POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 8 février 2012

Le PS efface les traces de l'immonde agression contre le ministre de l'Intérieur

La bête immonde socialiste reste tapie dans l'ombre
Les apaches du PS n'ont pas renoncé à sortir leurs eustaches, mais, pour l'heure, à droite comme à gauche, on veut clore provisoirement l'épisode peu glorieux où un député socialiste de Martinique tira son surin sur le ministre de l'Intérieur qui osa donner son sentiment sur les différences entre civilisations.

Au lendemain de l'
ignoble agression verbale à l’Assemblée nationale sur la "comparaison Guéant", certains de part et d'autre de l'hémicycle pensent qu’il est temps d’en finir.

Cette opération était pourtant manifestement préméditée
et même orchestrée par l'entourage du Premier secrétaire du Parti socialiste
, Martine Brochen-Aubry, depuis restée étrangement silencieuse. Elle n'a exprimé aucune indignation: pour cette fois, elle ne s'est pas sentié "salie" à l'énoncé de différences culturelles entre civilisations et n'a pas davantage déclaré "abîmée" l'image du PS par l'injure de son camarade.

Le président du Conseil régional de Martinique, Serge Letchimy, était chargé de cette sale besogne
, pour sa couleur de peau et ses antécédents d'autonomiste au cours des violences sociales qui ont duré six semaines au printemps 2009, alors qu'il était maire de Fort-de-France. Il devait provoquer un incident de séance en présence du ministre de l’Intérieur - en l'absence de François Hollande - lors des questions des députés au gouvernement. L'élu socialiste réagit donc avec une violence inouïe devant les caméras pour s'opposer à la libre expression du ministre qui considère que les civilisations n'ont pas été égales au cours de l'histoire universelle.

Le PS est dans la droite ligne de sa dérive au gré des campagnes électorales

Si on remonte seulement à Jospin les attaques personnelles sont multiples
Le premier ministre, alors candidat socialiste, à l'issue d'une cohabitation qu'il qualifia de "correcte, voire plutôt cordiale", décrivit Jacques Chirac en "président vieux, usé et fatigué" lors de la campagne présidentielle 2002. Jospin maltraita pareillement sa camarade Ségolène Royal signant l'arrêt de mort de la candidate socialiste de 2007, jugeant qu'elle "n'a pas les qualités humaines ni les capacités politiques".

Martine Brochen-Aubry est une autre spécialiste des exécutions sommaires
En 2010, l'amère de Lille se livra elle-même à une comparaison "respectueuse", assimilant le président de la République à un Bernard Madoff "l'escroc du siècle qui donnerait quelques cours de comptabilité", selon ses termes, et fustigeant sa "vulgarité". Cette féministe s'en prit avec la même "inélégance" à son rival Hollande qu'elle traita de "gauche molle". Classieuse donneuse de cours de respect des personnes !

Quant au jésuite Hollande, candidat PS pour 2012, il adopta l'attaque oblique
L'entourage du député de Corrèze estime que Hollande n'a pas traité Nicolas Sarkozy de "sale mec". Le Parisien rapporte pourtant les propos tenus en "off par le candidat et non destinés à la publication. C'est ainsi que les journalistes présents 'France Inter, Le Point, Europe 1 et l'AFP) auto-censurent et nient donc avoir entendu que le chef de l'Etat est "un 'président en échec', un 'sale mec', qui se cache derrière les formules de l'UMP." Le candidat Hollande aurait même ajouté que "Sarkozy va être dans l'évitement jusqu'au premier tour. Mais il envoie ses sbires pour déligitimer ma candidature." Le cocasse de la citation, c'est qu'elle décit exactement son auteur, qui ne répond jamais franchement par 'oui' ou 'non', reste dans le flou et profite de l'attente de candidature du président en exercice pour occuper le terrain et faire se succéder les membres de son équipe à tous les micros tendus.

L'agression infâme à laquelle s'est livré Letchimy ne fait certes que détériorer un peu plus l’image du PS
, ce qui ne serait pas dramatique, mais elle entâme aussi celle de la politique et expliquera largement l'abstention estimée à 20% qui, pour le coup déligitimerait l'élu de mai 2012.


Cette attaque insensée ne profite finalement à personne

Selon les informations
du buzz politique d’Europe 1, beaucoup s’attachent à en sortir.

Le député Letchimy ne sera-t-il pas sanctionné ?
D’aucuns s’attachent ainsi à ne pas mettre de l’huile sur le feu.
Dans cette optique, la forfaiture serait consommée, si Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale se résolvait, comme on l'annonce et le craint, à ne pas finalement sanctionner Serge Letchimy. "Vous nous ramenez jour après jour à des idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et coloniale. Le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ?", avait lancé le député PS de Martinique, déclenchant un incident de séance.

Vu la gravité extrême de l'injure, si personne ne se respecte et ne respecte l'autre, tout laxisme rendrait ingérables les prochains débats parlementaires en période de crise et de campagne électorale.
Le titulaire du Perchoir voulait le faire réprimander par un bureau de l’Assemblée.

Mais après une discussion dans la soirée avec Jean-Marc Ayrault, Accoyer semble avoir renoncé à le faire "gronder". "Sanctionner l'héritier moral d'Aimé Césaire, descendant direct d'esclaves, ne ferait qu'envenimer les choses", a fait valoir le président du groupe PS à l’Assemblée. Sensible à l’argument, Bernard Accoyer devrait donc tenter une médiation entre le député Letchimy d’une part, et le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur d’autre part. Le socialiste Ayrault revendique la carte blanche à tous les héritiers: dignes et indignes, ils se valent tous !

La "droite molle" se démobilise
Plus nul que nul, c'est quoi, demanderait Coluche
Dans les jours à venir, plusieurs ministres devraient monter au créneau dans les media pour déclarer le match nul. Après les critiques consensuelles de la gauche, ils devraient plaider qu’au fond, "nazi" comme "civilisation" seraient des termes excessifs, et qu’il faut enfin laisser la place au vrai débat d’idées. Ces ténors de la droite voient dans l'injure du député Letchimy une aubaine pour appeler au calme, à la fois Claude Guéant et les "sbires" de Hollande.
Cette volonté de calmer le jeu pourrait toutefois se heurter aux tenants de la droite "qui en a", pour rester dans le registre de la Ch'tite Brochen-Aubry, commanditaire du coup bas.


Mardi, avec la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée, les jeunes pleins de sève de l'UNI ne dissimulaient leur approbation et leur soutien à Claude Guéant. Le syndicat étudiant a mobilisé ses adhérents par mail, avec pour consigne de soutenir leur champion sur Twitter et par pétition.


Pétition de l'UNI en soutien à Claude Guéant

Lors de la convergence de l’UNI, le 4 février 2012, Claude Guéant, ministre de l’intérieur, a dit :
"Or, il y a des comportements , qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l’homme. Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation."

Face à une polémique qui enfle et contre la bien-pensance de gauche, nous vous invitons à signer la pétition de soutien.
>> Je suis 100% d’accord avec les propos tenus par Claude Guéant. Je signe la pétition de soutien.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):