étaient parmi les 337 voix contre 245 (et 51 abstentions) qui ont approuvé une résolution demandant à la France de "suspendre immédiatement toutes les expulsions de Rom". Une résolution est certes une déclaration politique sans portée juridique et ne peut obliger la France à arrêter les expulsions, mais la portée de la trahison de la gauche vertueuse, bien qu'occultée par la presse militante, restera dans les mémoires comme un outrage à la France, à l'ntérieur et à l'international.
La droite a voté contre cette résolution et la délégation UMP au Parlement européen a protesté, dans un communiqué, contre "l'aveuglement politicien de la gauche et des libéraux".

Pour le gouvernement, Eric Besson, ministre de l'Immigration, a regretté: « Le Parlement européen est sorti de ses prérogatives et nous n'avons bien évidemment pas à nous soumettre à un diktat politique. »
Il a en outre dénoncé, ce vendredi sur France Info, une "basse opération politique menée principalement au départ par des députés européens de gauche, socialistes et Verts".

Une dénonciation français
L'Europe et le monde ont été témoin d'une trahison Daniel Cohn-Bendit (Europe Ecologie), qui copréside le groupe des députés Verts/ALE au Parlement européen, vient d’envoyer une lettre de dénonciation – qui rappelle « les heures les plus sombres de notre histoire », comme ils disent - à Herman Van Rompuy, le Président du Conseil européen, et à la présidence tournante de l’UE, tenue actuellement par la Belgique, pour dire son inquiétude face au manque de considération de Nicolas Sarkozy envers les institutions européennes.
=> Il a fallu que ce soit l'eurodéputé allemand Manfred Weber, membre du PPE (Parti populaire européen) qui fustige en séance ce « véritable show politique sur Sarkozy ».
=> Sur France Inter, Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, a estimé que que "dans cette affaire tout le monde est dans l’instrumentalisation politique".


Revue de presse française

LA CHARENTE LIBRE (Jacques Guyon)
"Après la presse étrangère, après l'ONU, voilà qu'hier Paris a du [dû] essuyer une gifle d'une rare violence administrée par Bruxelles._Dans une texte lu à la tribune -et dont chaque mot avait donc été pesé...- Viviane Reding, en charge de la Justice et des droit fondamentaux au sein de la Commission européenne a menacé Paris de poursuites judiciaires pour non respect de la législation [réglementation ?] de l'UE concernant la trop fameuse circulaire ciblant expressément les Roms. Elle l'a fait en parlant de "honte", en expliquant que sa "patience avait des limites" ou encore en accusant le gouvernement de "duplicité". (...) Aujourd'hui, c'est à Bruxelles qu'on fait le parallèle entre l'expulsion des Roms et la Deuxième Guerre mondiale. Excessif sans doute. Mais terriblement humiliant pour le pays... des droits de l'Homme". [Cette dernière évocation est récurrente. Elle explique en effet l'accusation permanente d'une supposée arrogance française à laquelle certains Français participent volontiers, jusque dans des instances étrangères, voire européennes.]

LE TELEGRAMME (Hubert Coudurier)
"La circulaire du ministère de l'Intérieur ciblant les Roms que le ministre de l'Immigration, Éric Besson, a fait semblant de découvrir tandis que le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, la faisait réécrire, est qualifiée de "honte" par la commissaire en charge de la Justice et des droits fondamentaux [Vivianne Reding]. Laquelle se lance dans des références historiques en oubliant qu'il s'agissait de campements illicites. Dans le monde anglo-saxon qu'incarne Mme Reding [elle est luxembourgeoise...], l'immigration est considérée comme un bienfait. (...) [la 'jungle" de Calais en était assurément un pour le Royaume Uni !] Il reste que des institutions communautaires hors sol, qui demantèlent la politique agricole commune au profit des pays émergents, continuent à dire le droit. Après avoir fait la morale à la terre entière pendant des décennies, la France devait s'attendre à ce retour de bâton." Lire PaSiDupes

LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE (Jean-Claude Kiefer)
"Ses propos témoignent d'une vraie exaspération [un commentaire du journaliste: elle avoua en vérité s'être sentie 'flouée'] devant le comportement du gouvernement français, devant l'attitude de ministres qui prétendent tout et le contraire dans un flottement perpétuel qui irrite nos partenaires. (...) Nos partenaires n'ignorent pasque ce populisme du « bouc émissaire" relève de l'électoralisme en réponse à une situation intérieure chancelante. [selon le journaliste] (...) Les remugles du linge sale franco-français commencent à sérieusement indisposer [hypocrisie] quand ils ne prêtent pas à l'ironie maniée à longueur de colonnes dans la presse étrangère. Dans cette atmosphère délétère, la France semble [?] discréditée - à moins qu'elle ne se soit elle-même discréditée [à moins que ce ne soit Kiefer]- à la veille de négociations européennes aussi importantes que l'avenir de la politique agricole commune et à la veille de sa présidence du G20... Et c'est un beau gâchis." [Rien sur l'action - inavouable - de la gauche, dans certains cas d'eurosceptiques d'ailleurs, qui ont intoxiqué leurs confrères et voté contre leur pays: un 'gachis '?]

