POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 3 novembre 2015

Contre-coup Hollande: 40% des Français tentés par un gouvernement autoritaire !

Le laxisme populiste est gravement contre-productif et profite au FN

Les socialistes ont-ils déçu les Français de la démocratie ? 

40 % d'entre eux se disent favorables à un régime autoritaire, selon un sondage Ifop  pour le site Atlantico publié lundi 2 novembre. 
Le clivage gauche-droite est très marqué s'agissant d'une attirance pour un gouvernement autoritaire. Plus on avance vers la droite, plus les Français interrogés y sont favorables: de 23 % d'adhésion au Front de gauche à 47 % chez les Républicains et jusqu'à 60 % au FN.
Chez les Républicains, la tendance pourrait profiter surtout à... François Fillon. "Dans son livre Faire, il formule une série de propositions très osées, qui n'ont jamais été proposées au suffrage universel", juge Jérôme Fourquet. "Ce sondage peut apporter de l'eau au moulin de François Fillon, car il montre que l'électorat est prêt à entendre ce discours, dont un quart (23 %) sont 'tout à fait d'accord'."

Deux tiers des Français voudraient également que les rênes du pays soient confiées à des experts non élus, selon ce même sondage Ifop.

Les sondés préféreraient des experts non élus aux affaires. Ils ont le sentiment qu'ils pourraient réaliser les réformes nécessaires mais impopulaires. "Cette logique de fond existe depuis un moment, mais s'amplifie", assure Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion publique de l'Ifop. "On voit par exemple Jacques Attali envoyer des ballons d'essai sur son éventuelle candidature à la présidentielle en expliquant qu'en tant qu'expert, il va mettre des propositions sur la table et si d'aventure aucun candidat ne s'en saisit, il se réservera le droit d'y aller."

Quid des appareils politiques et des majorités parlementaires ?
Le recours à des experts est particulièrement marqué à droite: il est prôné par 80 % des sympathisants des Républicains. 
A gauche, un Français sur deux adhère en revanche à cette idée, y compris parmi les sympathisants du Front de gauche
Et le sondage ne mentionne pas les sympathisants du Parti socialiste ?

La stratégie du sondeur est progressive. 
Il relativise toutefois la tentation d'un régime autoritaire. "Ces chiffres ne disent pas en creux qu'il y a une appétence pour le fascisme, mais plutôt qu'il y a une insatisfaction très profonde vis-à-vis du fonctionnement de notre système politique et des résultats qui sont obtenus, souligne Jérôme Fourquet. 

Le regard qu'on porte sur les responsables politiques est très dévalorisé, alors on cherche autre chose." Si 67 % des sondés soutiennent un régime technocratique, ils sont seulement 40 % à se prononcer en faveur d'un gouvernement autoritaire. Dans ce dernier cas, le pourcentage de personnes "tout à fait d'accord" baisse à 10 %, alors que les sondés qui rejettent cette solution sont trois fois plus nombreux.

Bruno Le Maire soupçonne d'ailleurs Hollande de faire monter le FN

Le ministre de l'Intérieur ne réagit pas à ce sondage. Il polémique en revanche avec Bruno Le Maire, un candidat à la primaire de droite pour 2017, l'accusant "d'instrumentaliser" la crise migratoire. Bernard Cazeneuve prend donc au sérieux le reproche de Bruno Le Maire, l’homme qui a créé la surprise en obtenant près de 30 % des voix au principal parti d'opposition républicaine, lors du vote de militants UMP en novembre 2014. Les critiques du député de l’Eure font mouche. Or, âgé de 46 ans, il sillonne le pays pour développer ses idées en vue de la primaire de 2016 chez Les Républicains et son positionnement en phase avec la population inquiète l'exécutif accusé de toutes parts de laxisme généralisé.

Bruno Le Maire émet des soupçons concernant l'attitude de François Hollande face au Front nationalVenant de la droite, l'accusation est classique, riposte le ministricule de l'Intérieur en réaction à un entretien accordé au journal Le Monde, le 31 ocobre.
"La responsabilité qui pèse sur nos épaules, nous, les représentants de la droite et du centre, est écrasante, observe Bruno Le Maire. Désormais, c’est nous ou les extrêmes. Plus personne ne croit François Hollande. Plus personne ne fait confiance au pouvoir socialiste, qui gère sa petite boutique au lieu de redresser la maison France. Le laisser-aller est partout."
Depuis que la gauche est au pouvoir et se vautre sur l'emploi, les déficits ou la dette publique, il lui devient difficile d'user et d'abuser de l'accusation de proximité LR-FN, comme au temps où elle était dans l'opposition et pouvait harceler la droite. Elle fonctionnait par le passé, mais après plus de trois ans d'échecs accumulés, non seulement la gauche est moins crédible que jamais, mais son laxisme et son populisme font progresser le Front national.

"Le laisser-aller est partout", explique Bruno Le Maire. On me fera difficilement croire que les forces de sécurité ne peuvent pas rétablir l'ordre quand les gens du voyage se font justice eux-mêmes ou quand les mafias et les trafics prolifèrent dans la 'jungle' de Calais", pointe l'ancien ministre. Est-ce délibéré de la part de François Hollande pour faire monter le FN ? Je me pose la question", ajoute-t-il.

Des réalités confirmées par le sondage Ifop, mais que nie Cazeneuve. 
"Bernard Cazeneuve déplore la manière dont les questions du respect de l'autorité de l'État et de la crise migratoire sont instrumentalisées" par Bruno Le Maire, a fait répondre le ministricule par le biais d'un communiqué. "Le débat public mérite mieux que les postures et les affirmations hasardeuses," assurent en langue de bois son service politique. "L'aspiration à l'exercice des plus hautes fonctions impose un surcroît de responsabilité et de maîtrise, c'est-à-dire le sens de l'État", selon Cazeneuve, donneur de leçons qui évite le débat de fond. "Combattre les populismes, ce n'est pas leur emboîter le pas dans la falsification des faits", polémique le ministre de l'Intérieur à l'adresse d'un ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes (2008-2009) et ancien ministre de l'Agriculture (2009-2012) hautement apprécié dans ces deux secteurs, à la différence du transparent Harlem Désir et de l'incompétent Stéphane Le Foll.

Le sondage IFOP a été effectué du 28 au 30 octobre auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):