POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

vendredi 12 octobre 2018

Remaniement : "La personnalité de Macron est profondément en cause", souligne Alain Duhamel

Une crise politique mettant en question la personnalité du président Macron

L'impasse gouvernementale dans laquelle le départ du fidèle Gérard Collomb a mis Macron,

avec la mise au jour d'une macronie sans fondements humains forts, est due à la personnalité du président Macron, confirme Alain Duhamel.

Cela fait plusieurs jours que le remaniement gouvernemental n'en finit pas de poser problème sur problème : on parle même de crise, non pas une crise banale, mais une crise froide. Le blocage des institutions devrait trouver une issue du fait d'une majorité parlementaire, d'autant plus solide qu'elle est soumise : les quelques frondeurs de LREM sont tenus en laisse et les tensions, maîtrisées.

Il n'y a pas encore non plus de mobilisation générale syndicale, puisque Philippe Martinez (CGT) en est réduit à dire qu'il ne faut pas juger une manifestation au nombre de manifestants. D'ailleurs, la chambre bleu horizon continue de faire passer des réformes "à l'insu du plein gré de la population". Voyez le rejet de l'étude de la proposition de loi d'un élu LR en faveur des AVS et de l'inclusion scolaire des élèves en situation de handicap. La loi Pacte est en revanche passée, et les discussions sur la réforme des retraites ont mieux commencé que prévu.

La crise est pourtant là, froide

parce que la personnalité de Macron est aujourd'hui directement et profondément mise en cause. Les défauts qu'on lui attribue deviennent des stéréotypes, qui apparaissent dans tous les sondages et dans toutes les discussions. De plus, dans ce remaniement, celui qui est en cause, c'est lui, et non le premier ministre issu de l'UMP. D'ailleurs l'image d'Édouard Philippe s'améliore, alors que la sienne se délite.
Si François Hollande s'était affaibli parce qu'il refusait d'incarner l'autorité, avec Emmanuel Macron, c'est le contraire : excès d'incarnation et excès d'autorité.

L'arrogance caractérielle et la fausseté des postures ont percé. Blessant les Français.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):