POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 5 septembre 2010

Couac à gauche: les Rom clandestins mobilisent fort peu

E.Besson: seulement "quelques dizaines de milliers" de manifestants en France

Le compte n'y est pas

Régine et Jane Birkin, chanteuses de rue
devant le ministère de l'Immigration

Les manifestations contre la politique sécuritaire du gouvernement et de respect de la loi votée par le Parlement ont rassemblé - en gros (en très gros) - 100.000 manifestants, chiffre symbolique et mémorisable, selon les organisateurs, pour toute la France, mais seulement 77.300 personnes pour le ministère de l'Intérieur, le samedi 4 septembre.





Empathie
ruisselante












Interrogé sur Radio J, Eric Besson a observé qu'il n'y a eu "que quelques dizaines de milliers" de manifestants en France samedi et que "cela prouve bien que le peuple français n'a pas cru aux slogans et aux caricatures" des organisateurs des manifestations contre la politique du gouvernement, a noté dimanche, Eric Besson.

J.-Ch. Lagarde (NC) avait contesté l'accusation de xénophobie: lien PaSiDupes

Arno Klarsfeld et Ph. de Villiers se sont prononcés pour l'application de la loi: lien PaSiDupes

Bernard Kouchner était au côté de N. Sarkozy face à l'ONU: lien PaSiDupes

Le ministre a en effet fourni un gros travail d'information du public.
Mal relayé par la presse qui a pilonné l'opinion de sa désinformation, Eric Besson est cependant parvenu à convaincre de la manipulation et à démonter les amalgames grossiers, pour au final désintoxiquer les Français de cette presse partisane.
Lien PaSiDupes sur ce travail de désintoxication de l'opinion
Le Président Giscard d'Estaing avait rappelé le droit à l'opposition
Lien PaSiDupes

Une claque aux 'vertueux' hypocrites

La duplicité révélée de Martine Aubry a décrédibilisé le discours populiste de l'opposition.

L'opinion a dit samedi qu'elle désapprouve le choix par la gauche des clandestins contre les travailleurs français en souffrance dans la crise.

A quelques jours de la grande journée de tourmente annoncée pour le 7 septembre, cette manifestation est un sérieux revers pour les associations, les syndicats et les partis de gauche.

Les cigales ne connaissent pas leurs partitions

Les Birkin et Régine connaissent la musique...
Le ministre de l'Immigration a également souligné que les artistes protestataires reçus samedi par des membres de son cabinet avaient fait preuve d'une "méconnaissance des faits, de la réalité et des chiffres".

... mais pas les paroles
"Ces artistes découvraient par exemple que la France est désormais la deuxième terre d'asile au monde après les Etats-Unis", et "nous sommes les premiers en Europe", a-t-il déclaré. "Ils découvraient aussi que la France accorde la nationalité française à 108.000 personnes par an", a-t-il déploré.

L'opposition sort affaiblie, à la veille des négociations sur les retraites

La gauche prend ses désirs pour des réalités
Elle assure que sept ans de Sarkozysme, c'est trop, mais c'est seulement vrai vu de l'opposition, car si les Français pensent que les temps de crise sont durs, ils estiment massivement selon un récent sondage que la gauche au pouvoir ne ferait pas mieux.

Le manque de réalisme de l'opposition
Que la gauche soit impatiente de revenir aux affaires est concevable, puisqu'elle n'a pas conscience de sa vacuité, mais tant de bruit et de vulgarité, d'agressivité et d'hypocrisie, n'ont pas pu échapper à une majorité de Français(es). Non seulement elle ne s'entend plus vociférer mais elle affiche un total mépris des préoccupations à la fois de leurs concitoyens et de leurs électeurs.

Les Français ont prévenu samedi qu'ils ne se laisseront ni manipuler ni malmener, mardi prochain: malgré la campgne de presse et les pièges tendus par les syndicats, ils s'organisent pour travailler.

1 commentaire :

  1. ce n'est pas la première fois que les partis-de-gôche et les syndicats font preuve de duplicité et de frilosité, sur le terrain de la lutte contre la xénophobie... On s'en était déjà aperçu en 1997 au moment de la lutte contre les "lois Debré" (lorsque ce tête-à-claque, prenant la France pour l'ex-URSS, se voyait déjà nous obliger à déclarer au commissariat les amis étrangers que nous hébergeons) : dans un tas de boîtes d'une certaine importance rien n'avait été fait, pour relayer l'action engagée au niveau national suite à la pétition des cinéastes.

    Luc Nemeth

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):