POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 8 septembre 2010

Le malade a eu sa chance, pas la joggeuse violée

Le juge avait offert une libération conditionnelle au meurtrier

Les féministes Aubry et Royal vont avoir l'occasion de demander que cessent les llibérations conditionnelles de détraqués sexuels. Nous attendons leurs prises de position en faveur du respect des femmes et d'une plus grande rigueur des magistrats.
Viol: une innocente jeune femme de plus

Le meurtrier présumé d'une joggeuse près de Lille, Alain Penin, âgé de 39 ans, déjà condamné pour viol, a été mis en examen et écroué mercredi 8 septembre pour "enlèvement", "séquestration", "viol avec arme" et "meurtre", a annoncé le parquet de Lille.
Le corps de Natacha, sa jeune victime, a été retrouvé dans la nuit de lundi 6 au mardi 7 sur un chemin près de la forêt de Phalempin, à une vingtaine de kilomètres du lieu de l'enlèvement, sur les indications du suspect.
Le criminel, un chauffeur-livreur, est en état de « récidive légale » (sic) pour les faits d'enlèvement, séquestration et viol avec arme.

Le magistrat lâché dans la nature en toute liberté de conscience


Il est "politiquement incorrect" de faire le procès de la légèreté des juges. Ils ont tous les droits, dont celui d'interpréter les textes à leur guise, car ils sont au-dessus des lois.

Le meurtrier présumé, qui se trouvait en libération conditionnelle depuis un an au moment des faits, après une condamnation pour viol en 2006, encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Et on sait ce qu'il faut penser de la perpétuité...

Crime barbare au tournevis
Celui qui travaillait pour les Restos du Coeur et se faisait appeler coluche59200 est présumé innocent du viol et du crime - qu'il a avoué - d'une jeune femme de 29 ans, cadre dans l'enseigne de magasins de sports Décathlon, alors qu'elle faisait un jogging jeudi 2 septembre à Marcq-en-Baroeul (Nord), ville résidentielle de la banlieue lilloise.

Les antécédents du 'présumé innocent'

=> 2006+10 = 2016... Et le prédateur a été libéré en 2009
L'homme mis en examen avait déjà été condamné le 21 février 2006 par les assises des Hauts-de-Seine à 10 ans de réclusion criminelle, déjà pour le viol d'une joggeuse sous la menace d'une arme.

Les braves gens sont vraiment des 'beaufs'
Alors qu'il parlait à la presse devant le palais de justice, l'avocat du meurtrier présumé, Me Abderrahmane Hammouch, a été pris à partie verbalement par l'oncle de la victime, qui l'a accusé d'être "l'avocat du diable". "Refusez le dossier si vous êtes un homme", lui a-t-il lancé.

=> Un pauvre homme en souffrance
Selon l'avocat, le "mis en examen" "se décrit lui-même comme quelqu'un de malade" et "qui veut être soigné". "On arrive à la limite de la psychiatrie", a-t-il poursuivi.
"Je ne pense pas que ce soit le procès de la libération conditionnelle", a-t-il ajouté;
Le diable est abject
Ce respectable baveux a osé estimer que son client aurait dû de toute manière "sortir à un moment ou à un autre"...

=> Le meurtrier sera classé irresponsable ? Et le juge ?

Dérisoire
En milieu de journée, alors que le suspect était en cours de déferrement, une dizaine de proches de la victime, faisant part de leur sentiment d'injustice, se sont rassemblés devant le tribunal de Lille, tenant quatre banderoles avec l'inscription "Drame de Natacha, plus jamais ça".

Accablant
L'une de ses amies, prénommée Louise , a estimé que le meurtrier présumé, qu'elle a comparé à un "caméléon", avait réussi "à manipuler les psychiatres, à berner tout le monde.

Vertueux
L'avis des psychiatres manipulables donne bonne conscience aux juges irresponsables, mais au moins sont-ce des humanistes...
Et vogue la galère...

2 commentaires :

  1. Il y a contradiction dans votre discours : vous regrettez (à juste titre) la libération du violeur, tout en admettant, dans le titre, qu'il est malade.
    Le problème n'est-il pas plutôt de mettre en prison des gens malades? Comment peut-on espérer qu'un enfermement carcéral puisse soigner une personne malade?
    Je me fous que les violeurs soient "punis" (j'ai eu le droit, étant enfant, aux faveurs d'un pédophile, juste pour bien remettre mon propos dans le contexte), ce qui m'intéresse, c'est qu'ils puissent être soignés, qu'on leur propose une véritable prise en charge de leur maladie, une écoute, une structure probablement encore à inventer, quelque chose qui fasse que les hommes (et les femmes, il y en a aussi) qui souffrent de ce genre de pulsion puissent vivre normalement sans menacer le reste de la société.

    Et de ce point de vue-là, il vaut mieux prévenir que sévir, non?

    RépondreSupprimer
  2. Julien Bourgeoisseptembre 09, 2010

    Le problème n'est pas d'admettre ou non que le criminel est un malade.

    La maladie n'est pas une excuse.
    Il faut aussi être malade pour tirer sur les flics ou même insulter une pauvre vieille, un prof ou ses parents. Nous sommes d'ailleurs tous des malades pour avoir, ne serait-ce qu'une fois, injurié un automobiliste. C'est être malade que de ne pas être capables de maîtrise de soi et que de faire courir un risque aux autres. On peut détecter un cancer, mais il ne faut pas tenter de détecter un jeune psychopathe...

    Quand la maladie conduit à l'addiction au crime, avec barbarie ou non, halte là ! Les grands dictateurs étaient aussi des tueurs en série, de Hitler à Staline en passant par Pol Pot et rares sont ceux qui les excusent.

    Lorsque des malades commettent des crimes multiples, de la série au génocide, la prison y peut-elle quelque chose? Auriez-vous été partisan de la liberté conditionnelle pour Hitler?

    La peine de mort vous irait-elle pour Staline ou Pol Pot? La société doit-elle attendre -les bras ballants- que les grands malades atteints d'"idéologite" aigüe s'auto-détruisent, comme Hitler ? Notez bien, ils auraient peut-être pu "vivre normalement sans menacer la société" !...

    La maladie des médecins et des tribunaux sadiques, c'est de déclarer les barbares responsables.

    Il vaut mieux prévenir que sévir !
    Il vaudrait mieux en effet, mais, si on veut être cohérent, il ne faudrait alors tout faire pour détecter un psychopathe. Or, la prévention bloque déjà aux portes de l'enfance alors qu'un dépistage 'préventif' précoce pourrait encore guérir (ou apaiser) les malades et sauver des vies humaines. Alors pensez à faire rentrer les personnes vulnérables de votre entourage et vos joggeuses avant de regretter qu'une véritable prise en charge (c'est quoi?) de leur agresseur, une écoute (avez-vous des éléments?), une structure probablement(?) encore à inventer et des vocations (plutôt que du bla-bla) n'aient pas vu le jour... Après le premier crime, une prise en charge, une écoute et une structure (trois mots pour la même chose...), c'est déjà trop tard pour la victime, dont vous ne dites pas un mot.

    Vous êtes sans doute un(e) jeune idéaliste, humaniste et "rêviste" de quinze ans et je vous souhaite encore de nombreuses belles heures de vol: delta plane ou planeur? Va pour le sky surf ! Et, dans les nuages, gardez une pensée pour la jolie Natacha, 29 ans...

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):