POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 7 octobre 2018

USA: Brett Kavanaugh intronisé à la Cour supême malgré la cabale des revanchards démocrates

Victoire de Trump sur son opposition politique et les media partisans

A un mois des élections de mi-mandat, 
le candidat Républicain a été confirmé par un vote de 50 contre 48 au Sénat américain. 
Le magistrat de 53 ans a prêté serment et a été intronisé à la Cour suprême samedi samedi par un vote au Sénat, obtenant 50 voix contre 48. Il a prêté serment et a été intronisé à la la plus haute juridiction des Etats-Unis samedi en fin de journée.Le candidat de Donald Trump à la Cour Suprême, Brett Kavanaugh, avait fermement démenti les accusations d'agressions sexuelles et dit être la cible d'attaques politiques des Démocrates.

Sa nomination aura été un vrai combat d'arrière-garde mené par la gauche américaine qui a mobilisé les soutiens d'Hillary Clinton pendant un mois.

Cette figure du parti conservateur avait fermement démenti les accusations d'agressions sexuelles et dit être victime d'attaques politiques. Plusieurs femmes l'ont accusé en septembre dernier d'agression sexuelle. L'une d'elles, Christine Blasey Ford, professeur de psychologie clinique à l'Université de Palo Alto âgée de 51 ans, qui accuse Kavanaugh d'avoir tenté de la violer quant elle était étudiante dans un lycée du Maryland, a été auditionnée au Sénat. Une enquête du FBI n'avait rien trouvé de compromettant.

C'est une victoire politique majeure pour Donald Trump à un mois des élections de mi-mandat. 


Le président américain s'est naturellement réjoui de la confirmation de son candidat, sur Twitter et a moqué la faible mobilisation de manifestants devant la Cour Suprême.

Une Cour Suprême reste à majorité conservatrice, au grand dam des battus de la présidentielle et de leur presse massivement déconnectée de la population qui applaudit à la baisse du chômage et au renforcement de son pouvoir d'achat.

Au-delà la nomination de Kavanaugh en elle-même, le débat a électrisé la campagne pour les élections de mi-mandat le 6 novembre, les démocrates espérant reprendre la majorité au Sénat.

Le nom de Brett Kavanaugh est associé à deux grandes attaques politiciennes des vingt dernières années

D'une part, l'affaire Monica Lewinsky/Bill Clinton - également sexuelle, mais avec aveu de Bill Clinton - à la fin des années 1990, ce qui explique l'acharnement revanchard des "démocrates", Kavanaugh ayant participé à l'enquête menée par le procureur spécial Kenneth Starr.

D'autre part, la contestation politico-judiciaire de l'élection présidentielle de 2000dans l'Etat de Floride, pendant laquelle il conseillait George W. Bush, qui fut élu sur le fil  - comme souvent aux USA - face au démocrate Al Gore, avant de rejoindre logiquement la Maison blanche. 
En France, le socialiste Laurent Fabius est arrivé à la présidence du Conseil constitutionnel, sans vote populaire, mais désigné par François Hollande.

Il a succédé Anthony Kennedy, qui a pris sa retraite à près de 82 ans. Ce conservateur, nommé par Ronald Reagan en 1988, avait parfois apporté sa voix à des positions plus mitigées et avait la réputation d'un magistrat clé dont la gauche espérait qu'il puisse servir sa cause en renversant le vote.

Avec la nomination de Brett Kavanaugh, un an et demi après celle de Neil Gorsuch, qui n'avait posé aucun problème, et à l'image de la majorité américaine, la Cour suprême prend une coloration très conservatrice, un engagement de Donald Trump auprès des Américains.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):