POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 2 février 2012

La sénatrice EELV qui se trouvait pauvre et réclamait plus

L'assistanat réflexe coûte à certains mais rapporte à d'autres

Ce que le "politiquement correct" interdit de dénoncer

Avec des revenus supérieurs à 10 000 euros par mois, la sénatrice Europe-Écologie Les Verts, Alima Boumediene-Thiery exigeait plus de la solidarité nationale
Elle voulait convaincre les services de l'Etat que sa situation financière est précaire et contourner les critères sociaux d'admission dans un internat public afin que son fils y soit accepté...

Si, pour François Hollande, on doit être considéré comme riche à 4000 euros par mois, pour la sénatrice Europe-Écologie, Alima Boumediene-Thiery, 10 000 euros par mois ce n'est pas encore assez !

Cette élue défavorisée a, en effet, écrit le 26 mai 2011 au ministre de l’Education, Luc Chatel, pour lui demander d’intervenir en faveur de son fils dont la demande de placement en internat dans un collège public sur Paris a été rejetée selon des " critères sociaux ". Pour tenter d'influencer son jugement, elle a utilisé du papier à en-tête du Sénat à l'attention du Ministre de l'Éducation nationale avec copie au Recteur de l'Académie de Paris, bien qu'il s'agisse d'une correspondance privée.

" Avis négatif de l’assistante sociale ", s'indigne Alima Boumediene-Thiery dans son courrier où elle s’emploie à expliquer qu’ une sénatrice, dans sa situation familiale, a besoin de l’aide de l’Etat pour s’en sortir. " Je reverse chaque mois 1200 euros au parti politique auquel j’appartiens; je paie également un crédit immobilier à hauteur de 1500 euros (…) In fine, je dois vivre avec près de 2000 euros ".

En vérité, le salaire net d’un sénateur s’élève à 5400 euros par mois et surtout, Mme Thiery oublie de rappeler qu’elle bénéficie de 6240 euros de frais de mandat non imposables, hors dépenses de taxis prises en charge par le Sénat. Ne reculant devant aucun argument pour convaincre le ministre, elle confie plus loin ne pas être certaine d’être reconduite dans son mandat au mois de septembre et donc de se " retrouver sans revenus ".

Pour mémoire, le salaire moyen en France est légèrement supérieur à 2000 euros nets selon l'INSEE. Quant au salaire median, il est de 1500 euros nets (50% des Français gagnent moins, 50 autres % gagnent plus).
1-
Doc. 1
2- Doc. 2

Le candidat PS jugera-t-il juste d'exiger de la vertueuse Ch'tite Brochen-Aubru de mettre de l'ordre dans la pétaudière rose ?

Ce qu'il faut retenir de cette sénatrice dissidente d'EELV

Alima-Boumediene-Thiery (1956, les Verts) est sénatrice depuis 2004 et membre du groupe socialiste. Elle a appelé à boycotter les produits israéliens dans un supermarché de Montigny-les-Cormeilles, le 30 juin 2010. Elle est mise en examen pour " incitation à la discrimination en raison de l'appartenance à une nation " et reçut de nombreux soutiens : celui de parlementaires algériens, celui de Juifs de l'UJFP (Union juive française pour la paix, organisation juive laïque, universaliste pro-palestinienne) et de l’A.M.F (Association de Marocains de France) et devait comparaître au tribunal de grande Instance de Pontoise le jeudi 14 octobre 2011, avec Omar Slaouti (NPA).
Cette élue de gauche prétend représenter largement sa circonscription et l'ensemble de la population française dignement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):