POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 30 juillet 2015

Cambadélis somme Sarkozy de "virer" un élu LR qui a partagé un dessin taxé de racisme

Police de la pensée: le patron du PS tombe dans le totalitarisme                         

Dans le premier secrétaire du Parti socialiste sommeillait le trotskiste.

Cambadélis a interpellé l'ancien chef de l'État, lundi soir sur Twitter.  

Nicolas Sarkozy (g) et Jean-Christophe Cambadélis (d).
Nicolas Sarkozy (à gauche) et
Jean-Christophe Cambadélis (à droite)
Il reproche à l'ancien président de ne pas partager sa lecture d'un dessin politique relayé par l'adjoint au maire de Levallois-Perret, Philippe Moisescot, en charge des Sports.
"La France de Pépère. Merci à nos amis socialistes." C'est de cette légende que l'élu les Républicains des Hauts-de-Seine  a accompagné cette perspective à court terme représentée par un dessinateur politique qui a le défaut de ne pas faire partie de l'équipe de Charlie hebdo. Le dessin qu'il a relayé lundi sur Twitter montre une file d'attente de plusieurs hommes à barbe en djellabas et de femmes  musulmans revêtues de voiles. Ils  semblent stupéfait de voir un homme blanc qui balaie le caniveau et qu'ils identifient à la fois comme un "travailleur"  et comme un "étranger" en France.
Choquant que le Blanc ait un emploi ?
Cambadélis craint de se projeter et nie un possible changement de société
Ce message, qui accrédite sans détour la très controversée théorie du "grand remplacement" - associée à celle de "La Grande Déculturation" par l'école -  , selon laquelle le peuplement européen pourrait être remplacé par une population non européenne, ne semble toutefois pas perturber l'élu outre mesure.   
Le Lab d'Europe 1 cite deux internautes au hasard (du type ci-contre !) et contacte l'élu qui doit se justifier: "Malheureusement, il n'y a que la vérité qui fâche. Allez voir dans le 9-3! Je ne suis pas plus raciste qu'un autre mais ce dessin, c'est tristement vrai. J'ai des amis musulmans. Il y en a, ça va. Mais d'autres non", argue-t-il, citant "tous les Marocains qui ne veulent pas travailler (et) viennent en France pour toucher les allocations". LIRE Le Figaro du 16 juillet 2015: "Les patients résidant à l'étranger ont laissé une ardoise de 120 millions d'euros à l'AP-HP en 2014"

Huyghe voit "autre chose à faire que s'occuper de caricatures imbéciles"
Une observation  très peu goûtée par le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui n'a jamais travaillé de sa vie. Le "trotskiste un jour, trotskiste toujours" a exigé du prédécesseur de Hollande, mardi soir sur Twitter, qu'il prenne des mesures disciplinaires à l'encontre de l'intéressé. "Quelqu'un pourrait-il réveiller Nicolas Sarkozy dans son luxueux hôtel corse [où il se trouve actuellement en vacances, selon Le Canard Enchaîné] pour qu'il vire l'élu Philippe Moisescot et ses dessins racistes?", a-t-il ainsi sommé  "son homologue des Républicains".
Quelqu'un pourrait-il nous dire si l'homologue a déjà été élu à la Présidence (et le sera jamais) ?

L'agressé n'a pas encore pris la peine de se pencher sur l'oukaze de Kosta
Il affirme même souvent "ne pas se souvenir du nom" du socialiste. Et il est préférable de ne pas mettre un nom sur l'ex-président (1978-1984) de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF). Cambadélis avait d'ailleurs fait également partie -avec le député socialiste Jean-Marie Le Guen -aujourd'hui secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement- de la jeune garde qui s'empara de la MNEF au début des années 1980 également mis en examen pour un présumé emploi fictif. Le secrétaire d'Etat de Valls avait été mis en examen pour avoir accepté d'une autre mutuelle 330.000 francs de 1994 à 1996, sans contrepartie de travail effectif. Les juges lui reprochèrent près de 1,5 million de francs qui auraient été indûment perçus. Jean-Christophe Cambadélis a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis et 20.000 euros d'amende, pour une supposée mission de conseil sur les étudiants étrangers, entre 1991 et 1993. 
A la place du patron, c'est le porte-parole des Républicains, Sébastien Huyghe, député du Nord, qui est monté au créneau sur le réseau social. "Quelqu'un peut-il réveiller Cambadélis, Hollande et Valls? Chômage record, les déficits dérapent... Et eux sont dans l'autosatisfaction", a-t-il d'abord lancé.
Sébastien Huyghe estime en outre qu'il y avait "autre chose à faire que de s'occuper de telles caricatures imbéciles."

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):