POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 10 mai 2015

Le service public propose un plan à trois, sous poppers

France Télévisions pénètre le marché du porno

"Poubelle la vie" (PBLV) suscite enfin de saines réactions

France Télévisions
Laurence Rossignol comprend-elle mieux le premier degré que le second ?
Gaspar Noé et Larry Clark peuvent aller se rhabiller depuis l’épisode 2747 de la dixième saison de "Plus belle la vie" (PBLV). Le feuilleton aux ambitions sociétales, diffusé mardi 5 mai sur France 3, à l'heure de l'apéro, a en effet franchi les limites de l'humour paillard à la française pour verser dans le réalisme cru, mais éducatif

France Télévisions tombe du culturel prétendu dans le racoleur 
La chaîne publique de télévision a offert un "sujet de société" aux jeunes, priorité de François Hollande:  l'addiction au sexe. Il faudrait être non seulement un ringard de l'UMP doublé d'un suspicieux du Front de gauche pour voir dans ce peep show d'une scène de triolisme une volonté de boost  et de buzz susceptible de sauver les finances de la chaîne en "mâle" de pub. La "jeune fille", dénommée... Marine, surveillante de... lycée, utilise deux hommes, Stéphane Prieur, infirmier, et un ami de la marseillaise libérée, comme des sex-toys, après consommation de poppers, (extrait ci-dessous):

Pour combattre l'ennui à l'école, selon Najat Vallaud-Belkacem, l'émission est diffusée en prime time à 20h45heure non pas du goûter, mais moment néanmoins privilégié de partage familial. Les papas et les mamans ont donc désormais tout intérêt à consulter les programmes s'ils en sont restés à Hélène et les garçons et croient encore que seules les chaînes privées (M6 ou D8) sont dévergondées. Les bisounours ont dû faire de l'explication de texte à froid, sauf à avoir toujours, eux aussi, des poppers à portée de main. 

Le joli mois de mai et ses nombreux jours de congé sont prometteurs d'un printemps chargé en travaux pratiques, avec ou sans poppers. La scène se déroule dans une des chambres de l’hôtel Céleste et recommande aux participants de partager entre ami(e)s une ampoule de poppers, vasodilatateurs initialement utilisés en médecine mais, comme le sait tout élève du primaire, depuis détournés à des fins intimes) pour se désinhiber et se stimuler. 
Certes la scène est interrompue par le générique de fin, mais l'épreuve de français du bac ne comporte-t-elle pas justement une épreuve de création littéraire ? Najat Vallaud-Belkacem peut donc se féliciter du soutien des poppers et du service public pour stimuler l'imagination des lycéens dans cet exercice, leur faire oublier la "carte de géographie" du matin et faire grimper les statistiques de réussite au bac (et du brevet des collèges) à Béziers et au-delà: l'ardeur à réviser est garantie par l'industrie pharmaceutique ou remboursée par Delphine Ernotte, mais c'est l'Etat qui paie.

La féministe qui sert de sous-ministre à la famille va battre des mains
Non, elle ne fantasmera plus sur un inceste imposé, c'est promis. Elle tournera la langue dans sa bouche et simulera une réaction personnelle après avoir pris conseil de son entourage avant de parler. Car c'est la petite femme libérée -ou effrontée, comme on voudra-  qui tend les accessoires, subterfuges et stimulants et crie "moteur" pour une séquence qui promet d'être hard mais laisse son public frustré et sur sa faim ! L'attrape-c*uillon a fonctionné à plein et les parents n'ont plus eu d'autre priorité que d'envoyer les enfants au lit pour retourner au plus vite à leur triste vie à deux. Les Modernes assurent aux Anciens, qui ne jurent que par les activités naturelles, qu'il n'y a rien à redire aux artifices, puisque la scène se passe entre individus  majeurs, libres et consentants ! Libres, mais assistés de relaxants et d'euphorisants, comme il se doit dans notre société. 
Et la télévision joue, selon eux, son rôle de service public: faire évoluer les moeurs et les mentalités en informant la France au plus profond des régions sur les moyens de mettre un peu de piment dans leurs vies de labeur et d'austérité. Or, si le CSA a mieux à faire que de visionner les programmes qu'elle cautionne, les débutants et les couples en errance se laissent piéger aux bonheurs artificiels qu'ils croient validés par... l'Etat. 

France 3 assume en effet : "c'est dans l'air du temps" 

Après la polémique sur la drogue, le mariage homosexuel ou encore l'islamisme, France 3 récidive. 
Les déclarations de la chaîne n'ont pas suffi à stopper l'onde de choc et d'indignation après la diffusion de l'épisode. Le public a mal digéré cette scène d'excitation artificielle, diffusée en dessert sur une chaîne nationale, à une heure de grande audience qui enchaîne sans crier gare sur le JT, et sa confiance est, en conséquence, trahie.
C'est tout ce qui compte 

Il en faut davantage encore à la journaliste du Parisien, Caroline Bonacossa, pour être choquée. Elle soutient les provocations de France 3 qui a réussi, selon elle, à traiter le thème du triolisme et de l'usage des stimulants sexuels d'une manière "très sobre et assez soft". Avec délicatesse et respect de tous les publics ?

Pour François Viot, directeur de la rédaction du magazine Télé Câble Sat Hebdo, cette scène n'est rien d'autre qu'une escalade dans le voyeurisme. Il estime que c'est très hypocrite de la part du producteur de procéder ainsi afin de provoquer le buzz.
"La scène aborde un sujet de société, mais elle n'apporte rien à l'intrigue. C'est complètement gratuit." (François Viot, directeur de la rédaction du magazine Télé Câble Sat Hebdo)
Forte de sa mission, la chaîne responsable se retranche derrière l'alibi de la mention "interdit aux moins de 10 ans" qui ne bloque que les moins transgressifs, mais racole les autres pour les abandonner en rase campagne, frustrés et échauffés, et les jeter dans la rue avec les sens en éveil, prêts à assouvir leurs besoins insatisfaits. 

La "pipe" de Patrick Sébastien, c'est devenu du flûtiau... (cf. libellé 'pipe' ou 'Sébastien', ci-dessous)
Ce week-end du 8 au 10 mai 2015 est marqué par la 9ème édition des Journées Européennes de l’Opéra, placée sous le signe des nouvelles technologies.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):