POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 11 juin 2015

Valls contraint de rembourser 2.500 euros: pourquoi cet aveu et si peu ?

Ivresse du pouvoir: Valls dessoûle et vomit

Incohérence: Manuel Valls va -partiellement - rembourser le voyage à Berlin de ses enfants (majeurs)… il soutenait qu'il n'avait rien coûté !

Trois "exemplaires" Valls piégés
Premier ministre socialiste pris la main dans le sac de la République
"Pour lever tout doute, j'ai décidé d'assumer la prise en charge pour mes deux enfants, soit 2.500 euros". Or, le vol à la tire ne faisait de doute que pour la belle âme! Après cinq jours de dégrisement, le champion de la communication se déclare tout à coup "sensible à la réaction des Français" et annonce ce jeudi matin qu'il remboursera la part de ses enfants de son voyage controversé à Berlin, à bord du Falcon 7X normalement réservé aux déplacements officiels.

Valls niait toute faute, se disant "invité" par Michel Platini
Le patron de l'UEFA avait mis quatre jours avant de couvrir l'impudent, confirmant la thèse de Matignon, mercredi 10 juin, sans préciser que les proches de Valls bénéficiaient de billets gratuits en tribune officielle. Si  les droits d'entrée de ces six personnes -famille Valls, plus personnels de protection- n'ont rien coûté à Marianne, il est en revanche parfaitement mensonger d'affirmer, selon  le Premier ministre, que ça n'a "pas coûté un euro supplémentaire au contribuable". 
Ce déplacement contesté fragilise le locataire de Matignon, déjà critiqué par la gauche pour sa politique économique et sa gestion des migrants.

Valls affirme que le voyage de ses enfants à Berlin n'a rien coûté, mais rembourse quand même les "billets"..
— Luc Peillon (@l_peillon) 11 Juin 2015

Carton rouge pou ce mauvais geste

Manuel Valls a fourni un prétexte grossier à son escapade familiale du weekend, assurant que sa rencontre avec Michel Platini, le président de l'UEFA, était justifiée par l'Euro 2016 de football, qui sera organisé en France. S'ils se sont isolés samedi, l'urgence de cette "séance de travail" (sans ministre en charge) ne saute pas aux yeux, puisque Platini était à l'agenda du premier ministre mercredi  - à la différence du vol aller et retour express - à l’occasion de l’ouverture de la billetterie de l’Euro 2016 à Paris. Michel Platini a néanmoins assuré avoir "promis" à Manuel Valls qu’il l’inviterait "si le FC Barcelone était en finale". Et non pas pour une réunion de travail... "Dès la qualification acquise pour Barcelone, j’ai tenu parole et je l’ai invité, et il m’a dit qu’il viendrait", a-t-il expliqué avant d’ajouter :
"La semaine précédant la finale, le cabinet du premier ministre a contacté mon bureau pour dire que M. Valls souhaitait me rencontrer en tête à tête avant le match. [Quelles preuves a-t-on? Des fadettes ?? ] Il nous a été précisé que le premier ministre avait l’intention d’évoquer deux types de sujets : un certain nombre de points en discussion entre le gouvernement français et l’UEFA sur l’organisation de l’Euro et la situation du football international après la crise de la FIFA. C’est ce qui s’est passé."
On ne peut guère plus flou quand il y a un loup.
Mais quel est le montant du remboursement de ce voyage qui "n'a rien coûté" ?Coût total : 20.000 euros. Le Premier ministre avait fait l'aller-retour Poitiers-Berlin dans la soirée de samedi, pour aller voir la finale de la Ligue des Champions. Il avait dû faire escale à Paris pour prendre en stop ses enfants et les déposer au retour: il ne s'agit donc pas de vols directs. Coût total du voyage, facturé par "l'Escadron de transport 60", la branche de l'armée de l'air qui prend en charge les déplacements officiels: au bas mot, 20.000 euros. 

