POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 21 octobre 2018

Première mesure de Castaner, démagogique

Si le nouveau ministre doit être enlevé, mieux vaudrait que ce fût maintenant...

Castaner a décidé de vivre dangereusement le reste de ses jours


Pour l'heure, Castaner ne risque pas d'être pris en otage...

Avec cette mesure populiste, dès sa prise de fonction, Christophe Castaner donne le ton de la démagogie que nous allons devoir subir. Il veut "mettre un terme" à "la protection à vie des anciens ministres de l'Intérieur" et la ramener à cinq ans après la fin de leurs fonctions.

Tout juste nommé, Christophe Castaner imprime ainsi son style d'ex-socialiste. Le nouveau ministre de l'Intérieur a dévoilé sa feuille de route dans un entretien publié dimanche 21 octobre par le Journal du Dimanche, un journal bien en cour. 


Propriété de Lagardère Active, filiale du groupe Lagardère, son directeur de la rédaction est Hervé Gattegno, journaliste apprêté passé par Le Méridional, quotidien régional marqué à droite, avant de rejoindre Le Nouvel Observateur, marqué à gauche et de se poser au centre, girouette opportuniste aux orientations déterminées en fonction du pouvoir en place : on l'a dit proche d'Arnaud Montebourg quand il était à Bercy, mais il sera macronien tant que se maintiendra la cote de l'ex-banquier, déjà bien basse à 29%. Il est marié à la rédactrice en chef du magazine féministe Elle, propriété du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, après avoir appartenu jusqu'en avril 2018,au ...Groupe Lagardère !


Au cours de cet entretien, Casta a évoqué sa volonté de mettre en place "rapidement" une "réforme symbolique" et non pas essentielle : la suppression des protections à vie des anciens ministre de l'Intérieur. "La protection cesserait cinq ans après la fin des fonctions, sauf bien sûr si une menace persistait. Je consulterai ces prochaines semaines mes prédécesseurs", a-t-il déclaré. Une "réforme" qui augure mal des grandes et vraies réformes à venir, celles-là.
A l'heure actuelle, quelle que soit la durée de son passage à la place Beauvau, tout ancien ministre de l'Intérieur, bénéficie d'une protection rapprochée. Celle-ci est assurée par quatre officiers de sécurité issus des 1.260 agents du Service de la protection (SDLP), note Le Parisien. Ces personnes sont à la disposition de l'intéressé 24 heures sur 24. Ainsi, rappelez-vous, si vous pouvez, le socialiste Matthias Fekl ne l'a pas été deux mois (exactement 1 mois et 19 jours)... Et Manuel Valls, est-il ainsi encore protégé par des policiers français, en Catalogne ? 

Avec cette "réforme", des économies sont à prévoir

La protection d'une personnalité coûte environ 71.000 euros par an et par fonctionnaire. L'ancien secrétaire général de La République en Marche y voit aussi un geste fait en direction des policiers, agacés par les gardes statiques, des tâches indues de plantons. 
Ces dernières années, les fonctionnaires de police ont souvent exprimé leur grogne concernant des missions de surveillance et des formalités administratives qui leur sont assignées, alors qu'il ne s'agit pas de leur cœur de métier.

Dans son entretien, Christophe Castaner adresse d'autres signes à ses troupes, le coucou s'appropriant notamment une "réforme" mesure prise par son prédécesseur, Gérard Collomb, la hausse de 3,5% du budget de son ministère.

C'était sa "feuille de route" !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):