POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 9 mai 2015

Le terroriste islamiste Al-Anassi a été tué: il avait revendiqué la tuerie de "Charlie Hebdo"

Un drone américain met fin à ses massacres

Le "stratège" d'al-Qaïda n'a pas vu venir la vengeance occidentale

Le stratège militaire du réseau terroriste était apparu dans plusieurs vidéos d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Dans l’une d’elles, diffusée le 14 janvier 2015, Nasser al-Anassi (ci-contre) affirmait que son groupe avait mené, par l’intermédiaire des deux djihadistes français, l’attaque ayant décimé la rédaction anarcho-révolutionnaire de Charlie Hebdo, pour "venger" Mahomet, caricaturé par le journal libertaire français que Libération qualifie complaisamment de "satirique" pour dire libre-penseur et provocateur. Dans une autre vidéo, en décembre 2014, il avait accusé le président américain, Barack Obama, de porter l’entière responsabilité de la mort de deux otages américain et sud-africain, Luke Somers et Pierre Korkie.

Al-Anassi a été tué par un raid de drone à Moukalla, une ville du gouvernorat du Hadramout au Yémen, en avril".
Cette exécution a été annoncée par un responsable d’AQPA, Abou al-Miqdad al-Kindi (connu sous le nom de Khaled ben Omar Batarfi), dans une vidéo de onze minutes diffusée sur Twitter, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. 
Lors d’une conférence de presse à Washington, le ministre de la Défense américain, Ashton Carter, s’est refusé à tout commentaire sur une "frappe particulière". Les Etats-Unis sont le seul pays disposant de drones dans la région.

Un responsable du terrorisme islamiste mis hors d'état de nuire

Nasser ben Ali al-Anassi, né en 1975 au Yémen, a participé au 'djihad' en Bosnie en 1995, avant de retourner au Yémen, puis de se rendre au Cachemire et en Afghanistan. Il avait rencontré le chef d’al-Qaïda, Oussama ben Laden, tué depuis et dont le père était originaire du Yémen, qui l’avait chargé de questions administratives, avant de participer à davantage de camps d’entraînement où il avait excellé. Il a été emprisonné six mois au Yémen et avait rejoint AQPA en 2011.


Le 14 avril, Al-Qaïda au Yémen avait déjà annoncé la mort d’un de ses idéologues en chef, Ibrahim al-Rubaish, tué la veille dans une attaque de drone américain. Ce Saoudien était connu pour ses prêches hostiles à l’Occident, aux Etats-Unis et à la France. AQPA avait profité de l’affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l’insurrection populaire contre l’ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence dans le pays.
Et alors que le Yémen est aujourd’hui emporté dans un conflit meurtrier entre rebelles houthis et partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyés par des raids d’une coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite, à laquelle Hollande est allé rendre visite, al-Qaïda tente de profiter du chaos yéménite. Il s’est ainsi emparé en avril de la ville de Moukalla.

La France a remplacé les États-Unis 
en tête de liste des pays ennemis de l’islam
Khaled Batarfi, responsable d’AQPA qui a annoncé la mort d’Al-Anassi, avait été libéré de prison avec 300 autres détenus lors de la prise de Moukalla par Al-Qaïda. AQPA est une organisation terroriste salafiste djihadiste, active principalement au Yémen et en Arabie saoudite, avec une forte influence en Europe. Elle était jusqu'ici soupçonnée d'avoir notamment commis l'attentat-suicide du 21 mai 2012, perpétré par un soldat infiltré, et qui a causé le mort de près de 100 soldats et fait 300 blessés lors de la préparation d'un défilé militaire. AQPA, qui publie la revue 'Inspire', est aujourd'hui la plus active et la plus dangereuse du réseau islamiste.
Saïd Kouachi a été initié au maniement des armes dans la péninsule arabique en 2011. Avec son frère, ce Français a commis l'attentat meurtrier de Paris contre le journal Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015.
AQPA dément à France 24 "cibler les journalistes" au Yémen

SITE précise que, " Al-Anassi a été tué avec son fils et six autres combattants".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):