POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 20 avril 2013

Les opposants à la filiation homosexuelle descendent "en masse" dans la rue, demain 21 avril 2013

Copé appelle à manifester en masse contre le mariage gay

Le président de l'UMP appelle les Français à "participer en masse" à la manifestation contre le mariage et la filiation homosexuels 



Ce défilé reste prévu  dimanche 21 avril à Paris pour montrer que le principal parti  de la droite continue le combat jusqu'au bout.

La brutalité de la décision par le gouvernement d'une accélération de l'examen de son projet a conduit le collectif la "Manif pour tous" à avancer au 21 avril son défilé parisien, tout en maintenant celui du 26 mai, alors que la majorité   sprinte dans la denière ligne droite à l'Assemblée nationale.

Les opposants les plus déterminés ne se sont pas laissés distancer et ont maintenu la pression, malgré les moyens disproportionnés mis en oeuvre pour les intimider. Il était inévitable que certains éléments répondent à la provocation de la force numérique et matérielle et qu'aient lieu des débordements aussitôt instrumentalisés par  la gauche.
Des milliers de manifestants se sont retrouvés chaque soir depuis le 16 avril aux abords de l'Assemblée nationale où un nouveau rassemblement était prévu vendredi.

"Depuis des mois, François Hollande et son gouvernement méprisent les opposants au mariage et à l'adoption par les couples de même sexe et refusent de les écouter", écrit pour sa part Jean-François Copé dans une lettre aux militants.

"En précipitant la deuxième lecture du texte à l'Assemblée nationale, le gouvernement a décidé de passer en force au Parlement et affiche sa volonté de court-circuiter la grande manifestation du 26 mai prochain à Paris contre ce projet de loi", explique-t-il à la population matraquée par la propagande hostile des media officiels.

En déplacement en Corse, Jean-François Copé ne participera pas à la manifestation qui débutera
dimanche 21 avril 
en début d'après-midi 
place Denfert-Rochereau
précise-t-on à l'UMP.




L'exécutif, la majorité et la presse de gauche ont perdu toute notion de la démocratie


Ils condamnent la détermination des opposants
malgré le recours  en catastrophe à la procédure dite du "temps accéléré" et donc au bâclage d'une modification du Code civil lourde de conséquences.



Fébrile, le ministre de l'Intérieur, Manuel
Valls, a appelé le collectif de la "Manif pour tous" à maintenir hors de ses rangs les groupes d'extrême droite qui cherchent, selon lui, à "provoquer la République."

Le collectif s'indigne et dénonce "un grossier amalgame entre une poignée d'extrémistes isolés publiquement condamnés et ces foules de Français pacifiques bien qu'exaspérés".

Il reproche sur son site internet aux forces de l'ordre de "chercher à provoquer des dérapages" et d'utiliser des méthodes musclées face à des familles qui répondent "par des poèmes aux matraques".

La Manif pour Tous du 24 mars 2013:
les CRS au cours d'un assaut,
matraque au poing
contre des manifestants aux mains nues
Signe de la nervosité du pouvoir socialo-écolo, des députés ont été interdits d'accès  à l'Assemblée nationale par des CRS, dans la nuit de jeudi à vendredi, alors que Marc Le Fur (UMP), de retour d'un encadrement de  manifestation, évoquait la blessure d'une manifestante.

La majorité parlementaire se gausse ostensiblement des élus de l'opposition
Excédés par une moquerie de plus de la part d'un collaborateur de Christiane Taubira, ministre narquoise de la Justice, des élus UMP se sont précipités vers les bancs du gouvernement pour dire que s'en était trop de ce mépris et se sont laissés arrêter arrêtés par des huissiers.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):