POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 15 décembre 2010

Islam et laïcité: le blocage illégal de rues pour la prière

Un sondage 'PC' qui évite les questions qui dérangent
Ce que les media ne publient pas, préférant montrer Mme Le Pen

Un sondage sujet à interprétations polémiques

39% des Français approuvent les propos de la vice-présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, comparant les prières des musulmans dans la rue à l’occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale, selon un sondage IFOP pour France Soir. La fille de Jean-Marie Le Pen avait enn effet assuré ce week-end : « Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire ». Cette comparaison hardie aurait pu être classée au rayon des excès de langage, mais la gauche l'a instrumentalisée pour détourner l'attention du problème réél. Ce « sondage exclusif» réalisé pour France Soir par l’Ifop est exploité de diverses manières partisanes. Dans le détail, on apprend - selon ce qu'on veut en retenir - que : - « Laïcité : 39 % des Français approuvent Marine Le Pen », selon France Soir, - tandis que Le Point doute: « 39% des Français approuveraient les propos de Marine Le Pen» (dans sa version revue et corrigée du le 15/12/2010 à 09:18), - mais alors que, dans le sillage de l'A*P, le Nouvel Observateur, L'Express, Le Parisien et Les Echos (et Le Point, dans un premier jet du 15/12/2010, deux heures plus tôt, à 07:47) titrent, pour des raisons opposées, « 54% des sympathisants UMP approuvent ses propos », se défendant sans doute de toute recherche de polémique. LePost y va pourtant avec ses gros sabots crottés et ne laisse aucune part au doute sur le parti-pris de la presse engagée et communautariste: « Propos anti-Islam de Marine Le Pen : un dérapage 100 % contrôlé». 82% des sympathisants de gauche et 46% des sympathisants UMP les désapprouveraient, ce qui impliquerait que pas un seul n'est sans opinion. Approuver ou non Marine Le Pen, est-ce le sujet ?




Jour de prière de rue:

la police parallèle musulmane

exerce sur la voie publique


L'angle choisi par les sondeurs de l'IFOP Plus d'un sympathisant de l'UMP sur deux (54%) approuve le parallèle établi par Marine Le Pen, entre les "prières de rue" des musulmans et l'Occupation, selon un sondage Ifop pour France Soir à paraître mercredi. D'après cette étude d'opinion, les propos de Mme Le Pen, qui ont suscité une vive réprobation dans toute la classe politique, sont désapprouvés par une large majorité de Français (61%), seuls 39% les approuvant. Selon la couleur politique, la désapprobation est encore plus forte chez les sympathisants de gauche (82% contre 18%), ce qui n'implique pas qu'ils approuvent les prières de rue. En revanche, chez les sympathisants UMP, 46% désapprouvent le parallèle alors que 54% l'approuvent. Surprise: l'approbation est quasi unanime chez les sympathisants FN (98%).


VOIR et ENTENDRE le commentaire d'Eric Zemmour, daté de la mi-juin 2010, au temps des apéro-géants: comparée à l'apéro-saucisson, la prière de rue est la véritable provocation.

Les media s'immiscent dans la campagne interne du FN

Bonnet blanc et blanc bonnet

Au moment où son discours apparaît plus soft que celui de Jean-Marie Le Pen, il s'agit de convaincre l'opinion que Marine Le Pen est bien la fille de son père. Les idées et le programme politiques de la vice-présidente, qui brigue la succession de son père à la tête du FN, sont proches de ceux de Jean-Marie Le Pen, selon 84% des personnes interrogées.

Suffit-il de produire un sondage pour retourner ceux qui pourraient en douter ?

Il en va de même de la manière de s'exprimer et de défendre ses idées, d'après 80% des sondés sur le sujet, martèle l'IFOP, pour le cas où l'électorat s'aviserait de porter le/la candidat(e) du FN au second rang du premier tour de la présidentielle de 2012, plutôt qu'un socialiste vertueux, plus ou moins de gauche, fût-elle extrême. Sondage Ifop réalisé -à chaud- les 13 et 14 décembre auprès d'un échantillon représentatif de 970 personnes (méthode des quotas).

Le sondage élude la question de fond
"Le maire socialiste du XVIIIe arrondissement de Paris, Daniel Vaillant [ancien ministre de l'Intérieur et des cultes], a jugé "choquant" que des musulmans soient obligés de prier dans la rue."


La gauche approuve-t-elle à 82% le blocage des rues de prière ?
Que la gauche condamne les propos de Marine Le Pen ne règle pas la question qui importe. La laïcité est, croyait-on, l'un des fonds de commerce de la gauche, mais celle-ci laisse se développer une situation intolérable au regard de ses propres principes, révèlant ainsi ses incohérences et ses lâchetés.

Un épais voile de fumée

En s'attardant sur les dommages collatéraux médiatiques et en restant inactifs et silencieux , les contempteurs présumés des prières de rue, manifestations religieuses publiques, permettent les atteintes concrètes et profondes à la laïcité. En effet, ces républicains vertueux ne proposent les moyens, ni de restaurer la légalité républicaine, ni de rétablir la liberté de circulation des citoyens. Les zones de non-droit en France ne sont plus seulement les territoires réquisitionnés par l'économie parallèle de certaines banlieues. Elles sont aussi les espaces publics, en nombre grandissant, paralysés dans le temps par des blocages hebdomadaires, chaque vendredi longtemps avant et après, pour la prière. Le soutien passif de la gauche laïque à la prière de rue est pour la gauche un voile idéologique qui certes obscurcit sa perception de la réalité et entrave son devoir d'action, mais nuit surtout à la paix sociale en France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):