POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 19 août 2015

Pompili (EELV) envisage une scission du parti sur le problème de la participation d'EELV au gouvernement Valls

Le grand écart des Verts aux Régionales met EELV en péril

La députée d'Europe Ecologie-Les Verts Barbara Pompili ne sait pas si son parti parviendra à conserver son unité

Barbara Pompili, prête à pactiser avec Valls, le libéral démocrate, 
en présence de J.-V. Placé, regard fuyant, en avril 2014 à Matignon
Le parti est en effet tiraillé entre partisans et adversaires d'une participation au gouvernement. Alors que François Rebsamen a préféré le quitter, au vu des échecs de la politique du chômage de Hollande et Valls, certains Verts, tels J.-V. Placé, François de Rugy ou... Barbara Pompili rêvent de maroquin. 
"Nous vivons un moment crucial. Il peut y avoir une tendance au repli et à l'exclusion de toute pensée qui s'écarterait d'une ligne que certains [Duflot et Cosse] voudraient. J'espère me tromper", ajoute, avec force circonvolutions langagières,  la co-présidente du groupe écologiste EELV  à l'Assemblée, alors que s'ouvrent les journées d'été du mouvement à Villeneuve d'Ascq (Nord).

Exemple emblématique du "je t'aime, moi non plus" entre le PS et EELV
La candidature de la secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts, Emmanuelle Cosse, face à Claude Bartolone, démissionnaire apparent de son poste au perchoir de l'Assemblée nationale,
,
"La plupart des élus écologistes sont pour un retour au gouvernement"

On l'a compris, Mme Pompili n'en peut plus d'attendre un coup de fil de l'Elysée, en admettant que ces élus-là "égrènent chacun leurs conditions".
Pour Pompili, les écologistes doivent participer au gouvernement pour "pouvoir peser" et exister en tant que parti, ce qui passe par "un contrat"."Si on veut de l'écologie dans les politiques publiques, il faut que les écologistes soient dans tous les lieux de décisions", prétend-elle, estimant que l'écologie est le domaine réservé d'Europe Ecologie-les Verts. 
 
Mme Pompili rappelle par ailleurs l'attachement de sa formation à un mode de scrutin proportionnel.
"Le fait que le FN ne soit pas à l'Assemblée nationale [du fait du mode de scrutin majoritaire] au regard du niveau de son électorat est un problème. Je le dis sans tabou. Quand on veut lutter contre le FN, on ne peut pas le faire avec des artifices de procédure mais sur le fond", relève-t-elle.

La députée de la Somme sait son siège menacé par un Front national en pleine expansion dans le Pas-de-Calais de sa naissance, un département historiquement socialiste ébranlé par les affaires Jean-Pierre Kucheida  à Liévin ou Gérard Dalongeville à Hénin-Beaumont, dont la mairie a été soustraite au PS par le FN.

Compagne d'un ex-conseiller principal d’éducation en lycée (CPE), Christophe Porquier (ancienne tête de liste EELV pour les élections régionales, ci-contre à droite), vice-président EELV du Conseil régional de Picardie présidé par Claude Gewerc, un courtier juif en tissus pour la haute couture, né en Allemagne et proche de Laurent Fabius, et condamné en 2010 pour diffamation envers son adversaire Maxime Gremetz, Pompili est en recherche d'une stature nationale pour faire face à la montée régionale du FN.
Le duel annoncé aux régionales 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie opposera Marine Le Pen (FN) au candidat du parti Les Républicains, Xavier Bertrand.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):