POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 13 juin 2015

Bac 2015: candidats musulmans perturbés par le ramadan

Le bac et le ramadan auront lieu en même temps

Faut-il déplacer les épreuves du baccalauréat ?

Le bac et le ramadan débutent en même temps: le début du ramadan coïncide avec les épreuves écrites du bac et les  candidats musulmans devront s'adapter pour la première fois depuis une trentaine d'années. Pour l'édition 2015, les candidats commenceront à plancher le mercredi 17 juin, au lieu d'un lundi habituellement, et les écrits se termineront le mercredi 24 juin, soit trois jours d'épreuves, un week-end de relâche et encore trois jours d'écrits. L'étalement sur six jours (au lieu de cinq) ne date que de l'année dernière, pour éviter que les candidats handicapés -bénéficiant à ce titre d'un tiers temps supplémentaire- n'aient à affronter des journées marathon de plus de huit heures.

Or, le ramadan commence autour du 18 juin, soit pendant la première semaine des épreuves écrites du baccalauréat général et technologique: les autorités musulmanes de chaque pays décideront du début exact en fonction de la position de la lune. Ce chevauchement de calendriers s'impose à la première communauté musulmane d'Europe, et alors que le ramadan est un rite massivement suivi, avec plus de 70%, voire 80% de jeûneurs, selon les études.
Durant ce mois sacré, les musulmans sont invités à s'abstenir de boire, de manger et d'avoir des relations sexuelles, des premières lueurs de l'aube - dès que l'on peut "distinguer un fil blanc d'un fil noir", prescrit le Coran - jusqu'au coucher du soleil. Soit pendant 18 heures environ - de 3h50 jusqu'à presque 22h00 - la semaine des examens, qui sonnera aussi le début de l'été, avec les jours les plus longs et un risque de températures élevées.

Les candidats au bac sont-ils tenus de jeûner ? 

Le jeûne, quatrième pilier de l'islam, s'impose à tout musulman pubère. Prévues pour les voyageurs, les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes ou venant d'accoucher, les dispenses appellent des compensations: différer le jeûne n'est prévu ni pour les travailleurs, ni pour les candidats à des examens...
"Passer un examen n'est pas considéré comme une raison valable d'abandon du jeûne", confirme Anouar Kbibech, prochain président du Conseil français du culte musulman (CFCM). 
"Il peut cependant y avoir des situations où la personne n'arrive pas à assumer le jeûne. A l'impossible nul n'est tenu", ajoute-t-il, comme en écho à un passage du Coran - "Dieu veut pour vous la facilité et non la difficulté".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):