L'EST REPUBLICAIN (Michel Vagner)
"Brice Hortefeux a eu beau se rétracter officiellement et réécrire sa circulaire sur le démantèlement des campements illégaux, en y supprimant toute allusion aux roms [sans majuscule, par respect ?], le mal est fait. [...] En ciblant un groupe ethnique, la France a contrevenu aux valeurs fondamentales de l'Europe [et non pas de la France]. En mentant effrontément sur la réalité de sa politique (Éric Besson et Pierre Lellouche avaient juré qu'il n'y avait pas stigmatisation) [il n'y en a que pour l'étranger et ses alliés de l'intérieur], Paris a eu l'air de se moquer impudemment des institutions de Bruxelles. [elle n'a fait qu'appliquer sa législation nationale] Reste que la juste [sic !] colère de la commissaire européenne aurait eu plus de poids si elle n'avait usé d'un mot malvenu (la déportation) [malvenu, c'est peu dire!] et si l'Union européenne qui a investi des milliards d'euros pour l'intégration des roms dans leurs pays [la Roumanie a admis ne pas en avoir redistribué la totalité...] (qui eux les discriminent de manière dramatique), avait exercé son droit de suite. Et veillé à l'efficacité (sic !...] de ses dépenses."

L'ALSACE (Patrick Fluckiger)
"Viviane Reding [...] a eu des mots humiliants pour la France, hier, à propos des expulsions des Roms. Tonnant que sa [royale] " patience a des limites ", elle a littéralement ravalé notre pays au rang des plus minables des dictatures, allant jusqu'à évoquer les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale. (...) Il est tentant d'envoyer la Commission de Bruxelles s'occuper de ce qui la regarde. Malheureusement ça la regarde, et le Parlement européen, tout comme l'Onu, disent pareil. Il faut bien constater que l'opération marketing lancée cet été sur le dos des Roms coûte cher à notre pays pour - presque - rien. Environ mille Roumains et Bulgares ont été chassés en août, ce qui est comparable à l'année dernière. [pourquoi cette contre-'opération marketing' de la gauche populiste, donc ?] Nombre d'expulsés sont d'ailleurs revenus sans tarder. (...) Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux se sont contentés d'exhiber leurs muscles aux électeurs en se défoulant sur ceux qui leur résisteraient le moins. Cela montre, d'abord, leur impuissance à trouver des solutions durables au problème de l'immigration et de la sécurité." [la réforme des retraites, par exemple ?]

LE FIGARO (Pierre Rousselin)
"Paris n'a aucune « honte à avoir, quoi qu'en dise la commissaire Viviane Reding. Si les instances de l'Union s'étaient un tant soit peu préoccupées du sort de 10 à 12 millions de personnes que leurs pays se refusent systématiquement à intégrer et qui errent à travers l'Europe, nous n'en serions pas là. Il est facile de s'indigner à Bruxelles et de prétendre découvrir le problème. En emboîtant le pas à ceux qui dressent des parallèles absurdes avec l'extermination des Juifs par les nazis, la Commission ne va pas améliorer l'image déjà malheureusement peu glorieuse que se font d'elle les Français. Qu'on le veuille ou non, le démantèlement de camps illégaux, abritant des populations nomades venues profiter de la générosité de l'État français, recueille l'assentiment d'une grande majorité de nos compatriotes. Pourquoi donc devraient-ils s'accommoder de l'installation à leurs portes de ces taudis où prolifèrent tous les trafics ?" [Le gouvernement français a commis une erreur administrative en singularisant les Rom. Il a d'ailleurs immédiatement réécrit la circulaire contradisant la législation française qui ne connaît pas d'ethnies ou de groupes, seulement des personnes. Mais est-il supposé appliquer la réglementation européenne contre ses propres lois votées démocratiquement ? ]

L'opposition de gauche se frotte les mains

Liste noire des Eurodéputés rouges qui ont voté contre leur pays:

Daniel Cohn-Bendit
(Europe écologie)
Eva Joly (Europe écologie)
Pascal Canfin (Europe écologie)
Karima Delli (Europe écologie)
Harlem Désir (PS)
Pervenche Bérès (PS)
Marielle de Sarnez (MoDem)
Patrick Le Hyaric (Front de Gauche)
ichèle Rivasi (Europe écologie
François Alfonsi (Europe écologie)
Malika Benarab-Attou (Europe écologie)
Vincent Peillon (PS)
Sylvie Guillaume (PS)
Jean-Luc Bennhamias (MoDem)
Marie-Christine Vergiat (Front de Gauche)
Gilles Pargneaux (PS)
Estelle Grelier (PS)
Corinne Lepage (MoDem)
Hélène Flautre (Europe écologie)
Jacky Hénin (PCF-Front de Gauche)
Kader Arif (PS)
Françoise Castex (PS)
José Bové (Europe écologie)
Catherine Greze (Europe écologie)
Robert Rochefort (MoDem)
Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche-Front de Gauche)
Bernadette Vergnaud (PS)
Stéphane Le Foll (PS)
Yannick Jadot (Europe écologie)
Nicole Kiil-Nielsen (Europe écologie)
Sylvie Goulard (MoDem)
Catherine Trautmann (PS)
Liem Hoang-Ngoc (PS)
Sandrine Bélier (Europe écologie)
Jean-François Kahn (MoDem)
Henri Weber (PS)
Jean-Paul Besset (Europe écologie)
Patrice Tirolien (PS)
Elie Hoarau (DVG)

Les vertueux de la liste:
Parmi ces eurodéputés français favorables à la résolution contre la France, les eurodéputés MoDem se classent aux 16e, 24e, 33e, 35e, 44e et 48e rangs sur 66.
Seuls deux communistes ont effectué un mandat complet au Parlement européen lors de la dernière législature.

Mieux encore, on retrouve des deux têtes de liste socialistes classés parmi les moins assidus au Parlement européen:
Henri Weber (61e sur 66)
et Vincent Peillon (63e sur 66)….

Or,
la majorité des eurodéputés actuels n'a jamais siégé au Parlement européen et la plupart des fainéants ne sont pas encore connus.
Les eurodéputés qui ont stigmatisé leur pays ont été singulièrement zélés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):