POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 1 février 2012

Chenva Tieu, du Cambodge en France, à l'UMP

Chenva Tieu prend de plus en plus d'espace

Chinois du Cambodge devenu Français

Il vit en France depuis si longtemps qu’il s’étonne encore de nos idées préconçues sur les chinois. Au point d’avoir écrit le « Manuel de chinoiseries à l’usage de mes amis cartésiens », aux Editions Anne Carrière. Une occasion pour rencontrer le co-fondateur du « Club XXIe siècle »[2] qui regroupe l’élite républicaine issue de la diversité. Et pour parler de la Chine, de sa culture, de son rapport à l’environnement, vaste sujet !

Un UMP d'origine asiatique fait sa place dans l'entourage du président

Comme en 2007, le président de la République aura à coeur de mettre en avant des personnes issues - comme on dit - de la diversité.
Bien que le Chef de l'Etat ne soit pas encore officiellement candidat à sa succession, Nicolas Sarkozy s'intéresse d'ores et déjà aux nouveaux visages qui composeront sa future équipe. Depuis quelques semaines, il multiplie en effet les rencontres, à l'affût de jeunes talents, dans l'espoir de les voir apporter un peu de fraîcheur au sein d'une droite en vue depuis cinq années de pouvoir.
Instruit par les précédents Rachida Dati et Rama Yade - des "déceptions", selon lui -, il privilégiera des profils plus sobres mais aussi consistants sur le fond. À l'image de Chenva Tieu, un chef d'entreprise de 47 ans, fondateur de la société de production Online Productions et originaire de Chine, que le président a reçu durant quarante-cinq minutes, au début du mois de novembre, à l'Élysée. Conquis par le discours de son visiteur, Nicolas Sarkozy a, depuis, des ambitions pour lui. En commençant par lui réserver la 9e circonscription de Paris, celle qui englobe le 13e arrondissement, haut lieu de la communauté chinoise dans la capitale. On lui promet également un rôle dans la future équipe de campagne présidentielle.

"Ne pas toucher à leur portefeuille"
Chenva Tieu n'est pas totalement novice en politique. En 2010, il participe à la campagne des régionales de Valérie Pécresse. Quelques mois plus tard, Jean-François Copé, patron de l'UMP, lui propose un poste de secrétaire national en charge de l'Asie. Il accepte, mais ne se contente pas de livrer de petites notes géopolitiques sur les relations France-Asie. Le nouvel encarté fait le choix d'aller au contact de la communauté asiatique de France (évaluée à près d'un million d'individus - les Chinois représentent les deux tiers de cette communauté). Autant dire que lorsque cette communauté s'éveillera politiquement, les rapports de force électoraux seront tout autres...


Le président l'a sans doute compris. "Les Asiatiques votent de plus en plus. Il y a deux principes à respecter vis-à-vis d'eux : 1- Ne pas toucher à leur portefeuille. 2 - Ne pas porter atteinte à leur dignité", analyse Chenva Tieu. Après des débuts prometteurs à l'UMP, l'auteur d'un Manuel de chinoiseries (éditions Anne Carrière), fils de boat people, dont la famille a vécu à son arrivée d'Asie rue de la Boétie, non loin de l'actuel siège de l'UMP, a rencontré Olivier Biancarelli, conseiller politique auprès du président. C'est ce dernier qui a convaincu le chef de l'État de le recevoir à l'Élysée. Parfaitement sinophone, le cofondateur du XXIe Siècle, un club qui favorise la diversité dans l'entreprise, aurait bluffé Nicolas Sarkozy par son parcours, sa connaissance de la Chine, mais aussi de la France. Un modèle d'intégration que le président entend donc promouvoir.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):