POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 19 juin 2015

Le président Hollande en campagne distribue des cadeaux

Le chef de l'Etat joue au Père Noël avec nos impôts

Le candidat socialiste multiplie les déplacements et les cadeaux
Le président achète les électeurs
Il emballe son bilan dans du papier-cadeau, à moins de deux ans de la présidentielle. "Quand on se déplace, il faut toujours arriver avec une bonne nouvelle". Le papy-gâteau de l'Elysée a fait sienne cette maxime de François Mitterrand. Au cours de sa tournée aux airs de campagne électorale des dernières semaines, il n'a pas été avare d'annonces et de bonnes nouvelles de toutes sortes: " ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui paie "! et Le Monde se félicite de l'accueil chaleureux qui lui est réservé.

Il distribue et endort. Ainsi, début mai aux Antilles, François Hollande distribue les rallonges budgétaires et les équipements médicaux comme des petits pains. Hollande s'est efforcé de plaire à la population locale. Ainsi, à Saint-Barthélémy, a-t-il proposé un "compromis" pour régler un contentieux fiscal entre l'Etat et l'île, né d'une situation inédite de dotation négative depuis son indépendance de la Guadeloupe. Selon ce "compromis", l'île ne rembourserait que "la moitie de sa dette, soit un effort de 20 millions d'euros". 
Le chef de l'Etat avait aussi des mesures plein sa hotte pour le reste des Antilles. François Hollande a ainsi annoncé une rallonge de 750.000 euros pour l'université des Antilles, pour faire baisser la pression entre les pôles martiniquais et guadeloupéen, appelant les deux composantes à "faire vivre l'unité". Il a aussi promis samedi que la Martinique et la Guadeloupe seraient dotées chacune d'un cyclotron, équipement de pointe dans le diagnostic du cancer, avec une participation, à définir, de l'Etat dans les deux projets.
Le 20 mai à Carcassonne, il affirme qu'il est "fidèle à mes engagements" et annonce le prélèvement à la source. Samedi dernier au Mans, il réaffirme qu'il n'était pas en campagne électorale et annonce l'ouverture d'un nouveau commissariat, mais il est sifflé aux 24 Heures, lorsque le speaker prononce son nom. Le lendemain à Bordeaux, il rassure les viticulteurs sur la loi Evin, mais les députés ne suivent pas le gouvernement qui demandait la suppression d'un amendement du Sénat faisant la distinction entre information et publicité sur l'alcool.
Cet été, le président de la République ira au festival d'AvignonC'était impensable l'année dernière, tant la relation avec les intermittents était tendue. Mais cette année, la loi Rebsamen pérennise leur régime d'assurance-chômage. François Hollande ira donc s'en féliciter entre deux représentations.

La stratégie électorale est à l'emballage du bilan sous papier-cadeau

C'est la politique des petites graines semées partout en France. A l'Elysée, on assume. "C'est le bon moment car une fois happés par la présidentielle, on ne pourra plus parler du bilan", explique un conseiller anonyme. "Mais il faut qu'il y ait un souvenir de ce qui a été fait [offert], et ce souvenir, on le construit maintenant". On le fabrique.

Et il ne s'arrêtera pas là. Le président a prévu de tenir d'autres discours très politiques pour défendre son bilan, courant septembre. Avant que de suspendre, contraint et forcé, la distribution, une fois engagée la campagne des élections régionales de décembre.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):