POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 22 juin 2015

Violences conjugales: Yacine Chaouat, élu PS, forcé de démissionner

Ce secrétaire national du PS forcé de démissionner pour cause de passé judiciaire

L'exemplarité socialiste ne va pas de soi

Yacine Chaouat, condamné par la passé pour violences conjugales, vient d'être  
nommé au secrétariat national du PS. Ce choix est une offense aux femmes et cet ancien adjoint au maire du XIXe arrondissement de Paris a dû présenter sa démission. 
En annonçait samedi la composition du nouveau secrétariat national du parti à la rose, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est planté une balle dans le pied. Son protégé, nommé à l'Intégration républicaine, dénonce clairement un racisme anti-musulman. D'autres le renvoient à la violence de son machisme. Une affirmation qui ne résiste pas aux faits.

Le cogneur semble en vérité protégé. En novembre 2011, Yacine Chaouat avait été condamné en appel mais avait pourtant gardé ses délégations, malgré la protestation des élus Verts et d'un salarié de la mairie, Bertrand Jullien, en conflit avec sa hiérarchie, licencié depuis. "C'était politiquement contre-productif de le maintenir, décrypte Sylvain Garel, patron des écologistes radicaux (EELV). Ça donne une mauvaise image de la gauche: on ne peut pas avoir un élu qui se comporte mal avec les femmes."

La nomination de ce 'secrétaire  national adjoints' n'est pas passée inaperçue des femmes. La présence de Yacine Chaouat, ex-adjoint chargé de la propreté, des relations avec le monde combattant et de la mémoire, dans le "gouvernement" du PS a en effet été jugée comme un acte de mépris: il y a seulement quatre ans, en mars 2010, a été condamné à six mois de prison avec sursis pour violences conjugales aggravées sur sa conjointe.
Si le violent concède " n'avoir pas su retenir une gifle dans le cadre d'une dispute passionnelle", les gestes que lui reproche sa jeune épouse de 21 ans, Fatima, sont tout autres.
La plaignante l'affirme : venue de Tunisie pour s'installer en France au cours de l'été 2009 avec Yacine Chaouat, elle aurait très vite déchanté. Contrainte de ne pas quitter leur appartement, frappée à coups de ceinturon, la jeune femme aurait vécu l'enfer.
"Elle est finalement parvenue à prendre la fuite pour porter plainte. Ce jour-là, s'émeut son avocate, Me My-Kim Yang-Paya, il aurait même tenté de l'étouffer avec un coussin ! Les violences étaient fréquentes, comme en attestent les photos du corps de Fatima qui portait de très nombreuses blessures. Cette jeune femme, élevée en Tunisie dans une famille moderne et qui disait être très amoureuse de son mari, n'a pas compris le brusque changement d'attitude de Yacine Chaouat. Elle ne veut plus jamais le revoir."
Face à une polémique naissante et à la rumeur de solidarité homosexuelle, le PS ne devait pas tarder à réagir. Yacine Chaouat a présenté sa démission dans la soirée de dimanche, 24 heures après sa nomination. "Il a confié à Cambadélis (qu'il le) remercie de cette 2e chance mais que, musulman, il n'a pas le droit à l'oubli dans la France d'aujourd'hui, et qu'il préfère démissionner", raconte la direction du Parti socialiste ce dimanche.
"On n'a pas le droit à une 2e chance quand on est musulman"...
Dans une déclaration diffusée ce dimanche soir, Yacine Chaouat s'explique : 
"A la suite de ma nomination en qualité de secrétaire national adjoint chargé de l’intégration républicaine, lors du Conseil National d’hier soir (samedi), et face aux attaques sur les réseaux sociaux dont je fais l’objet et qui rejaillissent sur tout le Parti socialiste, j’ai présenté ma démission de cette fonction. J’ai commis une erreur il y a 6 ans, et la justice est passée. Après avoir payé ma dette, je regrette que l’on veuille m’appliquer une double peine. C'est avec tristesse que je constate que dans la france [France] d'aujourd'hui on n'a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman."
Dans l'opposition, le député des Français à l'étranger et ancien ministre des Transports, Thierry Mariani s'est s'indigné:  
Certaines femmes sont plus particulièrement sensibles au sujet

La députée (LR) des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, comparait pour sa part Yacine Chaouat à l'acteur Joey Starr, lui aussi condamné pour violences conjugales : 


La vice-présidente du groupe LR au Conseil de Paris, Agnes Evren, s'étonnait également du manque de réaction de la secrétaire d'Etat aux Droits des femmes:

En revanche, Laurence Rossignol (secrétaire d'État chargée de la Famille), pas plus que Najat Vallaud-Belkacem (ex-ministre des Droits des femmes), ou Pascale Boistard (secrétaire d'État chargée des Droits des femmes), n'a réagi...

Le PS tarde à clarifier sa position sur les violences faites aux femmes. 
Mais une secrétaire générale adjointe des Républicains, Valérie Debord, adjointe au maire (LR) de Nancy,  l'interpelle :

Pire, François Dagnaud, maire (PS) du XIXe (ex-adjoint au maire de Paris, chargé de l’organisation et du fonctionnement du Conseil de Paris, de la propreté et du traitement des déchets), avait pris la défense de Yacine Chaouch contre le parti des femmes battues: "C'est un garçon qui a un beau parcours. Il a fait une connerie. Il a payé lourdement sa faute. La page est aujourd'hui tournée. Il a le droit d'avoir sa chance. Le fait qu'il s'appelle Yacine n'est pas étranger à la persécution dont il est victime. Que veulent ses détracteurs: la déchéance de sa nationalité ou son expulsion. Il faut que tout cela s'arrête." Clairement, le parcours de sa compagne n'est pas aussi beau mais la main portée sur elle n'était pas assez lourde et fatale.

Madec, sénateur PS : "C'est injuste"

Roger Madec, ancien maire du XIXe et sénateur, a aussi une pensée émue pour celui qui reste son collaborateur au sénat. "C'est un des collaborateurs les plus exemplaires que j ai eu. Il est serviable et dévoué. C'est injuste de lui reprocher éternellement des faits qui se sont produits il y a six ans et pour lesquels il a payé. Les socialistes ne sont pas pour la double peine. Cambadélis ne confiait pas un mandat électif mais des responsabilités internes au parti. S'il ne s'appelait pas Yacine, on n'en ferait pas toute une histoire, polémique l'ancien maire. On ne va pas le marquer du sceau de l'infamie toute sa vie. Il a le droit de continuer à faire de la politique. Je m'étonne des attaques de femmes féministes socialistes (qui devrait se taire par solidarité politique?). Ce n'est pas le monstre que certains ont voulu détruire. Il faut que ça cesse."

Dimanche soir, l'ancienne ministre PS Aurélie Filippetti a estimé sur BFMTV que M. Chaouat "devait démissionner ou être démissionné". 
L'actuelle compagne de Montebourg a elle-même vécu des violences conjugales dans sa chair. L'économiste Thomas Piketty a-t-il fait une simple "connerie" en frappant Filippetti ? De quoi a-t-il démissionné ? Yacine Chouat y a, quant à lui, été contraint.
La condamnation de Chaouat avait déjà fait scandale en 2012, des élus écologistes du conseil du XIXe arrondissement demandant sa démission (notre photo). C'est finalement le maire PS de Paris, à l'époque Bertrand Delanoë, qui avait annoncé lui-même aux journalistes la démission de l'intéressé de ses fonctions de maire-adjoint d'arrondissement. 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):