POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 19 octobre 2018

Sexiste et stalinien, Mélenchon mouche une élue LFI

"On t'a pas demandé ton avis" : Mélenchon rembarre une élue LFI en pleine perquisition,

Inutile d'essayer de raisonner la "personne sacrée" de Mélenchon
Résultat de recherche d'images pour "perquisition LFI Melenchon"
Quand Mélenchon bouscule le représentant du Parquet
Quand  le véhément patron de 'La France Insoumise' perd ses nerfs, même ses camarades peuvent en faire les frais. Et, mardi 16 octobre, pendant les perquisitions au siège de son mouvement,  le meneur de la bande organisée d'insoumis était particulièrement violent et anti-républicain, mardi 16 octobre.

Qu'elles aient été tournées par lui même ou par les media, les images (le plus souvent des extraits édulcorés) diffusées massivement ces derniers jours interpellent sur son sens de la démocratie. 

Or, un journaliste de France 5 a isolé un passage alertant sur son sexisme stalinien

Jean-Luc Mélenchon n'a pas apprécié les commentaires d'une de ses collègues qui ne cautionnait pas son emportement, comme le montre une vidéo de Libération.
Les propos discriminants ont été tenus alors que Jean-Luc Mélenchon, assisté des députés Adrien Quatennens et Bastien Lachaud, élu de Seine-Saint-Denis, ex-PS de 38 ans, mais aussi d'autres soutiens, essayaient de forcer la porte de leurs locaux, gardée par des policiers, pendant la perquisition. "C'est des méthodes de voyous", lance alors l'élue LFI condamnant les agissements des cadres de son propre parti.

"Ça va toi, on ne t'a pas demandé ton avis", lui rétorque son président de groupe à l'Assemblée. Pas de quoi démonter la députée, qui réitère ses propos. "Si c'est pour faire ça, c'est pas la peine, hein," répond Jean-Luc Mélenchon. Tu me coupes pas!" menace-t-il.
Selon l'entourage du chef de gang insoumis, les propos n'auraient pas été proférés par une élue, mais pas une militante LFI. Ce qui change quoi au mauvais traitement réservé aux femmes, par le macho, militantes élues ou non ?
Résultat de recherche d'images pour "Muriel Ressiguier"
Toutefois, un cadre du mouvement, également présent sur place, a confirmé "sans le moindre doute" au Figaro qu'il s'agissait de la députée de l'Hérault, Muriel Ressiguier. Contactée par le quotidien, elle n'a pas souhaité s'exprimer.
La parole est-elle libre à l'extrême gauche ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):