POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 18 septembre 2010

Paris: Delanoë, maire socialiste, repéré par la Chambre Régionale des Comptes

Delanoë épinglé pour ses RH
Une authentique victime innocente
Et tellement "sociale"

Jean-Marc Ayrault vient d'être démasqué pour sa gestion dispendieuse du patrimoine immobilier de Nantes, la ville dont il est le député-maire PS.

Un rapport pointe maintenant Bertrand Delanoë, maire socialiste de Paris, pour plusieurs dysfonctionnements dans le recrutement de ses collaborateurs.

Des irrégularités dans les créations d'emploi et les recrutements". Voilà la principale conclusion d’un rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion des ressources humaines de la ville de Paris, depuis 2002, date à laquelle le maire socialiste Bertrand Delanoë a pris ses fonctions.

Des emplois permanents

La Chambre régionale des comptes rappelle que "lorsque le maire recrute pour son cabinet, les fonctionnaires doivent être affectés sur des postes de collaborateurs de cabinet". Or, certains cadres ont été recrutés sur des emplois administratifs. Exemple : le directeur de cabinet de Bertrand Delanoë a été recruté sur un emploi de secrétaire général adjoint de la commune. Ce qui lui a permis de toucher une haute rémunération, dont une "prime départementale" de 30.000 euros.

Trois collaborateurs du maire seraient même "rémunérés en dépassement de l'autorisation donnée par le Conseil de Paris". Fermerait-il les yeux depuis huit ans ?

Des gros salaires
Autre irrégularité : le rapport souligne qu"il n'existe pas de direction générale, mais seulement des 'directions' à la mairie de Paris. "Il ne devrait donc pas y avoir d'emploi de directeur général, mais seulement des emplois de directeurs", pointe le rapport.
Coût de l’anomalie ? 1,8 million d'euros.

Le coût salarial des 20 directeurs généraux les mieux rémunérés serait aussi trop élevé
, atteignant 248.000 euros, en moyenne, en 2008, soit 5 millions d'euros par an ?

=> Les mamans en difficulté savent maintenant pourquoi la mairie socialiste de Paris ne peut pas financer la garde de leurs petits enfants les jours d'action syndicale... La création de petits emplois à petits salaires risquerait en effet de déséquilibrer le budget communaL

La mairie se défend

Des accusations balayées par la mairie de Paris. "La Ville récuse que la rémunération perçue par les 20 directeurs généraux de la Ville. Leur rémunération nette annuelle est en réalité de 150.000 euros (soit 12.500 euros par mois sur une année, ndlr), soit un montant conforme à celui des cadres supérieurs de l'Etat occupant des fonctions équivalentes", répond la municipalité dans un communiqué.
En revanche, le vertueux PS n'a-t-il pas mené campagne contre le niveau des salaires de ministres ? Et le député René Dosière (PS), monsieur moins des dépenses de l'Etat, n'a-t-il pas jugé l'Elysée dépensier ? Combien de fois le SMIC ?

La ville est affirmative: "l'existence de directeurs généraux, relevée par la Cour est strictement conforme aux termes du décret du 1er mars 1977 qui le prévoit explicitement. Il n'y a donc là nulle anomalie ni irrégularité", assure la municipalité.

Le rapport transmis au Conseil de Paris

Hasard du calendrier, ce rapport sera présenté au Conseil de Paris, le 27 septembre.

Ce même jour, les élus parisiens se prononceront sur le protocole d’indemnisation des rémunérations de 21 emplois présumés fictifs du RPR, lorsque Jacques Chirac était maire de Paris.

Le hasard serait-il plus juste que des magistrats ?
Les membres des Chambres régionales des Comptes sont ...magistrats. Issus de l'Ecole nationale d'administration ou accueillis en détachement dans les chambres régionales des comptes, ils sont toutefois indépendants du pouvoir exécutif. Ouf !


C'est Europe1.fr qui nous informe, le 17 septembre 2010.

Libération établit des comparaisons avec les grosses rémunérations avant l'arrivée de la gauche à la mairie. Et donc avant la crise économique et financière internationale. Le journal nous épargne une étude comparée sous la IVe République.
Savoir si Mediapart va finir par consacrer un entrefilet aux libertés que prend le roi Bébert 1er de Paris.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):