POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 25 février 2012

En campagne, Hollande parque les journalistes comme du bétail

Hollande en bottes pour ne pas salir la campagne présidentielle

François Hollande en Mayenne pour un déplacement agriculture

Le candidat socialiste s’est rendu en cortège de onze voitures sur une exploitation de 125 hectares.
Il consacra une heure au Groupement d’exploitation en commun (Gaec) du Moussey qui compte 75 vaches laitières.

Pour l’occasion, François Hollande, en costume-cravate, s'était chaussé de bottes en caoutchouc bleu foncé, tandis que le troupeau de journalistes qui l'entourait avait reçu des bottes transparentes en plastique: en fait, des 'pochons', comme on dit sur place..

François Hollande s’est arrêté quelques minutes pour discuter avec les quatre associés du groupement agricole avant d’aller saluer les vaches, sous l'oeil du SPHP (service de protection des hautes personnalités) et des objectifs des photographes
maintenus derrière une corde tendue par le service d’ordre.


Le candidat socialiste se fait voir du peuple, mais de loin...

" Faut aller à l’enclos ! On a du fil à vaches," lancent les agriculteurs militants.

"Le candidat s’étant plein de la meute journalistique à ses basques, lors de chaque déplacement qui l’empêchait [sic] de voir les Français, décision à été prise de lui donner un peu d’air. D’où le système de la corde blanche. Qui permet aussi d’éviter les photos au grand angle, qui déforment les visages", expliquent le site Les Inrocks, avec son orthographe du niveau du site Le Post...

Encore faut-il soigner le reste : le décor, le candidat. Les proches de François Hollande et le service de presse prennent le relais du SPHP. " François, prend juste un peu ton temps pour éviter de foncer tête baissée ", lui glisse un de ses proches avant qu’il ne pénètre dans l’étable. Quant au service de presse, il demande aux élus locaux qui suivent François Hollande de sortir du cadre : " On les laisse-là. On laisse le champ libre. " Au final, l’image est léchée, tout sauf spontanée : Hollande d’un côté avec les agriculteurs, les vaches et le foin en décor, de l’autre un mur de caméras pour fixer la scène pour l'Histoire.

En revanche, Sarkozy recherche le contact

Si la majorité soigne tout autant les images que l'opposition, notamment lors des déplacements de son candidat Nicolas Sarkozy, le président-candidat est plus accessible que François Hollande, malgré le service de sécurité.

Au salon de l’Agriculture, mardi 28 février, l'équipe Hollande a prévu une tournante de " pools " (un petit choix de média, généralement une télé, une radio, une presse écrite) : un pool par stand. Cette précaution devrait certes éviter la cohue autour du candidat, mais elle révèle sa peur des affrontements et des projections. Se faire enfariner, c'est fait, mais se faire passer au lisier, ça reste à faire...
Histoire de rétablir un équilibre des senteurs républicaines entre l'air de la vraie campagne et ses invectives nauséabondes.

Quand le candidat de la gauche "improvise" un point presse
dans l’étable, agriculteurs sont gentiment autorisés dans le cadre des télés.

Mais au moment où François Hollande évoque " l’agriculture ", " un produit pas comme les autres " (sic !) et qu’il faut veiller à maintenir sur l’ensemble du territoire [on sent bien que "le changement, c'est maintenant" !], les vaches se mettent à meugler: le son est raccord, sans qu'on sache si elles approuvent ou s'opposent, mais Joffrin devrait nous interpréter ces beuglements dans son propre langage cousin.

Puis, dix minutes plus tard et quelques pas plus loin, François Hollande se fait offrir un petit café-chouquettes partagé avec les quatre associés de l’exploitation, face au mur de journalistes toujours contenus derrière leur corde. Prochaine initiative, la corde sera passée dans les naseaux...

Tout guilleret, François Hollande se met à plaisanter: " Y a une campagne, c’était manger des pommes ". Il fallait comprendre l'allusion à celle de Jacques Chirac, en 1995... " Là, c’est manger des chouquettes ! " poursuit-il, toujours ravi, la panse pleine. Puis plus loin, réalisant son flop, il traduit: " Manger des chouquette's ", en prononçant le ' s ' , " si vous voulez oublier le Fouquet’s ! " reproche-t-il finement. La séquence est dans la boîte.

Pas de chance: la plaisanterie 'relou' oublie que la chouquette est aussi le péché mignon de Nicolas Sarkozy, qu'il invite lourdement partout sur son passage… Hollande est passé, mais sa campagne est restée au ras des pâquerettes.

1 commentaire :

  1. Très bonne traduction du déplacement, j'ai beaucoup ri à votre explication du moment... Le candidat, lui, me fait beaucoup moins rire !

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):