POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 5 août 2015

Le pétrole de schiste fait baisser le prix du fuel et autres carburants

Le gouvernement et la presse occultent l'impact de la production de pétrole de schiste

Le prix très attractif du fuel incite les usagers à faire des réserves

Le baril de pétrole américain flirte désormais avec les 55 dollars,
après avoir touché un point bas à moins de 43 dollars le 17 mars: les effets bénéfiques de l'abondance de pétrole de schiste se fait actuellement sentir sur le pouvoir d'achat des Français. Mais, alors que le prix du fuel était de 80 centimes le litre en mai dernier, il n'est plus qu'à 66 centimes Un prix attractif qui incite les usagers à remplir leurs cuves.
Les livreurs de fuel sont habituellement sollicités dans l'été, quand les prix n'ont pas encore bondi avec la rentrée et sont carrément débordés en automne et à l'approche des premiers froids, mais cette année est bien différente. Les usagers sont maintenant plus nombreux à remplir leurs cuves en plein mois d'août. 

C'est le cas de tel viticulteur dans le Beaujolais, qui s'est fait livrer 500 litres de fuel la semaine dernière pour son exploitation agricole. Il en a également profité pour remplir la cuve de la chaudière de sa mère en vue de faire des provisions pour l'hiver. "L’énergie coûte cher, effectivement. Ma maman est retraitée viticole, agricole, donc des petites retraites. C'est sûr que sur 1.000 litres par rapport aux prix qui se pratiquaient l'an denier, ça lui fait une économie de 300 euros. Donc c'est très important", a-t-il résumé.

Tel autre livreur de fuel du secteur est autant sollicité qu'en plein hiver. 
"On avait déjà eu ces tarifs au mois de janvier pendant une période de 15 jours, mais autrement il faut se reporter sur l'année 2008 pour trouver ces tarifs-là. C'est une des seules énergies qui baissent, par rapport à l'électricité ou le gaz qui ne font que grimper. 
La ministre de l’écologie et de l’énergie, Ségolène Royal, a annoncé jeudi 16 juillet que les tarifs d’électricité augmenteraient en moyenne de 2,5 % le 1er août. En refusant les hausses nécessaires ou les gels de tarifs survenus en 2012, 2013 et 2014, le pouvoir socialiste n'a fait que reculer pour mieux sauter et s'est fait rattraper par les producteurs américains de pétrole de schiste. La CRE a estimé à 2,1 milliards d’euros environ le manque à gagner pour EDF dû à l'idéologie des tarifs sociaux et à la démagogie socialistes des prix artificiellement bas.

Les usagers ont fait leurs calculs et le livreur a résumé: "on redevient des prix intéressants". Des prix tellement attractifs qu'ils pourraient, selon lui, donner envie à certains usagers de réinstaller un système de chauffage au fuel dans leur maison.

L'effet pétrole de schiste reste à maîtriser

En dépit d'un net rebond de la demande d'essence aux Etats-Unis, en Chine et en Inde, grâce à la baisse des prix, l'excédent courant de marché se maintient autour de 1,8 million de barils par jour, soit environ 2 % de l'offre mondiale. Beaucoup d'acteurs pétroliers pensaient que la réduction spectaculaire du nombre de puits de forage en activité aux Etats-Unis (-50 % depuis septembre 2014) -pour maintenir les cours- se traduirait rapidement par un ralentissement de la production de pétrole de schiste. Mais ils sous-estimaient le décalage de temps entre la production et le nombre de puits en activité. 
Et puis, si la phase de creusement des puits de forage horizontaux et directionnels était certes achevée, la phase de fracturation hydraulique n'avait pas encore débuté. Les producteurs préfèrent ne pas commencer la fracturation et conserver ce pétrole sous terre en attendant des jours meilleurs. Le vendre à bas prix pour qu'il s'accumule dans des stocks ne ferait qu'accentuer la pression baissière.
Enfin, la productivité des puits a fortement progressé depuis un an. Les producteurs indépendants américains qui avaient déployé des puits de forage dans de nouvelles zones inexploitées en bordure des grands bassins de schiste (Bakken, Eagle Ford ou Permian), ont découvert que leur productivité était très nettement inférieure.

La baisse du fuel en France ne doit rien à la paire Hollande-Valls
Les Français n'en sont plus si sûrs!
Arrivé en fin de dernier mandat, le président américain s'est découvert une vocation à combattre les produits carbonés, raille une partie de la presse. Mais, outre la satisfaction de replacer les hébergeurs de la COP21, Hollande et Royal, sous le boisseau, Obama tire un avantage politique à l'abondance de pétrole de schiste stocké sur le territoire américain. Et, confortés par la conférence internationale de la fin d'année sur la pollution de l'air dont Ségolène Royal se gargarise, nos écologistes ringards et sectaires campent sur leurs positions et, s donneurs de leçons intarissables, ils nous dispensent de tout commentaire. Quant à la presse décrypteuse, elle s'aligne...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):