POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

lundi 20 septembre 2010

Prix de l'humour politique: l'année de toutes les insultes, un mauvais cru

Qui est le successeur de Bertrand Delanoë, couronné en 2009 ?

Pour la huitième année, le jury* du prix "Press club, humour et politique" sous la présidence de Jean Miot, qui occupe ce poste depuis 2003, s'est réuni pour sélectionner les meilleures "petites phrases" prononcées depuis le 1er juillet dernier. Ce prix récompense chaque année des propos volontairement ou involontairement drôles d'une personnalité politique.

Annus horribilis
Dans sa première sélection, c'est la gauche qui retient l'attention, mais davantage pour ses agressions verbales et ses injures que pour le rafinement de son humour. Lire l'article de PaSiDupes sur l'humour scabreux de l'opposition

Les media se délectaient des pathétiques S. Guillon et D. Porte: il aura fallu les virer pour redonner sa dignité au service public aux mains du SNJ-CGT: lien PaSiDupes

Cette édition s'annonce donc quelque peu décevante en comparaison de ses prédécesseurs. André Santini s'est calmé, Michel Charasse et Charles Pasqua prennent de l'âge, François Hollande perd du poids et de sa bonhommie.
Martine Aubry confond humour et insulte: lien PaSiDupes

Pour mémoire, en 2009
c'est Bertrand Delanoë qui avait été distingué pour cette petite pique à ses amis socialistes: "Le vrai changement au PS, ce serait de gagner". Un socialiste avait toutefois rétabli un certain équilibre, un exploit au PS ! Un prix de l'encouragement avait en effet été remis à Guillaume Bachelay, secrétaire national à l’Industrie du PS, pour sa formule: "La présidentielle, Hollande y pense en nous rasant".

Et le successeur de Bébert 1er de Paris est une 'successeuse'

Cécile Duflot, la folle-dingue ? Marie-Geo Buffet, la grinçante ? L'hilarante Marielle de Sarnez, peut-être?
Allons, ce n'est tout de même pas la "vieille éthique" ?

C'est en effet la drolatique eurodéputée Europe Écologie (EE) Eva Joly qui a remporté aujourd'hui l'édition 2010 du prix Press club humour et politique pour sa formule:

"Je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen."

Le jury a également décerné un prix spécial au président du conseil régional du Languedoc-Roussillon Georges Frêche, pour sa déclaration : "Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %. Moi, je fais campagne pour les cons."

Le "prix des internautes" a été remis à Frédéric Mitterrand pour sa phrase ambigüe : "Quand on m'appelle Monsieur le Ministre, j'ai toujours l'impression que Jack Lang va surgir derrière moi."

Deux "prix de l'encouragement" ont aussi été décernés, pour rétablir l'équilibre.
Le premier revient à Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes, pour sa formule : " Il n'y a pas besoin d'être de droite ou de gauche pour dire des conneries." Bayrou ne se sent pas visé...
Le second va à Claude Goasguen, député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris : " Une chose est sûre, ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A."

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):