POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 23 août 2015

Les "printemps arabes" continuent de provoquer l'exode de masse de Lybiens et de Syriens

Trois mille migrants secourus au large des côtes libyennes

La marine et les garde-côtes italiens sont  venus en aide à quelque 3.000 clandestins
Ici, la Macédoine fait obstacle à l'entrée de clandestins syriens venus de Grèce

Ces illégaux étaient bloqués sur des embarcations au large des côtes libyennes,annoncé Matteo Renzi, samedi 22 août

La réception d’appels à l’aide de dix-huit bateaux avait déclenché cette vaste opération. Au moins sept bâtiments – six italiens et un norvégien – y ont participé. Selon des témoignages recueillis par la police, parmi ces 3.000 personnes, 432 personnes sauvées sur l’un des navires de fortune disent avoir dû verser 2.000 euros auprès de passeurs pour le trajet de l’Egypte à l’Italie. L’embarcation était dix fois plus chargée que sa capacité ne le permettait, de nombreux individus étant alors confinés dans la cale. Ceux-ci devaient payer davantage s’ils souhaitaient prendre l’air, affirment les migrants interrogés.

Les principaux naufrages de migrants depuis janvier 2015 (routes Afrique-Europe)
(D'après les données du collectif The Migrants Files).

Les populations locales s'opposent à leur débarquement


La mission de samedi a déclenché de virulentes critiques de la gestion de la crise migratoire par le premier ministre, M. Renzi. "C’est une blague. Nous utilisons nos propres forces pour effectuer le travail des passeurs et faire en sorte que nous soyons envahis", a déclaré Maurizio Gasparri, sénateur du parti de centre droit Forza Italia de Silvio Berlusconi. 
Lire aussi le décryptage : Peut-on aller détruire les embarcations des migrants comme le suggère Eric Ciotti ? 
Le patron de la Ligue du Nord, formation farouchement opposée à l’immigration, a appelé le gouvernement à rediriger les naufragés vers des plates-formes pétrolières italiennes inutilisées au large de la Libye : "Aidez-les, secourez-les et prenez soin d’eux : mais ne les laissez pas débarquer ici ", a ainsi écrit Matteo Salvini sur sa page Facebook.

Nombre de migrants morts ou disparus en mer Méditerranée (au 21 avril 2015)

2015
1,776
1,500
2011
500
2012
700
2013
3,500
2014
1,776
2015
 

Plus de 104.000 migrants d’Afrique, du Proche-Orient et d’Asie du Sud ont atteint les ports d’Italie méridionale depuis le début de cette année après avoir été secourus en Méditerranée. Quelque 135.000 autres sont arrivés en Grèce et plus de 2.300 sont morts en mer après avoir tenté de rallier l’Europe par l'entremise de passeurs.
Arrivées par nationalité sur les côtes d'Italie, de Malte et de Grèce 
entre janvier et avril 2015
SyrieErythréeSomalieAfghanistanNigeriaGambieSénégalMaliSoudanCôte d'IvoireAutres0200040006000800010000UNHCR
Autres
 arrivées: 10 848


La police de Palerme, en Sicile, a annoncé samedi avoir arrêté six Egyptiens
soupçonnés d’avoir été les passeurs
de personnes retrouvées à bord d’un bateau surchargé et à la dérive le 19 août. 

L’Europe se déchire sur le sort des migrants

La Commission européenne a fixé des "clés" pour la répartition forcée entre tous les Etats membres
de 40.000 demandeurs d’asile arrivés en Grèce et en Italie et 24.000 réfugiés des Nations-Unies. Le mécanisme, défini comme "d’urgence, provisoire et exceptionnel" a, dès le début, suscité des réticences. Aujourd’hui, on recense une douzaine de pays qui y sont catégoriquement hostiles et une douzaine d’autres – dont la France – qui critiquent le mode de calcul utilisé et/ou le caractère contraignant de la mesure.

La Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, qui forment le " Groupe de Visegrad" », ont jugé "inacceptable" l’idée de "quotas obligatoires". L’Espagne y est également opposée, les Etats baltes se disent totalement démunis pour l’accueil de Syriens ou d’Erythréens, la Grèce et l’Italie.

La Macédoine a déclaré l'état d'urgence et bloque l'entrée du pays aux Syriens.
VOIR et ENTENDRE ce reportage en anglais sur la frontière avec la Macédoine où se multiplient les incidents avec les réfugiés syriens en provenance de Grèce:

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):