POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 13 novembre 2015

Aubry conjure Valls de "foutre la paix" aux Français !

La socialiste appelle Valls à respecter les électeurs

"Qu'on nous foute la paix !" répond Martine Aubry à Manuel Valls

Le Premier ministre a mis "la charrue avant les boeufs" en évoquant l'hypothèse d'une alliance droite-gauche contre le FN, déplore la maire PS de Lille.
Aubry a demandé vendredi à Manuel Valls de se tenir à l'écart de la campagne pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. "Qu'on nous foute la paix !" lancé Martine Aubry, exaspérée par l'omniprésence intrusive du premier ministre de Hollande. "On est en train de faire campagne, si on pouvait nous laisser tranquilles, ce serait bien. Et je le redis, comme je le pense profondément, si on voulait faire gagner le Front national, on ne s'y prendrait pas autrement ", a-t-elle dit devant la presse à l'ouverture du congrès du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) à Lille

Le défaitisme de Valls complique la tâche des candidats socialistes 

Le Parti socialiste "sera au second tour", riposte Aubry à Valls qui -au cours d'un déjeuner de presse mardi- a ouvertement évoqué l'hypothèse d'une fusion des listes de droite et de gauche au second tour pour éviter une victoire du Front national, notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie où Marine Le Pen est candidate.

"Qu'on nous laisse faire campagne et qu'on nous laisse battre Marine Le Pen", a poursuivi la meneuse des "frondeurs" socialistes à l'aile gauche du PS. Un sondage publié le 27 octobre créditait le candidat PS de 19 % au premier tour, derrière Marine Le Pen (38 %) et Xavier Bertrand (26 %), le candidat tête de liste Les Républicains. 

Valls se révèle inconscient de nuire à la campagne 

Le Premier ministre s'est défendu vendredi à Dijon de "perturber" la campagne des régionales. "Je ne polémique avec personne et je parle correctement aux gens. [Les gestes et comportements révèlent le contraire] Ça ne perturbe en aucun cas les campagnes," a-t-il assuré.

Valls tente de convaincre ses candidats d'être fiers du bilan de la majorité
"Moi-même je serai en campagne régulièrement et dans toutes les régions pour que les socialistes soient fiers de l'action menée à la tête des régions, de l'action menée par le gouvernement, par le président ", a répliqué Manuel Valls. 

"On fait campagne au premier tour, mais s'il y a un 1er tour c'est qu'il y a un second tour", a-t-il ironisé. "Et tout doit être fait pour empêcher le FN d'emporter telle ou telle région." Tous les moyens sont bons... 

"Et ce message, il ne s'adresse pas qu'à la gauche, il s'adresse aussi à la droite," clame celui qui par ailleurs s'autorise toutes les agressions contre la majorité républicaine. La gauche n'a jamais pratiqué le ni-ni, la gauche a toujours pris ses responsabilités, pour empêcher l'extrême droite de gagner une collectivité", polémique-t-il.
Le Premier ministre trahit les mauvaises intentions de sa proposition de fusion. 
"Et la droite devra aussi assumer ses responsabilités devant les Français", a lâché Valls... 

Sauf que le bilan des gouvernements socialistes provoque des réactions extrêmes de rejet de la politique de Hollande et  de l'ensemble des soutiens du gouvernement Valls, du fait de chômage, de la dette publique et de la baisse du pouvoir d'achat des chômeurs, des plus précaires, mais aussi des classes moyennes et des retraités défavorisés ou exposés.  

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):