POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 3 juillet 2015

Antisémitisme: sursis pour apologie du terrorisme à Montbéliard

Le lycéen condamné pour apologie du terrorisme s'en tire bien dans le Doubs

Pour menaces de morts contre le consul d'Israël et un député français juif et apologie du terrorisme,

Démocratie suicidaire
Un lycéen antisémite de 19 ans a été condamné à un an de prison... avec sursis, ce jeudi à Montbéliard, pour apologie du terrorisme sur internet et des menaces de mort visant le consul d'Israël et un député des Français de l'étranger. La jugement du tribunal correctionnel, qui comprend aussi trois ans de mise à l'épreuve, une obligation de soins (c'est une habitude, en matière de justice!) et une interdiction de quitter le territoire national, est conforme aux réquisitions du Parquet.

Inquiétude du tribunal sur son profil
A l'automne 2014, ce jeune homme habitant chez ses parents à Valentigney, près de Montbéliard, ex-circonscription de Pierre Moscovici, a menacé de mort par mail le consul général d'Israël en poste à Marseille, Barnéa Hassid, et le député UDI de la 8e circonscription des Français de l'étranger, Habib Meyer, en raison de leur confession juive. Il a également fait l'apologie du terrorisme en diffusant des photos et des vidéos à la gloire de l'État islamique (ou Daesh), en décembre et janvier dernier via son compte Facebook.
L'homme, dont le casier judiciaire était vierge et qui n'a pas de lien avec une organisation terroriste, a affirmé qu'il regrette son attitude. "Mais ce qu'on se demande, c'est si un gars comme vous peut un jour se balader avec une arme dans les mains et dégommer tout ce qui passe en raison de son idéologie", a dit le président du tribunal, Alain Troilo, en des termes qui honorent la profession.

"Il faisait ça pour rigoler, avec des potes"

La surdité rend-elle terroriste ?
Son avocate, Me Bérengère Chenin, a décrit comment la vie de cet enfant d'une famille de six enfants a été marquée par une maladie qui le rend sourd et l'oblige à prendre un traitement difficile à supporter. "Après avoir échappé à la mort en août dernier, car il ne prenait plus son traitement, il s'est tourné vers la foi et sur internet", a-t-elle raconté. Selon elle, son passage à l'acte s'inscrit dans sa "crise d'ado, pour se montrer intéressant et transgresser les interdits". "Il faisait ça pour rigoler, avec des potes", a-t-elle insisté, selon un raisonnement qui n'est recevable qu'en l'espèce et surtout pas lorsque sont poursuivis des skinheads, qu'ils soient de droite ou de gauche, antifa ou BlackBlocs.
En mars 2009, Nicolas Sarkozy et neuf ministres, élus ou responsables de l'UMP, ainsi que le PDG de TF1 et un directeur de France Télévisions avaient reçu des lettres de menaces de mort, accompagnées d'une balle de 9 ou 12 mm. En 2013, un administré de Martine Aubry avait adressé des menaces de mort à François Fillon. Lien PaSiDupes

Faut-il être malade pour être terroriste ?
"C'est de l'islamo-fascisme", a dénoncé l'avocat du député Habib Meyer.
Me David Kaminski, souhaite pourtant que cet "enfant de la République qui a fauté" puisse "se ressaisir". Pour la procureure Thérèse Brunisso, "il doit comprendre que, dans notre République, on est en droit de penser ce qu'on veut, mais notre République interdit des comportements qui empêchent que l'on puisse vivre ensemble en paix et qui empêchent que des communautés s'écharpent sur notre sol".

Tous les terroristes auront-ils droit au sursis ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):