POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 16 novembre 2015

Contrôle aux frontières: Cazeneuve prend prétexte d'un risque islamiste pour bloquer les "réfugiés"

Les migrants pâtissent de la COP21 et de la lutte contre le terrorisme 

La France va SUSPENDRE l'espace Schengen le temps de la COP21
Une manière pour l'Élysée et l'Intérieur de montrer que le pouvoir ne reste pas les bras ballants sur une question explosive. 
Cazeneuve, premier flic de France, manie aussi la sémantique politique avec un art consommé de l'élégance, de la litote et de la tromperie.  Après son rétropédalage tardif sous la pression des circonstances sur le "rétablissement des contrôles aux frontières" pendant la grande conférence sur le climat qui se déroulera en France en décembre prochain, Cazeneuve a ensuite fait du Cazeneuve: ciseler sa présentation politique et ne pas perdre la face.  

Des précautions de langage trop travaillées pour être honnêtes
Un porte-parole de la Place Beauvau a d'abord assuré qu'il ne s'agit nullement de "fermer les frontières" mais "d'instaurer un contrôle transitoire". Certes, le droit européen permet à un pays d'égratigner transitoirement l'espace de Schengen si un événement exceptionnel, sportif, politique survient. Et la COP21 en est un, c'est entendu ! 
Mais Hollande et Cazeneuve sont des récupérateurs trop chevronnés pour avoir pris cette décision dans ce seul but. On pourrait rêver d'un pouvoir soucieux de la sécurité de ses concitoyens à l'approche des fêtes de fin d'année, mais c'est, en vérité, la proximité des élections régionales qui, de l'avis des observateurs, a motivé l'exécutif, car elles s'annoncent comme un carnage d'une rare violence pour le Parti socialiste et ses alliés. François Lamy n'a-t-il pas fait un caca nerveux à propos d'un sondage IFOP qui, selon lui, desservirait plus qu'il ne mobiliserait le candidat de Martine Aubry dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie?
Or, jeudi, Bruxelles annonçait que ses services avaient comptabilisé l'arrivée potentielle de 3 millions de migrants d'ici 2017 dans l'Union européenne… Le locataire de l'Élysée tente donc de reprendre la main sur cette
question du flux migratoire qui est en train de faire exploser l'unité politique de l'Europe et renforce les partis qui réclament plus d'énergie à préserver les intérêts des Français fragilisés par la crise et la fiscalité confiscatoire des gouvernements Ayrault et Valls. 

Fermer les frontières de la France, Hollande veut démontrer qu'il peut le faire! 

Même si la nuance d' "instaurer un contrôle transitoire" est d'importance... 
Il veut tout à coup donner un signe de sa volonté politique sur la question des migrants, alors que l'État donne depuis plus de trois années la preuve de sa frilosité sur le dossier de la "jungle" de Calais, plus grand bidonville d'Europe, et d'avoir perdu toute prise sur les événements.Il ne bouge que s'il a le feu aux fesses, comme ce fut le cas quand des islamistes kamikazes ont tenté de pénétrer dans le Stade de France alors qu'il y faisait de la com' à l'occasion d'un match amical France-Allemagne en Seine-Saint-Denis. Bien mal a failli lui prendre...
Plus que jamais en réalité, l'espace Schengen, au-delà de sa personne, est menacé. 
Comment peut-on construire des "murs" dans certains états européens pour bloquer le flux migratoire, et, dans d'autres, surtout l'Allemagne, accueillir des centaines de milliers et préserver, in fine, l'unité de l'Europe sur cette question centrale ? D'autant que Hollande prend cette initiative au moment où la Suède, citée en exemple d'humanisme, commence à dresser des barbelés entre elle et les "réfugiés" malheureux du Proche Orient. 
La France ne veut pas de débordements de groupes anarchisants -notamment les Black blocs - sur son sol pendant sa grande messe sur le climat et Hollande prend prétexte des arrivées massives de migrants -jusqu'ici décrits comme inoffensifs et en détresse -  pour "se replier sur elle-même" !  
En réalité, Paris envoie également un message très clair à tous ses partenaires : la France peut rétablir le contrôle aux frontières. Ou les fermer ?
Tout l'y pousse et les "réfugiés" sont redevenus des "migrants" ordinaires... Et suspects.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):