POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 10 août 2015

Cazeneuve pleure le suicide d'un policier

Un policier du Raid se suicide dans un commissariat 

Catalogué dépressif et déclassé

Le brigadier s'est donné la mort avec une arme de service dans un commissariat de Lille, ce lundi. 

Il avait été éliminé de l'unité d'élite de la police depuis quelques temps et se déprimait. Ce nouveau drame a frappé le Raid (ex-GIPN) vers 8H10 et le décès du fonctionnaire a été constaté par un médecin légiste peu de temps après. 

En dépression depuis plusieurs mois, ce fonctionnaire de 51 ans s'était vu retirer son arme de service personnelle mais "a réussi à accéder à un atelier d'armes de ses collègues", avant de mettre fin à ses jours "d'une balle dans la poitrine dans les vestiaires" du commissariat, a précisé le Parquet de Lille.
 
Les suicides de policiers se multiplient depuis ces dernières années
 
Le militaire avait été affecté à des tâches "de secrétariat", a indiqué le Parquet. Ce brigadier de police "travaillait depuis longtemps dans ce service", a affirmé une source policière anonyme. L'enquête a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). 

Depuis avril 2015, les unités du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) des grandes métropoles ont été versées dans les unités du Raid. Ainsi les sept GIPN métropolitains, situés dans les villes de Lille, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Strasbourg, sont été officiellement incorporés au sein du RAID dont ils sont devenu les antennes régionales, comme à Lille où le policier délite s'est senti déclassé.

En 2014, 55 policiers ont mis fin à leurs jours. 
Un véritable "malaise" qui a conduit le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à promettre un plan de... prévention.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):