POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 13 décembre 2010

Marseille - Le dément, agresseur d'un voisin, est décédé

Le flash-ball ou l'arme à feu, il faut choisir
L'homme blessé par un tir de flashball ce dimanche est mort lundi 13

Les faits: l'homme semblait en état de démence
Peu avant 15 heures, dimanche, une patrouille de police est intervenue sur un conflit de voisinage. A son arrivée, les fonctionnaires de police auraient été pris à partie par un homme refusant de se séparer d'un couteau avec lequel il venait de blesser son voisin. L'un des policiers - atteint à la tête par une tasse de verre - aurait alors répliqué d'une décharge de flashball. Il a atteint l'agresseur au thorax.
Légitime défense
Selon les premières auditions effectuées par cette dernière, le forcéné semblait en état de démence au moment des faits
et allait lancer un autre objet quand le policier a tiré.
Hospitalisation des blessés
L'agresseur, déjà connu des services de police pour de petits délits, avait été évacué dans un "état grave" sur l'hôpital militaire de Lavéran. Les marins-pompiers ont dû prendre également en charge le voisin légèrement blessé d'un coup de couteau par le forcéné et un fonctionnaire de police dont la blessure est qualifiée de légère.
Un porte-parole du bataillon des Marins-pompiers de Marseille a précisé que "l'homme se trouvait en arrêt cardio-ventilatoire à l'arrivée des secours. Les marins-pompiers sont parvenus à le ranimer".
Une autopsie
Jean-Jacques Fagni, procureur de la République adjoint de Marseille, a précisé qu'une autopsie devait avoir lieu "le plus rapidement possible", a priori le lundi 13 en fin d'après-midi, pour rechercher les causes de sa mort, ajoutant qu'il ne disposait pas alors de "plus d'éléments sur les circonstances d'usage du flashball".

Faut-il désarmer les forces de l'ordre ?

  • Dimanche, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux avait appelé "à la plus grande prudence". "J'ai encore en mémoire ce qui s'est produit il y a quelques jours: une personne qu'on avait présentée comme (...) décédé des conséquences d'un tir de (Taser), (...) l'analyse médicale a montré que très certainement cela n'était pas le cas", a-t-il dit.
    Une enquête a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale pour déterminer si le Flash-Ball a été utilisé conformément aux normes d'usage, tandis que la Sûreté départementale enquêtera sur la rixe elle-même.

  • Le Parti communiste français a demandé ce lundi "un moratoire de toute urgence". "Faisant suite aux nombreux accidents ayant entraîné des blessures graves depuis sa mise en service, le flash-ball, arme soi-disant non-létale, démontre aujourd'hui que son utilisation peut être fatale". Le PCF préconise-t-il l'usage d'armes à feu, qui seraient 'non-létales' ou une décision de désarmement des policiers, qui ne leur serait pas 'fatale' ?

  • Pour sa part, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) des Bouches-du-Rhône a dénoncé une arme "qui mutile et qui tue" et posé "la question de son interdiction". Cette association fait-elle une proposition constructive de protection des fonctionnaires de police ou considère-t-elle que ce ne sont ni des citoyens, ni des hommes avec des droits ?

  • Europe Ecologie Les Verts "demande l'interdiction de l'usage de ces nouvelles armes inadaptées aux interventions policières (...) et sources de bavures policières".
    Lien PaSiDupes vers Montreuil et Voynet
    Les altermondialistes Verts et rouges réclament-ils des armes biologiques ?

  • Les trotskistes du NPA ne gardent le silence que parce qu'ils sont poursuivis par la société Taser. Lien PaSiDupes
  • L'opposition milite pour que force reste à la rue

    Force doit rester à la loi

    L'opposition dénonce et dénonce encore, mais ne veut ni du taser, ni des armes à feu et ne fait aucune proposition pour que la loi soit appliquée et la protection de la population assurée.
    En attaquant la police pour son usage du taser, après avoir fait campagne contre son usage des armes à feu, autant dire que, pour la gauche, un fonctionnaire de police à moins de prix qu'un malfrat.
    En refusant à la police les moyens de se protéger dans l'exercice de ses fonctions consistant à faire respecter les personnes et les biens, la gauche politicienne expose l'ensemble de la population aux délinquants et aux déments, récidivistes ou non. Hors situation de prévention, les forces de l'ordre ne doivent pas être exposées, désarmées et systématiquement critiquées.
    Lien Causeur et PaSiDupes: "l'insécurité, c'est la gauche"

    La gauche chercherait-elle à donner des armes au FN ?

    Il est simpliste, et surtout irresponsable, de ne proposer rien d'autre que la suppression du flash-ball. A l'origine envisagé comme un substitut dissuasif aux armes à feu, le taser est moins radical. Malgré ce relatif progrès, l'opposition conserve ses habitudes de dénigrement et se complaît dans la facilité de l'accablement permanent des pouvoirs publics et des forces de l'ordre. C'est au point que ses reproches ne portent plus, puisque l'opposition s'enferme - pour longtemps - dans la dénonciation systématique: quelles que soient les avancées technologiques, les bavures policières persisteront, sauf à lancer, face aux criminels armés et sur-équipés ou déments, des policiers les mains nues.
    A défaut de voyous tout-puissants à soutenir et histoire de conserver son créneau de critique des pouvoirs publics, alors la gauche serait peut-être amenée à compatir au sort des fonctionnaires de police...
    Lien PaSiDupes: policiers victimes du devoir

    Le PCF, Europe-Ecologie/Les Verts et la LDH s'indignent-t-ils équitablement ?

    2 commentaires :

    1. à marseille mon pote déjà il a une kalasch pour lutter contre les flash ball

      RépondreSupprimer
    2. La loi de la jungle, quoi

      RépondreSupprimer

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):