Il avait  laissé à Paris son ministre des Sports, probablement incompétent à la différence de ses fils, conseillers foot supposés de Matignon. Une prétendue réunion de travail avec Michel Platini (UEFA) justifiait le déplacement qui a mobilisé les moyens de l'Etat: l'exemplarité de l'exécutif socialiste n'avait-elle pas déjà stupéfait l'opinion quand le chef de l'Etat, François Hollande,  avait déclaré, à propos des emplois d'avenir, "ce n'est pas cher, c'est l'Etat qui paye" ?...

Le compte n'y est pas
Manuel Valls soutenait que l'Escadron de transport 60 l'aurait facturé  ce montant, avec ou sans les enfants, avec ou sans ministre en charge. Un déplacement ministériel en Falcon 7X, avec toutes les contraintes sécuritaires que cela impose, coûte un peu moins de 5.000 euros de l'heure. "Dans le cadre de ce déplacement officiel, j'ai utilisé les moyens mis normalement à la disposition du Premier ministre (...) Cet avion étant affrêté, la présence des enfants n'a pas coûté un euro supplémentaire", se défend ainsi le Premier ministre.

2.500 euros, le tarif commercial. Pour arriver à la somme de 2.500 euros, Manuel Valls prend pour base le prix moyen d'un aller-retour Poitiers-Berlin en jet d'une entreprise commerciale. Un aller-retour en Falcon coûte près de 15.000 euros. S'il s'est décidé à payer, c'est pour tenter de rétablir son image d'exemplarité. Les enfants ne doivent pas profiter d'un privilège offert par la République. Un geste symbolique, qui peut faire jurisprudence, selon Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. "Il créé une jurisprudence nouvelle qui vaudra pour tous. Cela montre que le Premier ministre est à l'écoute des Français. [sic: du niveau de Bruno Le Roux ! ] C'est une innovation", polémique cet inénarrable proche du voleur à l'arraché, sur Europe 1 jeudi, une fois le délit révélé et nié.

C'est la Cour des comptes qui a fait pression sur l'indélicat. 
Comme le souligne le député socialiste René Dosière dans un entretien avec Challenges, groupe Le Nouvel Observateur (dont les propriétaires  détiennent aussi le journal Le Monde): "selon les règles de la Cour des Comptes, si le président de la République ou le Premier Ministre utilisent les avions de la République pour un déplacement privé, ils doivent rembourser l’Etat sur la base des tarifs commerciaux". Surtout, un avion de la flotte gouvernementale doit les accompagner pour pouvoir les ramener à Paris, en cas d’urgence. 
Et l'élu, habitué à contrôler les dépenses des représentants de l'Etat, de rappeler : "c’est ce que faisait François Fillon lorsqu’il était à Matignon. En 2009 et 2010, il avait effectué 7 déplacements privés avec la flotte gouvernementale et avait remboursé 6.955 euros". 

Agnès Saal serait en droit de critiquer l'impudent Catalan pour son vol Poitiers-Berlin en jet privé ! Et en état d'ivresse...

2 commentaires :

  1. depuis le début je ne cesse de dire que ce type de vaut rien, il change d'avis au gré du vent.........................imposture sur sa vie réécrite, imposture sur ses choix politiques, un jour je soutiens la palestine le lendemain israel,.................etc...etc........
    les merdias ont emballés la machine pour le faire monter dans les sondages................

    Ce type ne sait pas se contenir.................petit dictateur qui ne supporte pas l opposition...........coups de menton, regards noirs, vomis verbal..........haine affiché sur son visage!
    Comme tous ceux de sa bande.............juste bons à denoncer ce que eux s'autorisent sans complexe....................
    ca président de la république???????

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui...
    L'art de passer du mythe à l'imposteur. Ou grandeur et décadence... Au choix.
    Véritable performance que celle de passer de chouchou des sondages, a celui de mythomane arriviste tartiné de mauvaise foi...
    J'en ai mis une bonne couche sur ce paltoquet chez moi, en des termes un peu moins..courtois...: http://zone-critique.blog4ever.com/il-fallait-sauver-le-soldat-valls-ou-manu-et-ses-falconneries

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):