POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 7 février 2012

Le mot tabou "civilisation" qui cache la forêt de la bien-pensance

"Civilisation", nouveau tabou socialiste exclu de la liberté d'expression

Les scientifiques sous tutelle idéologique

En déclarant que toutes les civilisations ne se valent pas,
Claude Guéant a employé un terme controversé et interdit aux anthropologues depuis 50 ans.

"Nous préférons parler de cultures".


Moulage du modèle de la Vénus noire,
Saartjie Baartman,ou Sawtche (1789-1815),
contenant son squelette
sera exposé jusqu'1974


Les mots "civilisation" et "sociétés" seraient équivalents, mais le premier est connoté et seul ce dernier est donc estampillé "politiquement correct". François Flahault, anthropologue directeur de recherche émérite au CNRS, confirme que ce terme serait le mieux "approprié" pour désigner "tout ce que les générations humaines se transmettent les unes aux autres de manière non biologique".

"Civilisation", le mot employé samedi par Claude Guéant -pour dire que toutes "ne se valent pas"- serait en effet plus problématique dans l'optique marxisante. Il est "difficilement dissociable des idéologies les plus meurtrières du XXe siècle qui avaient une idée très précise de la hiérarchie des civilisations et de leur différence de valeur", explique Marc Crepon, philosophe à l'ENS, pour qui le XXe siècle est la référence depuis Marx et Freud, étalons de la bien-pensance.


Quelle est donc la différence entre ces deux mots ?

Représentation en bois d'olivier,
Vincent Stahly, 1958


Axiome: la notion "civilisation" est le repoussoir universel.
Contrairement à la ‘culture', la ‘civilisation' ne peut être pensée seule, car elle comporte toujours implicitement un jugement de valeur en opposition à un autre, plus barbare", selon l'anthropologue Maurice Godelier, directeur d'études à l'EHESS, temple de cette bien-pensance de gauche. Par exemple, dans 'civilisation', il y a 'civis', c'est-à-dire citoyen. Il y a l'idée grecque et romaine que les civilisés sont ceux qui vivent dans les cités ou les États, par opposition aux barbares qui sont nomades ou paysans."

Cette mise en valeur conduit ainsi à mépriser le travail de la terre et à empêcher notre jeunesse de se diriger quand elle en ressent le besoin vers les métiers manuels. Nous évaluons les conséquences de cette intellectualisation de notre école et de notre civilisation société occidentale, depuis que nos jeunes sont contrariés par cette vertueuse incitation des humanistes aux études abstraites et longues et expriment leur volonté dans les violences familiale, scolaire et urbaine, puisque l'échec scolaire ne favorise pas l'insertion sociale.


Meneuse de revue et chanteuse d'origine
métissée afro-américaine et amérindienne ,
Joséphine Baker (1906-1975) devint
agent du contre-espionnage français
dès le début de la Seconde Guerre mondiale:
ses activités lui valurent la croix de guerre, la Médaille de la résistace après les hostilités,
et, plus tard, la Légion d'honneur des mains du Général de Gaulle.

De fait, les débuts de l'anthropologie moderne au XIXe sont marqués par ce type de jugements de valeur. La révolution industrielle a eu cet effet pervers et paradoxal, puisque dans le même temps, l'homme occidental a développé un ego surdimensionné en se croyant maître de l'univers. Les savants n'ont-ils pas fait les découvertes prestigieuses qui ont rivalisé avec la découverte de l'imprimerie ?
Dans Ancient society publié en 1877, l'américain Lewis Morgan montre comment l'évolution de l'humanité suit un schéma caractérisé par trois stades successifs: la sauvagerie, la barbarie et la civilisation. "Les plus civilisés étaient, selon lui, les Américains. Les Européens l'étaient moins car ils conservaient encore des vestiges féodaux", explique Maurice Godelier.

Ethnocentrisme

"C'est bien là qu'apparaît clairement le problème: ceux qui utilisaient la notion de civilisation se plaçaient toujours, comme par hasard, dans la catégorie la plus avancée, commente François Flahault, ce qui peut faire douter de la pertinence scientifique du concept..." Cette pertinence scientifique est ainsi mise en doute, selon le cas et les besoins... Flahaut démontre en fait qu'elle est assujettie à la l'idéologie dominante.

