POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 3 décembre 2010

Sarkozy, prêt à ballader les journalistes encore cinq ans ?

L'humour du président perturbe les pisse-froid

Confidence devant une trentaine de parlementaires UMP...


Version tronquée
Nicolas Sarkozy se serait ouvert pour la première fois mardi sur son intention d'être candidat à sa propre succession. Il lui aurait suffi de glisser au détour d'une phrase : "je suis là pour deux mandats".
Version intégrale
Le chef de l'Etat rencontrait dans le salon vert de l'Elysée une trentaine de députés et sénateurs UMP membres du club "La Droite sociale" du ministre délégué aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez. "Moi, vous savez, je suis là pour deux mandats, pas plus", a-t-il lancé selon plusieurs participants.
Pour tout dire, il a même ajouté: "Après ce sera la dolce vita".

Or, si chacun sait que les 'décrypteurs' de la politique se prennent au sérieux, savait-on que les journalistes sont graves, comme diraient nos ados ? Il leur a pourtant rappelé, sur le ton de la plaisanterie, que son épouse Carla Bruni étant "italienne", il fallait bien "penser à faire autre chose après" l'Elysée. Tout au plus les rassurait-il donc sur la durée de son couple !

Mais, les conteurs de la presse assurent que de source privée et anonyme, le chef de l'Etat cache de moins en moins son intention de se représenter en 2012. Bien qu'il ait encore répété en public à la mi-novembre qu'il prendra sa décision à l'automne 2011 et pour satisfaire la curiosité de la piaffante bourrique poitevine de l'hippodrome socialiste, selon Jack Lang (cf. la video des réactions à l'acte sauvage de candidature de Désirdavenir Royal et un prochain billet de PaSiDupes), les media sondent les reins et les coeurs et lisent même dans les premières urines du matin: retour aux sources privées.

"Si certains n'avaient pas encore compris"

La belle confidence que voilà !
Le nombre de mandats présidentiels consécutifs est limité à deux depuis la révision constitutionnelle de l'été 2008 et conformément aux voeux du chef de l'Etat. "Si certains n'avaient pas encore compris, c'est plus que clair désormais. Il est bel et bien candidat en 2012", analyse une élue placée dans la "confidence".

"Il y a une autre vie après l'Elysée. Dans notre famille politique, il y a plein de talents qu'il faut faire vivre. Je ne veux surtout pas qu'on m'accuse de vouloir brimer qui que ce soit. Je ne suis pas là pour couper les têtes, je suis très content qu'il y ait des talents. Et le moment venu [lors de la présidentielle de 2017], que le meilleur gagne !", aurait poursuivi N.Sarkozy en citant Jean-François, Bruno, François, Laurent, Xavier et les autres.

Sarkozy est 'un bon client'
Le chef de l'Etat a appelé tous ces talents à "s'entendre". Revenant sur "les attaques qu'il subit de la part de la gauche et de la presse", Nicolas Sarkozy a dit que c'était "son lot". "J'ai demandé la dernière fois à un patron de presse "Je ne comprends pas pourquoi c'est toujours moi qui fais la Une ?" et il m'a répondu "Si on fait Aubry, on ne vend pas, il n'y a que toi qui fais vendre"", aurait-il confié. Sarkozy fait vendre et les commerçants de la presse tiennent à exploiter le filon le plus longtemps possible.

Au total, pour les journalistes, le second degré est 'terra incognita'
L'humour du président reste un territoire inexploré par l'Homme de presse. Comme la sexualité 'clean' par les journalistes pédophiles, faut-il leur rappeler ?... Selon 20minutes, « Nicolas Sarkozy traite les journalistes de «pédophiles », le Nouvel Observateur qualifie la plaisanterie de « dérapage de Sarkozy contre un "journaliste pédophile ». Le Figaro écrit « Ultime provocation, Nicolas Sarkozy aurait lancé à la cantonade avant de quitter la salle de presse : «Amis pédophiles, à demain !» « Les propos de Sarkozy sur la pédophilie suscitent une polémique ", estime aussitôt La Croix. Libération se montra plus perspicace que l'ensemble de ses confrères, ou plus honnête.
VOIR et ENTENDRE

"Amis pédophiles": le "off" de Sarkozy à Lisbonne envoyé par liberation.


"Visiblement satisfait de sa sortie, Nicolas Sarkozy emploiera deux ou trois fois le mot au cours du point presse avant de finir par un "Amis pédophiles, à demain !" Couvert sur l'enregistrement de Libération par le rire des journalistes,explique Libération.
Lien PaSiDupes: la colère 'off' de Sarkozy met ses détracteurs 'out'

Dans "Moi, vous savez, je suis là pour deux mandats, pas plus", le « pas plus » dit tout et ne révèle rien, sinon qu'il n'en fera pas trois ! Allez leur faire comprendre. A leur décharge, il est vrai aussi que ça n'est pas vendeur.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):