POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 18 novembre 2015

Marseille: agression antisémite d'un enseignant par trois hommes armés de couteaux

L'enseignant juif  est rentré chez lui "en état de choc" 


L'enseignant juif a pu rentrer chez lui après s'être fait soigner aux urgences. 
"Il est en état de choc, il a des pansements partout, il a été tailladé à plusieurs endroits", a expliqué Michèle Teboul, présidente du CRIF Marseille-Provence.
Ce professeur d'une école juive de Marseille a été blessé mercredi soir à coups de couteaux par trois hommes qui ont proféré des menaces et des insultes antisémites". L'agression, qui n'a pas engagé le pronostic vital de l'enseignant juif, a eu lieu vers 20h00 dans le 13e arrondissement dans les quartiers nord de la ville et dans le VIIe secteur de Stéphane Ravier, maire FN.

Ses agresseurs "ont exhibé un tee-shirt à l'effigie de Daesh et lui ont montré sur un téléphone portable des photos de Mohamed Merah"

"Ils ont blessé le quinquagénaire aux bras, aux jambes et au ventre", a ajouté le procureur de la République de Marseille Brice Robin. L'enseignant, qui portait une kippa, était sorti du centre communautaire Yavné, qui comprend à la fois une école et une synagogue, quand il a été agressé par des hommes à scooters. Ils auraient été mis en fuite par l'arrivée d'une patrouille de police, selon le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Laurent Nuñez."Les enquêteurs de la brigade criminelle de la sûreté départementale mettent tout en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs de cette agression", a indiqué la DDSP.

"Il doit sa vie à une voiture qui est arrivée dans l'impasse", a en fait expliqué Michèle Teboul. "On va t'amocher avant de te tuer", auraient dit les agresseurs selon elle.

Une jeune musulmane voilée a été agressée un peu plus tôt mercredi, à la sortie d'une station de métro du centre de Marseille par un homme lui reprochant d'être une terroriste, selon les déclarations de la victime, .
L'agresseur, âgé d'une vingtaine années, aurait fait référence aux signes religieux de la jeune femme, qui portait un hijab (voile laissant le seul visage apparent), avant de lui asséner un coup de poing et de la blesser légèrement au thorax avec un objet pouvant être un cutter. Elle n'a pas été hospitalisée.

Ces actes ont été évidemment condamnés par les autorités. Les services de Bernard Cazeneuve ont ainsi réitéré "la détermination totale du gouvernement à combattre toute forme de racisme et d'antisémitisme, et à réprimer sévèrement l'apologie du terrorisme". Du déjà dit...
"Les services de police et de gendarmerie poursuivront les auteurs d'actes islamophobes, antisémites ou d'apologie du terrorisme avec la plus grande détermination", a assuré le préfet de police, en écho.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):