POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 18 février 2012

Les proches de Hollande se répartissent déjà les portefeuilles ministériels

André Vallini se verrait bien garde des Sceaux



André Vallini, vaniteux et ambitieux,
soucieux de son apparence, prend la pose



Le sénateur socialiste de l'Isère prend déjà la posture dictée par la fonction
"Nous sommes sûrs d'avoir aujourd'hui parmi nous le futur garde des Sceaux ! " Il y a cinq ans, devant un parterre d'avocats, c'est ce que lançait le bâtonnier de Paris à Patrick Devedjian et à André Vallini, les représentants de Nicolas Sarkozy et de Désirdavenir Royal. Et ce fut Rachida Dati. Quelques mois plus tard, le socialiste lui confiera: "Madame, vous avez beaucoup de chance, le poste que vous occupez en fait rêver plus d'un, croyez-moi." A commencer par cet ambitieux lui-même...

André Vallini, proche de François Hollande, se prépare depuis longtemps à investir la place Vendôme. En 2003, le député de l'Isère devient secrétaire national à la justice du PS, et il le serait resté après 2008 s'il avait supporté de travailler sous les ordres de Martine Aubry. Mais grâce au coup de projecteur que la présidence de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau a jeté sur lui et malgré le fiasco de cette mascarade qui exonéra le juge Burgaud de toute responsabilité, il continue de surfer sur sa notoriété et publie un livre sur la justice et veille à faire des apparitions dans les media.


Vallini fantasme sur le poste de la Place Vendôme

Le défi n'est pas insurmontable si on songe au nombre de femmes qui sont passées par là
et que les dernières socialistes furent Marylise Lebranchu et Elisabeth Guigou. Pierre Arpaillange n'avait pas non plus particulièrement redoré la fonction...

Le 2 février, à Lyon, lors de son premier déplacement en tant que responsable du pôle justice auprès du candidat socialiste, il prit une position de garde des Sceaux, refusant que le lien entre Parquet et pouvoir, tant critiqué, soit totalement coupé. "Robert Badinter et Elisabeth Guigou, que je consulte beaucoup, sont d'accord avec moi, la chancellerie doit continuer à envoyer aux procureurs des directives de politique pénale, sinon le ministre de la Justice ne sera plus qu'un secrétaire d'Etat aux Prisons."

Un "impétrant" en quête d'un puissant ministère

André Vallini a soif de puissance.

Il y a quelques mois, il hésitait à suivre les syndicats de magistrats (SM et USM) qui font pression pour obtenir la co-gestion des carrières de magistrats. Ils veulent que les candidatures aux postes de procureur ne soient plus sélectionnées par le ministre
, mais par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Vallini a convaincu Hollande de se contenter d'une réforme du CSM. La moitié de ses membres serait nommée par le Parlement et ils disposeraient d'un droit de veto sur les candidatures. Cette réforme a minima suscite des critiques jusqu'au sein même de la gauche judiciaire. "Ils veulent pouvoir placer des procureurs généraux de gauche, parce qu'ils ont presque tous été éliminés depuis dix ans. C'est un raisonnement à courte vue", dénonce Daniel Ludet, magistrat et membre de la fondation Terra Nova. "François Hollande est favorable à la séparation des pouvoirs", affirme pourtant l'avocat Jean-Pierre Mignard, qui convoite également le poste.

Mignard est l'un des concurrents de Vallini
L'avocat n'est pas seulement le parrain de deux des enfants Ségollande.
Il est aussi le cofondateur du club Droits, justice et sécurités - DJS -, devant lequel le candidat socialiste a présenté, le 6 février, son programme sur la justice. Depuis cette manifestation, le nom de Jean-Pierre Mignard, ami de trente ans de François Hollande et de Marie-sEGOl'haine Royal, circule parmi les possibles futurs gardes des Sceaux.
Mais il a pour handicap de n'être pas un "vrai" politique.
En effet, il n'a brigué aucun mandat électif et s'il tente bien de colmater la faille, son parachutage sur Marseille aux législatives ressemble fort à une opération commando de nature à braquer les Marseillais.

Un autre rival socialiste pourrait entraver Vallini
Le député de Saône et Loire s'est distingué sur Marseille en tentant un passage du conseil général au Kärcher. Mais l'avocat Arnaud Montebourg ne s'est pas montré très efficace, car sa dénonciation des méthodes féodales de Jean-Noël Guérini, le président mafieux du CG des Bouches-du-Rhône, a rencontré l'hostilité de la Ch'tite Brochen-Aubry intéressée au maintien du potentat local: il arrive ainsi qu'elle ne craigne pas les salissures d'une puissante fédération qui pourrait encore servir ses ambitions.
La méchanceté du gommeux, un redoutable coupeur de têtes, inquiète la Rue de Solférino: le sectaire est détesté de tous, tant il a fait de tort autour de lui.

Alors rien ni personne n'arrêtera-t-il donc Vallini ?
Rien, sauf, peut-être, la justice !

Révélation de Mediapart, le sénateur de l'Isère fait actuellement l'objet d'une procédure prud'homale engagée contre lui par une ancienne assistante parlementaire qui l'accuse de licenciement abusif, de harcèlement moral et de discrimination fondée sur l'âge.

Il court un autre risque, plus classique: que François Hollande attribue ce ministère régalien à un éléphant du PS, faisant de Vallini une nouvelle victime du "syndrome Devedjian".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):