POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 11 octobre 2018

Remaniement : Macron et Philippe testent dans la presse la nomination de l'ex-socialiste Juliette Méadel

Et une arriviste arrogante de plus !

Le dossier de l'ancienne secrétaire d'État de François Hollande a été étudié par la HATVP.
L'Obs indique qu'elle pourrait être chargée de mettre en place le service national universel.
Depuis que Manuel Valls a définitivement quitté son strapontin a La République en marche pour aller briguer la mairie de Barcelone, des vallsistes pourraient désormais pallier le déficit de la macronie en professionnels de la politique. 
Après la nomination de plusieurs crevures socialistes, tel Olivier Dussopt au poste de secrétaire d'État à la Fonction publique, le 24 novembre 2017, une autre collégue de l'ancien premier ministre est pressentie pour une éventuelle entrée au gouvernement: il s'agit de Juliette Méadel, 44 ans, mère de 4 enfants, l'ex-secrétaire d'Etat de François Hollande chargée de l'Aide aux victimes.

Bien que battue dès le premier tour à la dernière législative dans la 10e circonscription de Seine-et-Marne, l'ancienne députée francilienne vient en effet de voir son dossier étudié par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), instance chargée de passer au crible les profils des éventuels ministrables avant leur nomination. Condition nécessaire mais non suffisante à l'entrée au gouvernement, cette étape témoigne du désespoir de l'exécutif dans sa recherche de collaborateurs en se rabattant sur l'ex-porte-parole hautaine du PS, mais qui avait appelé à voter pour Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle de 2017.

Le rapprochement entre Macron et cette arriviste se concrétise

D'après L'Obs , le président de la République et le premier ministre envisageraient de lui confier un portefeuille qui n'existait pas dans les précédentes versions des gouvernements «Philippe I» et «Philippe II», à savoir le secrétariat d'État au Service national universel (SNU). Au risque de ne pas respecter sa promesse de campagne, Macron alourdirait encore son équipe : pŕévue à 15 au depart, elle fut déjà de 20 à l'arrivée.

Le remaniement a fait l'objet de nombreux cafouillages au sommet de l'Etat depuis le début du quinquennat, mais le coûteux et controversé Service national universel devrait finalement être expérimenté dès 2019, avant d'être généralisé un peu plus tard, histoire de créer le sentiment que le pouvoir a repris sa marche.

Macron reprend-il la main depuis l'Arménie où il est en voyage ?

Déjà récompensée pour sa flexibilité par une nomination comme conseillère référendaire à la Cour des Comptes en janvier dernier, l'opportuniste Juliette Méadel pourrait donc renier ses convictions socialistes en se rapprochant encore un peu plus de l'ex-banquier Macron, qu'elle a côtoyé au gouvernement sous la présidence du socialiste François Hollande.

Sa nomination témoignerait surtout de la nécessité pour Macron de se constituer un fonds de politiciens et de sa volonté de se renforcer sur son aile gauche malgré un premier échec, avec le refus du président PS du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein, de participer à un gouvernement qui prend l'eau. Madame Méadel, quant à elle, ne craindrait pas d'écoper...

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):