POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 11 septembre 2010

La présidente de Poitou-Charentes prend l'avantage sur Aubry

Royal « abîme » le PS

L'ex-candidate de la gauche battue à la présidentielle 2007 a répondu sur les retraites à l'intervention de François Fillon
qui l'avait précédée sur le plateau. Jeudi 9 septembre au cours d'A Vous de Juger, France 2 avait donné au PS l'avantage de réagir par la polémique à la démonstration pédagogique du Premier ministre. Un avantage que Vincent Peillon-la-honte avait feint de minimiser pour faire le coup de la gauche défavorisée par le service public, mais que la picto-charentaise a saisi.

Les Ségogols étaient aux anges pour une autre raison aussi

Martine Aubry avait préféré participer à l'émission matinale de France 2 «Les 4 Vérités», plutôt que de s'exprimer à une plus grande exposition en prime time pour laisser sa place à… Désirdavenir Royal. «Tout ça a été dealé entre elles», assure un cacique du PS qui y voit là une des conséquences du pas de deux que les Demoiselles de La Rochelle ont entrepris lors de l'université d'été socialiste.

La ch'tite Aubry s'est mise en situation de faiblesse

A force de zig-zags sur la route de la réforme des retraites, Martine Aubry

Quinze jours après avoir déclaré fin 2009 que l'on devrait nécessairement aller vers un report de l'âge légal, qu'elle fixa elle-même à 61 ans, voire 62 ans, la faisant fonction au premier secrétariat du PS illustra avec un talent certain le mot célèbre de Talleyrand : « Méfions-nous du premier mouvement, c'est le bon. » et s' effraya de ses propres déclarations, mais aussi des vives réactions de Benoît Hamon et Henri Emmanuelli sur son flanc gauche.
Bien sûr, les commentateurs malveillants avaient mal saisi la complexité du propos initial et ignoré ses subtils alinéas.Le premier secrétaire du PS a-t-elle donc manqué un virage?

Et puis Martine Aubry est fragilisée par les dévaluations menées par son père, Jacques Delors et l'affaiblissement du franc consenti par François Mitterrand qui en 1983 avait dressé le rideau de fumée de l'abaissement de l'âge de la retraite de 65 à 60 ans. Outre ses 35 heures, elle aurait eu à rendre compte à la télévision de 27 années de malheur pour l'économie et la sécurité sociale françaises. Lire PaSiDupes et écouter l'analyse de Christophe Barbier

La battue travaille à soigner ses plaies et tient à afficher de la sérénité.
Son entourage a reçu une consigne: interdiction de parler de candidature et de provoquer la maire de Lille. « Ségolène Royal a compris qu'elle ne pourrait rien faire sans le parti et eux ont compris qu'ils ne peuvent pas gagner sans elle », estime un proche. D'où la paix apparente entre les différents camps, qui rivalisent d'appels au rassemblement.

Bayrou ne veut pas vivre une nouvelle histoire avec le PS et Ségol'haine Royal perdrait son temps à roucouler sous son balcon. «Ségolène Royal a écarté dans sa tête toute candidature à l'extérieur du parti», assure-t-on d'ailleurs dans son entourage.

Désirdavenir Royal reprend l'ascendant

Les éléphants roses du politbüro socialistes présents représentaient tous les courants et la tenaient à l'oeil.

Ses partisans étaient aux anges
«Si elle en fait quatre ou cinq comme ça, elle repasse devant Martine Aubry dans la course aux primaires», commente un membre de la direction. «Elle aurait fait la même chose durant la présidentielle de 2007, on n'aurait peut-être pas eu le même résultat», glisse un député.

«Elle a marqué un élément politique important », claironne Guillaume Garot, le porte-parole royaliste. Le vocabulaire monte d'ailleurs d'un cran: «Ségolène Royal s'est affirmée comme chef de guerre, comme général en chef de ce combat. Elle a rassemblé autour d'elle.» À l'Assemblée, les débats ont porté jeudi sur ses déclarations sur le retour de la «liberté de partir en retraite à 60 ans» si la gauche l'emporte en 2012.

Mais Désirdavenir Royal confiait en aparté lors de l'université d'été du PS à La Rochelle, que son principal atout, «c'est l'envie», plutôt que son programme. «Mais je ne sais pas si les Français voudront revoir la même affiche qu'en 2007», admettait-elle, prudemment.

Mais Sa Cynique Majesté Royal salit le PS

Le beurre et l'argent du beurre allégé
Le succédané de premier secrétaire du PS a tenu avec légèreté des engagements intenables. Elle a en effet assuré que si la gauche revenait au pouvoir, elle abolirait la retraite à 62 ans tout en maintenant le niveau des pensions de retraite. Il suffirait selon elle de faire payer le petit nombre de ceux qui « se gavent » [sic] de stock-options, retraites chapeau, intéressement, etc.
La masse des électeurs de 2012 prendra-elle ce risque couru d'avance ?

Avec la remplaçante de Martine Aubry vous saurez tout sur les maladies professionnelles.
Si la médecine peut établir un lien direct de cause à effet entre pesticides ou engrais et maladie de Parkinson, il est en revanche plus difficile de le faire lorsqu’il s’agit de cancer (car la malbouffe, le tabac, l'amiante dans la maison, y sont aussi bien pour quelque chose, au même titre que le cannabis).
Mais jeudi 9 septembre au cours d'A Vous de Juger sur France2 Sa Cynique Majesté Royal a révélé des informations dont ne dispose pas le commun des mortels. Sans en oublier aucune, elle nous a en effet dressé la liste terrible des maladies qui pourraient avoir un lien. Mais, la féministe qu'elle est a visiblement un problème avec les testicules, car elle ne les a pas coupés de sa liste, histoire de rétablir une certaine égalité entre hommes et femmes qui en sont privées et le vivent mal, lorsque les pédo-psychiatres ne sont pas parvenus à convaincre les filettes qu'elles ont dû être que si elles en étaient visiblement dépourvues ce n'était pas parce qu'elles avaient été vilaines!
Or, comme chacun sait, Désirdavenir Royal avait entretenu des rapports hypertendus avec son père, dès avant l'adolescence. Elle poursuit depuis la lutte contre les hommes eux et combat son sentiment d'infériorité par une agressivité implacable qui a trouvé à s'assouvir dans les produits chimiques: selon elle, le cancer des testicules châtierait les hommes là où ils semblent encore menacer son équilibre.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):