C'est Claude Levi-Strauss qui, dans son ouvrage de 1952 Race et Histoire, a pointé en premier cet ethnocentrisme qui engendrait forcément une vision biaisée des autres cultures. Dynamitant les théories évolutionnistes, l'ethnologue structuraliste a démontré comment "la théorie de la hiérarchie des cultures n'était qu'un des masques empruntés par la théorie de l'inégalité des races", selon Marc Crepon. "On considère à présent qu'il existe plusieurs lignes d'évolution, et que toutes ne mènent pas à l'Occident et aux États-Unis !" surenchérit Maurice Godelier.

La pensée marxiste a en fait interprété l'observation des différences ethnologiques en hiérarchisation, dans un but d'affrontement des civilisations.
On peut même voir dans la théorisation de la "lutte des classes" une hiérarchisation entre les classes dominantes et le peuple, à qui appartiendrait le pouvoir confisqué par les premiers.
Mais si les universitaires ont banni depuis cinquante ans ce mot de leur vocabulaire, cela n'empêche pas le terme de revenir dans l'arène politique. Les attentats du 11 septembre 2001 organisés par Ben Laden sur le sol américain ont alimenté la psychose de l'Américain moyen provoqué chez lui qui a développé un fort resentiment envers les musulmans politiquement extrémistes, terroristes haineux. Aussi, dans les années 200 évoquaient-ils le "choc des civilisations" pour justifier la nécessaire "guerre contre le terrorisme".

Ce n'est donc pas étonnant que le mot ressurgisse dans un contexte de campagne électorale. En déclarant que toutes les civilisations ne se valent pas, Claude Guéant introduit ainsi "un jugement de valeur agressif qui laisse supposer que certaines sont inférieures à d'autres avec comme sous-entendu que la civilisation islamique est inférieure à la civilisation française", estime l'historien Alfred Grosser. De fait, le Conseil français du culte musulman a aussitôt exploité la polémique à son compte lundi en demandant au ministre de l'Intérieur de préciser qu'il ne visait pas "la civilisation musulmane" dans ses propos.




Valbuena est-il trop petit et blanc
pour être un grand footballeur ?


Lien PaSiDupes: stigmatisation des blancs européens

2 commentaires :

  1. Intéressant, mais Guéant a-t-il vraiment concrétisé sa pensée, en utilisant ce mot, je n’en suis pas sur.

    Prenons une expérience au cœur de laquelle, je me trouve, … j’habite dans un secteur de banlieue parisienne sensible (élégance de langage) ou je suis pratiquement, que le seul individu de race caucasienne, … d’un naturel curieux, me rapprochant des autochtones constituant mon environnement, je fus très surpris de constater que des structures tribales semblent naturellement se constituer avec un zone de territoire définie.

    Etant sur leur territoire, il a été nécessaire que je sois accepté par cette tribu, qui dans un premier temps, à voulu s’assurer que je n’étais ni sympathisant, ni membre en civil, dans une autre tribu qui leur est hostile, celle des policiers.

    Ils m’ont précisé qu’ils avaient un territoire qui n’était plus envahi depuis plusieurs année, suite a un genre de guerre mémorable, par la tribu des policiers, que de simples menaces suffisent actuellement pour faire reculer, qu’il y a entre eux aujourd’hui, un genre de cesser le feu permanent, et que cette paix est basée sur un potentiel offensif équilibré entre eux et cette tribu rivale.

    Ils sont toutefois confronté, à d’autres tribus à caractère communautaire que ne semblent pas vouloir frayer avec eux, situées au bout de leur territoire, vivement contrariés de ne pouvoir faire de business avec eux.

    En fait Guéant voulait faire allusion, à une civilisation passée ou d’autres individus caucasiens comme moi avaient constitués aussi des tribus et avaient une vie sociale dans des villes, faisaient du commerce sur de grandes distances, ont parlait à l’époque de civilisation, nous avions même une langue, que je suis le seul aujourd’hui à encore comprendre….alors que tout autour de moi, l’on parle le verlan que j’ai fini par nécessité à parler.

    Aujourd’hui, nos chefs locaux roulent dans des Audi R8 à 150 000€, et cette tribu semble très prospère. Mais j’ai peur, car je suis de moins en moins à l’aise d’être le seul individu de type caucasien dans cet environnement parfois hostile, car on me dévisage de plus en plus….

    Je vais probablement devoir quitter le territoire de cette tribu, et essayer de rejoindre un territoire ou je ne serais plus le seul à être de race caucasienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Las ! Français devenu étranger sur son propre territoire......voici le triste conséquence du soi-disant multiculturalisme...en Chine c'est pareil, les gens d'éthnie Han comme moi n'osent pas ''entrer'' au territoire du diaspora des gens de foi mulsulmane

      Supprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):