POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

samedi 11 février 2012

Présidentielle 2012: la femme qui fait trembler la "gauche molle" de Hollande

Le retour d'Emmanuelle Mignon inquiète Hollande

L'architecte de la victoire de Sarkozy en 2007 a repris du service pour 2012.

Ce renfort de matière grise n'est pas une bonne nouvelle pour le candidat socialiste.
Le candidat socialiste a toujours estimé que l'apport de cette majore, née en 1968 et enseignante de droit public à l'IEP de Paris, avait été décisif avant l'élection de 2007, notamment parce qu'elle avait su rénover la pensée de la droite.

Il l'avait dit au président nouvellement élu, lorsqu'il l'avait rencontré, en tant que premier secrétaire du PS, le 17 juillet 2007. Avant ce rendez-vous, il avait rendu hommage à Emmanuelle Mignon, croisée dans le palais de l'Elysée, tout en taclant le vainqueur de son ex-concubine: "Ce n'est pas lui, c'est vous qui avez gagné la présidentielle !"


Qui est celle qui donne des aigreurs gastriques à Flamby Hollande ?

Cette énarque avait préparé le programme de Nicolas Sarkozy en 2007.
Puis elle avait repris sa respiration en se consacrant à son travail au Conseil d'Etat en décembre 2009.

Mais Emmanuelle Mignon opère un retour remarqué.
Collaboratrice de Nicolas Sarkozy depuis dix ans, elle lui aurait été recommandée par Renaud Denoix de Saint Marc, vice-président du Conseil d'État: elle sera conseillère au cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, chargée des questions juridiques et des libertés publiques, après que le ministre de l'Intérieur lui a réclamé " le plus beau cerveau de [s]es services ". Elle pilote alors le groupe de travail chargé de faire des propositions pour l'abolition de la double peine, coordonne la lutte contre l'antisémitisme et assure les liens avec les organisateurs de rave parties et de teknivals.

Cette majore de l'ENA va participer à la campagne présidentielle de 2012
"Le retour d'Emmanuelle Mignon... C'était évident ! on ne change pas une équipe qui gagne :-)", s'est exclamée samedi sur twitter la ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano.
Plusieurs sources à l'UMP ont affirmé qu'Emmanuelle Mignon était "en train" de rejoindre l'équipe de campagne qui se constitue afin d'être opérationnelle dès que le chef de l'Etat annoncera sa candidature à un second mandat.

Emmanuelle Mignon avait travaillé auprès de Nicolas Sarkozy, ministre, avant d'être nommée directrice de cabinet du Président de la République en 2007.
Agée de 43 ans, Emmanuelle Mignon avait piloté l'élaboration du programme de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007. Elle l'avait ensuite suivi à l'Elysée où elle avait dirigé le cabinet du nouveau chef de l'Etat jusqu'en décembre 2009, quand elle quitta son poste à l'Elysée.
"Je suis aux côtés de Nicolas Sarkozy depuis sept ans et demi. L'expérience a été exceptionnellement riche, mais aussi intense, j'ai besoin de prendre du recul", avait alors expliqué Emmanuelle Mignon, en rejoignant le Conseil d'Etat, son corps d'origine.
Les sectes, "un non-problème"
En février 2008, elle s'était trouvée plongée dans une intense polémique.
Au magazine VSD, elle avait déclaré que les sectes étaient "un non-problème" en France. Elle avait ensuite démenti cette déclaration le jour de parution de l'article, en confirmant que "soit ces mouvements et ces groupes troublent l'ordre public et abusent de la faiblesse psychologique des personnes, et dans ce cas ils doivent être poursuivis et sanctionnés".

En 2008, Renaud Revel (55 ans, licencié en droit, bac+3, rédacteur en chef à L’Express, où il est en charge, notamment, de la rubrique Médias) la destinait au secrétariat d’Etat à la Communication, en cas de remaniement.

Après l'ESSEC, Sciences Po, l'ENA (promotion 2005) et l'Elysée, Emmanuelle Mignon avait rejoint en mai 2010 Front Line, société holding de Luc Besson, estimant alors que "l'industrie du divertissement est un secteur d'avenir, créateur de richesses et en pleine mutation", avant d'être nommée en juillet de la même année secrétaire générale EuropaCorp, société de production et distribution où Front Line est majoritaire et où elle eut la charge de la stratégie, du développement, des questions juridiques et de la direction des ressources humaines.

Le 13 janvier dernier, le studio a annoncé son départ et son retour au Conseil d'Etat, en expliquant qu'Emmanuelle Mignon considérait "sa mission achevée".
Emmanuelle Mignon se tenait donc en réserve de l'Elysée.

1 commentaire :

  1. Francine a raison d'avoir peur......vu les éléphants en chocolat et les planches pourries dont il s'est entouré........60 ou 80 personnes dans l'équipe de campagne.......+ une célébre agence de communication qui a fait
    ses preuves......Mais c'est trés bien, moi ça me va......qu'il continue ainsi.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):