POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 18 juillet 2015

Les débats télévisés qui nourrissent bien son socialiste

Le coût des 'talk-shows' et de leurs chroniqueurs qui plombent les chaînes télé
Ruquier, avant et après chirurgie esthétique
Combien dépensent les chaînes pour leurs émissions? Et combien sont rémunérés ceux qui y participent ? Le Parisien publiait jeudi une enquête qui répond à toutes ces questions.
L'émission de télévision la plus chère est estimée à 190.000 euros et la moins onéreuse à 40.000.

Alors que Vincent Bolloré a décidé de rentabiliser Le Grand Journal, jugé trop cher, Le Parisien s'est penché sur les coûts de production des programmes télé. Et le plus onéreux n'est pas forcément celui auquel on pense...
France 2 réclame toujours plus de pub au contribuable

'On n'est pas couché', sur le service... public, palme du plus gros budget
France 2, la chaîne de France Télévisions, est celle qui investit le plus dans une émission de politique spectacle. Diffusé tardivement, le samedi en deuxième partie de soirée, son co-producteur et présentateur, un socialiste  et homosexuel prosélyte, Laurent Ruquier (ci-dessus) toucherait 190.000 euros l'émission. On se déclarerait nanti et privilégié honteux à moins, mais son empathie avec les plus défavorisés, qu'ils soient chômeurs, sans-abri ou/et illégaux sent l'hypocrisie à plein nez.

"On n'est pas couché" de Laurent Ruquier au top des talk-shows coûteux.
Tourné au Studio Gabriel, près des Champs-Elysées, ONPC doit  démonter son décor après chaque enregistrement, une opération estimée à 5.000 euros qui la cohérence de la gestion du service public.
S'ajoute à ce gaspillage, les extravagants salaires des deux chroniqueurs. Ainsi, "Léa Salamé et Aymeric Caron touchent 1.500 euros brut par émission", révèle l'enquête du journal Le Parisien. Aymeric Caron, qui s'enflamme aux côtés des plus démunis, touche plus de quatre fois leur SMIC (1.457,52 euros brut, sur la base de... 35 heures par semaine). A la rentrée, le gauchiste libère son siège au profit de Yann Moix, un prix Goncourt, tirant donc un trait sur sa rente. Le chevelu devra-t-il se résoudre à passer du chou frisé bio à la salade sous serre ?

Le Grand Journal, palme d'or des talks quotidiens

La chaîne cryptée arrive en deuxième position des plus généreux groupes audiovisuels avec Salut les Terriens de Thierry Ardisson. Chaque numéro de SLT coûterait 180.000 euros, soit 60.000 euros de plus que l'ostentatoire Grand Journal, souvent accusé de gabegie. 
Il faut dire que, avec un coût unique de 120.000 euros, SLT, talk-show quotidien produit par Renaud Le Van Kim et présenté par Antoine de Caunes ne se refusait pas grand-chose: un studio de 800 m², un public que 300 personnes, des chroniqueurs bien payés -Jean-Michel Aphatie touchait 15.000 euros par mois- et des prestations d'artiste en live... Rien de vraiment "bas coût".

Canal Plus
Suite à la fuite des abonnés, Antoine de Caunes, son présentateur, devra retravailler sa formule à la rentrée, alors que Le Grand Journal n'était pas le programme le plus cher, même sur la chaîne cryptée, à la différence d'ONPC sur le service public
Vincent Bolloré, principal actionnaire de Canal+, a décidé de réduire les frais. Le Grand Journal reviendra donc en septembre avec des moyens réduits, une nouvelle animatrice -Maïtena Biraben-, un nouveau producteur -Flab, connu pour La Nouvelle Edition- et un décor récupéré du Canal Football Club. Bref,  Canal+ va découvrir une gestion de père de famille.

Sur D8, C à vous et Touche pas à mon poste, palmes de la rentabilité
La petite chaîne que Bolloré avait vendue à Canal+, avant de prendre le tout, lui l'a confirmé dans l'idée que le succès peut être associé au juste coût. Avec ses 'happenings' déjantés, on pouvait croire que TPMP sur D8 coûtait également une petite fortune. C'est un a priori. Avec 40.000 euros par épisode, l'émission de début de soirée emmenée par Cyril Hanouna ne fait pas plus que C à vous sur France 5.

Le coût n'est pas gage d'audimat

L'animateur Cyril Hanouna présente Touche pas à mon poste!, l'un des talk-shows les moins onéreux du PAF.
Même si ses chroniqueurs Jean-Michel Maire et Enora Malagré gagnent entre "300 et 600 euros brut par émission", le programme fait des économies sur son lieu de tournage -un studio situé à Boulogne-Billancourt que D8 met gracieusement à sa disposition. De même, aucun reportage n'est réalisé, toutes les images diffusées à l'antenne étant acquises gratuitement selon le principe du zapping. Un excellent rapport qualité/prix pour D8, puisque Touche pas à mon poste ! réunit en moyenne un million de téléspectateurs.

Les producteurs sont-ils, quant à eux, des bénévoles?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):