POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 4 septembre 2010

La mairie de Paris repousse les Rom en périphérie

A Lille ou à Paris, les hyprocrites socialistes finissent par se faire pincer
Le Déjeuner des Canotiers, par Renoir
Guingette du bord de Marne
lien PaSiDupes: au "bal des faux-culs"


La ville de Paris fait le tri de ses habitants

L'engouement de l'opposition pour les Rom clandestins est cyclique


Plus d’un an après, la gauche reparle du projet de création de trois aires d’accueil pour les gens du voyage, dans le bois de Vincennes, le bois de Boulogne et à la porte de Sèvres dans le XVe.

Le dossier avait été approuvé au Conseil de Paris en juin 2009. La semaine dernière, Ian Brossat, le président du groupe communiste au Conseil de Paris, a jugé opportun de réclamer à la préfecture la réunion tout à coup urgente de la commission départementale consultative des gens du voyage, qui doit réaliser les aires d’accueil parisiennes. A la façon du Secours populaire, qui chaque année renouvelle son opération « les enfants ont le droit de voir la mer », le PCF d'Ile-de-France surfe sur la vague roumaine et propose aux Rom clandestins d'aller visiter le Val de Marne.

Le jeu indigne de la patate chaude socialiste

Et pourquoi le Val-de-Marne, s'il vous plaît ?

Parce que le président du Conseil général du Val-de-Marne est Christian Favier (1951) depuis mars 2001 et qu'il est membre du Parti communiste français et camarade d'Ian Brossat. Ca ressemble donc à un délit de prise d'intérêts sur la population.
Pourquoi Joinville-le-Pont, maintenant ?
Parce que le maire est Olivier Dosne, qu'il est député suppléant UMP de Marie-Anne Montchamp et que la ville résiste toujours au PC depuis 1983... En région Ile-de-France, la droite et centre-droit ont 45 élus et la gauche hégémonique 132.
Sur 47 maires du Val-de-Marne sont 21 ne sont pas de gauche. Pourquoi pas St Mandé, St-Maur-des-Fossés ou Nogent-sur-Marne, donc ? Bientôt des Rom à Sucy-en-Brie aussi ?

Un projet qui fait déjà réagir les représentants de la population du Val-de-Marne.
Une aire parisienne d’accueil des gens du voyage bordera-t-elle donc bientôt les communes de Joinville-le-Pont (UMP) et Saint-Maurice (UMP), interroge le maire de Joinville-le-Pont ?

Le PS exporte ses Rom

Le maire de Joinville préconise « de regrouper les petites aires en aires plus grandes, plus éloignées de la capitale ».

La gauche chercherait-elle à multiplier les foyers d'instabilité ?
« Il est clairement hypocrite de la part de la Ville de Paris de placer ces populations en difficulté aux frontières, loin de tous les services parisiens, oppose le maire. J’ai évoqué encore récemment, auprès du sous-préfet et des élus parisiens, mon opposition à cette solution. Nous scolarisons déjà 21 enfants logés dans un hôtel qui héberge des sans-papiers. Ce n’est pas aux petites communes comme nous (17177 hab. En 2006) d’assumer de nouveau ce type de services à la place de Paris. »

« Si Paris persiste, nous déposerons un recours au tribunal administratif, prévient d’ores et déjà Christian Cambon, sénateur-maire (UMP) de Saint-Maurice (14 547 hab. En 2006), qui assure s’être opposé au projet de la Ville de Paris dès le début.Il porte même atteinte à l’aménagement toujours souhaité pour le bois de Vincennes, qui doit rester un espace dédié aux activités de nature et de loisirs. Nous ne repoussons pas ces populations, mais nous, nous ne demandons pas à la Ville de Paris d’assumer les aires que nous devons déjà créer !

Ce projet est totalement en dehors de l’esprit de la loi, qui veut que les aires soient proches des écoles et des établissements de santé. »

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):