POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 3 novembre 2015

Valls juge "sérieux" le comportement "pathétique" de Hollande chez Lucette

Libération prend fait et cause pour la mascarade présidentielle de Vandoeuvre

Suite à l'égarement de Hollande, le premier ministre -à côté de la plaque- riposte par  la  polémique

Valls dénonce les propos "pas responsables" (sic) de Sarkozy sur l'autorité de l'Etat
En affirmant dans un entretien au Parisien qu'il n'y a "plus d'autorité de l'Etat en France," c'est Nicolas Sarkozy qui n'est pas "sérieux", selon le Premier ministre qui a perdu le sens des réalités, du respect et de l'obligation de vérité qu'avec  Hollande il doit aux Français
La révélation d'une mise en scène grotesque par le service de la com de l'Elysée d'une rencontre qui se voulait "inopinée" entre le président de la République et une infirmière retraitée proche de la mairie socialiste de Vandoeuvre-les-Nancy n'a pas ramené le premier ministre à la raison.
VOIR et ENTENDRE les aveux de l'infirmière retraitée, instrumentalisée par l'Elysée:
video

Manuel Valls avec aplomb et une insolence incompatible avec la fonction qu'il occupe a prononcé des paroles offensives et offensantes en arrivant à l'Assemblée nationale.

Le premier ministre agresse Christian Jacob à l'Assemblée

Valls élude la tromperie de l'opinion pour s'en prendre à la personne de ses détracteurs.
 VOIR et ENTENDRE  la question au gouvernement du président du groupe LR-Centre et la réponse indécente de Manuel Valls (version tronquée de BFM TV):

VOIR et ENTENDRE un Valls premier ministre qui ne sait visiblement plus de quoi il est question (version non expurgée des insultes de Valls) et qui répond à tort et à travers au président du groupe Les Républicains, lui adressant des insultes publiques:

           

Accablé par la confiance aveugle que le président sexagénaire accorde à l'inconséquent Gaspard Gantzer, le premier ministre s'est à nouveau retranché parmi ses vieilles lunes. 

Il a en effet détourné la question: "Dire qu'il n'y a pas d'autorité de l'Etat quand soi-même on a affaibli pendant des années l'Etat, en supprimant 13.000 postes de policiers et de gendarmes, en baissant les moyens du ministère de l'Intérieur - c'est-à-dire des forces de l'ordre -, en supprimant des centaines de postes de magistrats... Dire qu'il n'y a plus d'autorité de l'Etat quand soi-même, tous les jours, on remet en cause l'indépendance de la justice, ça n'est pas sérieux et pas responsable", a déclaré Valls.

VOIR et ENTENDRE le laïus d'un chef de gouvernement à la dérive:
video

Le monde à l'envers de la mauvaise foi est au pouvoir.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):